logo
160617SetePeiMing
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Léo Delarue
Léo Delarue
04 sept.-29 sept. 2004
Paris 3e. Galerie Zürcher
La sculpteur Léo Delarue a une prédilection pour les matières malléables comme le silicone, le latex ou la résine ; pour les formes hybrides maintenues à un degré d'inachèvement ; pour cette façon de faire respirer ou se rétracter la matière comme un animal s'agitant en frétillements obscènes, évoquant un univers amorphe en pleine mutation.
fleche suivante1/1
Par Marguerite Pilven

Les sculptures de Léo Delarue investissent actuellement de leur présence organique la galerie Zürcher.
Détour évoque par son titre les mouvements contradictoires de la matière. Des tuyaux de douche recouverts d'aluminium serpentent sur le sol, étouffant entre leurs anneaux une masse informe et plâtreuse. Au lieu de se déployer du centre vers la périphérie, comme c'est le cas pour une conception classique de la sculpture, l'œuvre se ramasse au contraire sur elle-même en une étreinte violente.

Non loin de celle-ci, faite de semblables matériaux, une autre sculpture oppose à la première son rayonnement vers l'extérieur et sa cadence régulière, animée de pleins et de vides, dessine une structure plus aérienne, que maintiennent des membranes en plastique transparent terminées par des ventouses.

Un vocabulaire plus physique, plus organique encore est à l'œuvre dans la vingtaine de petites sculptures en terre posées côte à côte, directement sur le sol, évoquant tour à tour des viscères, des animaux marins ou des étrons pondus par un animal étrange. Ces formes anti-sculpturales contiennent quelque chose de primaire et de régressif. Composés de fins boudins de terre tressés, ourlés, enroulés, les volumes de terre se contorsionnent à nos pieds, évoquant avec autant de force des formes naissantes ou agonisantes.

Une autre sculpture intitulée Impatiences est toute en protubérances et boursouflures, comme prête à éclater. Sa surface animée de mouvements ondulatoires est brillante et rouge, attrapant ça et là la lumière. Obscène comme une langue épaisse, elle est traversée de tuyaux en plastique renvoyant autant à des organes respiratoires que digestifs. Dressée péniblement sur quatre petites pattes, cette masse informe prend une allure grotesque et mal dégrossie.

Le vocabulaire de Léo Delarue, multiple et protéiforme, se développe avec inventivité. Sa prédilection pour les matières malléables comme le silicone, le latex ou la résine la conduit à réaliser des formes hybrides qu'elle maintient à un degré d'inachèvement, dans l'opacité et les désordres de la matière.
Un humour traverse également tous ces travaux, notamment par la façon dont ces œuvres tiennent parfois sur un équilibre fragile et dont la matière respire ou se rétracte comme un animal, s'agite en frétillements obscènes, évoquant un univers amorphe en pleine mutation.

Détours, 2004. Plâtre, résine, plastique, scotch aluminium. 155 x 137 x 30 cm.
Points à la ligne, 2004. Plâtre, plastique, scotch aluminium. 95 x 56 x 18 cm.
Présences virtuelles, 2004. Fil de fer, latex, plastique, étain, scotch aluminium. 88 x 140 x 165 cm.
Sans titre, 2003-2004. Terre cuite. Dimensions variables.
Impatiences, 2004. Structure métallique, résine, plastique. 100 x 170 x 194 cm.


fleche suivante1/1



ANNONCES


BethuneLaBanque
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le débat continue autour du film Salafistes
puce rouge  Nathalie Coste-Cerdan nommée directrice de la Fémis
puce rouge  La campagne en faveur du patrimoine et de la créativité se poursuit en Espagne.
puce rouge  Programme d’été de Paris Musées
puce rouge   17 architectures de Le Corbusier inscrites au patrimoine mondial
puce rouge  Commande publique «Les Regards du Grand Paris»
puce rouge  Les ateliers de l’Institut français 2016
puce rouge  La ministre de la Culture et de la Communication annonce des mesures en faveur de la photographie
puce rouge  Nomination d’Éric de Chassey à la tête de l'Institut national d'histoire de l'art
puce rouge  Décès du cinéaste iranien Abbas Kiarostami
puce rouge  Les lauréats de Design Parade 11
puce rouge  Lancement du magazine n°zéro «Expérimentations splendides»
DIAPORAMA

Marielle Paul, Feuilles et entrelacs, 2010. Gouache sur papier. 112 x 76 cm 
Robert Pruitt, Cardboard Monster: Rosie, 2010. Bald cardboard, socks, shoes (all man-made materials), refitted elctric clocks, wood, Comme des Garcons Odeur 53, extension cord, 183 x 79 x 72 cm



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales