logo
140628SerignantRossonCrow
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Stéphane Couturier
Landscaping
08 nov.-28 déc. 2002
Paris 3e. Galerie Polaris
Après les lignes verticales de la série Monuments, les paysages urbains de Stéphane Couturier s'étalent dans une longueur panoramique. L'envie d'espace est redoublée par les diptyques qui font se déployer les paysages. Ses visions cinémascopiques donne des images abstraites et construites à la fois.
fleche suivante1/1
Par Pierre-Évariste Douaire

Les nouveaux paysages de Stéphane Couturier sont une vraie surprise. L'urbain est toujours au cœur de ses compositions, les tirages sont toujours aussi grands (sans tomber dans la démesure), mais un vrai changement apparaît. Ses Landscaping (2002) sont des photographies panoramiques, qui n'hésitent pas à s'exposer en diptyques, et à romprent avec les tirages verticaux de la série Monuments (1999-2000).
Ce basculement est loin d'être anodin. Il n'est pas à prendre comme un truc, ou juste comme un exercice de style. Renonçant à une énième déclinaison de ses cathédrales de béton en construction (Moscou, Séoul, Paris-La Défense, etc.), loin de toute facilité, le photographe se risque à se renouveler. Il y parvient tout en reprenant ses thèmes favoris, en retravaillant sur la ville.

Couturier remet tout à plat et s'éloigne de sa grille de construction orthonormée. En posant son viseur sur la ligne d'horizon, il donne à voir de larges bandes horizontales qui viennent strier le cadre. Après des compositions étouffantes, cadrées au plus près, de la façon la plus serrée, après ces immeubles façon mots-croisés, l'espace reprend son souffle. La nature vient redonner un peu d'horizon.

Les strates désormais sont horizontales. Deux compositions témoignent bien de ce changement. San Diego. Rancho del Ray et San Diego. Olympic Parkway n° 1 sont impressionnantes tant elles recèlent de détails. A l'opposé de toute facilité, ces constructions photographiques sont mûrement réfléchies. Le soin du cadrage et le repérage du site révèlent un souci extrême de perfection. Le résultat ressemble à une peinture géométrique abstraite, seuls les formes, les lignes, les points et les couleurs subsistent. Le décor photographié est gommé.

Effacer pour mieux recommencer est la méthode de Stéphane Couturier. Son travail oscille entre art paysager et nature morte. Les fruits, les objets de ces tableaux de genre, il les trouve dans les paysages vernaculaires des grandes métropoles. Les tours de béton sont pour lui des carafes de cristal, les pavillons de banlieues font offices de poissons ruisselants. Il photographie comme d'autres dressent la table.

Photographe-géomètre, il construit ses images comme d'autres dressent des plans. Chez lui, la précision des compositions omet l'homme, les villes frappent d'ostracisme l'humain et la nature. Quelques plates-bandes viennent maintenant donner la réplique aux constructions: une apparition discrète mais concrète, et pleine de sens.
La référence paysagère dans les travaux de Couturier renvoie moins aux Italiens qu'aux Allemands. Son Olympic Parkway ressemble en effet au Moine au bord de la mer(1808) de Friedrich, où la composition s'étend entre la grève, la mer et le ciel. Pour ménager une entrée dans l'image, Couturier a laissé une mince bande de terre qui guide l'œil du spectateur. La technique est chère au panthéiste allemand qui, comme dans Côtes rocheuses à Rügen (1818), construit souvent ses tableaux à l'aide d'une composition en gouffre.

Toutefois, on ne s'engouffre pas dans les tableaux de Couturier. On est maintenu à distance par une conjonction de planéité et de frontalité. Ce qui n'empêche pas que le regard peut se perdre dans ces horizons dressés et plantés.
Si son travail peut évoquer un peintre romantique allemand comme Friedrich, autant qu'un photographe contemporain comme Gursky, également allemand, Stéphane Couturier ne déploie pas moins une démarche personnelle dont la cohérence ne souffre d'aucune comparaison. 

Stéphane Couturier :
San Diego. Vista Grande Road, 2002. Cibachrome. 173 x 125 cm.
San Diego. Olympic Parkway n° 1, 2002. C print. 122 x 228 cm.
San Diego. Rancho Del Rey, 2002. Cibachrome. 86 x 200 cm.
Tijuana. Playas n° 2, 2002. Cibachrome. 125 x 200 cm.
San Diego. Eastiake Greens, 2002. Cibachrome. 110 x 140 cm.
Tijuana. Villanar, 2002. Cibachrome. 110 x 140 cm.


fleche suivante1/1



ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141001MarechalerieCritiques


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Réouverture du Musée Picasso à Paris ce samedi 25 octobre 2014
puce rouge  La Fondation Cartier pour l’art contemporain fête ses 30 ans avec 2 expositions exceptionnelles qui débutent ce 25 octobre
puce rouge  Flash mob vendredi 24 octobre 2014 à 13h pour défendre la liberté de création, suite à l’agression de l'artiste Paul McCarthy
puce rouge  Ce 27 octobre, la Fondation Louis Vuitton ouvre ses portes
puce rouge  Disparition de Marcel Notargiacomo, figure des cultures urbaines et populaires
puce rouge  La nouvelle revue OpticalSound sort son 2e numéro
puce rouge  Emma Lavigne, nommée directrice du Centre Pompidou Metz
puce rouge  Budget 2015 du ministère de la Culture et de la Communication
puce rouge  Le sculpteur béninois Kifouli Dossou, lauréat du prix Orisha pour l'art contemporain africain
puce rouge  Tous photographes! Une charte des bonnes pratiques dans les établissements patrimoniaux
puce rouge  Décès de Gérard Violette, directeur emblématique du Théâtre de la Ville
puce rouge  Le nouveau Prix Orisha récompensera le 2 octobre un artiste de la scène africaine subsaharienne
DIAPORAMA

Extrait de l’exposition «Deichû Ni Hasu», 2010
Tomi Ungerer, Eat, 1967. Affiche, reproduction offset. 68 x 53 cm.



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales