logo
140227SerignanDowns
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Daniel Firman
La Masse grave.
08 sept.-20 oct. 2007
Paris 3e. Galerie Alain Gutharc
Avec sa nouvelle exposition «La masse grave», où il présente trois sculptures, Daniel Firman poursuit son exploration de l'inéluctable verticalité de l'apesanteur. Selon une esthétique et une démarche minimalistes.
fleche suivante1/1
Par Lison Noël

Par Lison Noël

La nouvelle exposition «La masse grave» de Daniel Firman est dans la lignée de ses travaux récents. Des Suspensions, des mannequins suspendus dans le vide paraissant avoir été retenus in extremis dans leur chute, aux trois sculptures de l'exposition, l'artiste français poursuit son exploration de l'inéluctable verticalité de l'apesanteur.

Plus de figuration toutefois pour cette exposition, les trois sculptures présentées se rapprochent sensiblement de l'esthétique et de la démarche minimalistes. Par la grande dimension des œuvres notamment, qui amène le spectateur à se confronter à elles et à comparer leur taille et la sienne propre.

La première pièce intitulée -8, est constituée de deux congélateurs. Le premier paraît être tombé lourdement sur le second, le détériorant considérablement. La seconde pièce, P – E 07 est une surface noire, policée et réfléchissante, brisée en trois parties. La troisième pièce, pp(p) #1, imite un arbre dont les branches seraient remplacées par des néons blancs. Le mouvement d'élévation naturel de l'arbre est contredit par la chute d'une de ses branches qui gît au sol, morte, qui reste «à la masse».

La masse se décompose en masse inerte et en «masse grave». Le fait de se concentrer sur cette dernière est révélateur d'une attirance de Daniel Firman pour l'énergie, le mouvement, en particulier le mouvement de la chute. Gageons également que l'adjectif «grave» évoque le sérieux, l'implacable. On pense à la voix grave, la voix qui tombe. On pense également, bien sûr, à la «gravité» telle que Newton en fit l'expérience. Il faut noter sans doute que le mot «grave» signifie «tombe» en anglais, et souligner enfin la proximité bienvenue et purement homonymique avec le verbe tomber en français.

Daniel Firman s'intéresse au potentiel destructeur de la masse, les trois œuvres qu'il présente sont détériorées. Le congélateur a le couvercle défoncé, la surface noire est brisée et l'arbre à néons a perdu une de ses branches. «La masse grave» n'est composée que de pièces abîmées, destinées logiquement au rebut. L'art se pare ici de ses atours rédempteurs.

La masse est invisible, elle ne se montre que grâce à ses effets. Les œuvres de «La masse grave» sont le résultat du mouvement soumis à l'apesanteur qu'est la chute, qui aboutit inévitablement à un choc. Le spectateur ne voit que le résultat, mais il ne peut que s'imaginer le mouvement qui a précédé cet état.
Les œuvres de Daniel Firman sont donc inévitablement tournées vers un passé immédiat. Bien que conscient que les sculptures qu'il observe ont été conçues dans un passé bien plus lointain, chaque spectateur se représente la chute dont il voit le résultat comme venant juste d'avoir lieu, dans une sorte d'actualisation permanente du passé immédiat.
Les œuvres n'existent pas dans leur intégralité sans la représentation que se fait le spectateur de la chute, elles ont donc besoin du spectateur et l'attendent pour s'accomplir. Ceci est doublement vrai pour P - E 07 : en tant que surface réfléchissante, elle reflète et prend en compte son environnement, y compris le spectateur qui se trouve devant à elle.
Les sculptures exposées dans «La masse grave» trouvent alors une nouvelle parenté avec les œuvres minimalistes qui attendent leurs spectateurs pour exister dans le mode théâtral qui les caractérise.

Daniel Firman
-8, 2007. Congélateurs. 156 x 156 x 156 cm.
P - E 07, 2007. Acier laqué, néons. 270 x 220 x 180 cm.
pp(p) #1, 2007. Verre laqué sur châssis aluminium. 208 x 280 cm.


fleche suivante1/1



ANNONCE
Votre corps aussi est une oeuvre dont il faut prendre soins ! ABC Coach Sportif Paris à votre service.

Vous recherchez un livre audio ? Profitez d´un large choix de titres au sein de la librairie en ligne Gibert Joseph

140331ArchiUrgence
ÉDITORIAL fleche_rouge
Mapplethorpe et les nouveaux puritains
L'importante rétrospective que le Grand Palais consacre à Robert Mapplethorpe vingt cinq ans après sa mort a ceci de rassurant que cette œuvre aussi magistrale que sulfureuse n'a pas perdu de sa puissance provocatrice et dérangeante, ni de sa force à résister aux tentatives des puritains de toutes obédiences pour l'édulcorer, la vider de son énergie et… de son impact politique. Aujourd'hui encore, ici en France, on assiste à une série de tentatives pitoyables, plus ou moins conscientes, de...
fleche Lire la suite
140320PMU
140317Le104AMA


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
acting01 acting02
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Sam Stourdzé nommé directeur des Rencontres de la photographie
puce rouge  Appel de Chaillot: Pour une nouvelle Europe de la culture
puce rouge  Ministère de la culture: aide au développement des galeries d'art
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs
puce rouge  Drawing Now Paris en danger: des intermittents et chômeurs occupent le Carreau du Temple
puce rouge  Cinq architectes en lice pour la nouvelle Ecole de la photo d’Arles
puce rouge  Art ou pub? Le Panthéon choisit JR
puce rouge  Le Cap Capitale Mondiale du Design 2014
puce rouge  La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend au contraire plus indispensable
puce rouge  Le Front national manifeste contre le chorégraphe Olivier Dubois
puce rouge  Cette année, la Fiac lance sa foire off à Paris et s’exporte à Los Angeles dès 2015
puce rouge  Avignon: fermée pour travaux, La Collection Lambert s’expose hors-les-murs
DIAPORAMA

Pieter Schoolwerth, Portrait of Still Life With a Chessboard (after Baugin), 2010. Oil on canvas. 90,8 x 123,8 cm/35,7 x 48,7 in.
Noël Dolla, A pieds, 2010.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales