logo
SerignanSeSouvenir
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Keith Haring
Keith Haring
22 fév.-13 juil. 2008
Lyon 6e. Musée d´art contemporain de Lyon
Une grande exposition de Keith Haring à Lyon entreprend de réhabiliter son œuvre et démontre la vitalité, la générosité et l'engagement d'un artiste adulé par le public mais ignoré de la critique.
fleche suivante1/2
Par Laetitia Chauvin

A l'occasion du 50e anniversaire de la naissance de Keith Haring, une des plus grandes expositions dédiée à son œuvre s'est ouverte à Lyon. C'est à une véritable entreprise de réhabilitation de Keith Haring que se livrent Gianni Mercurio, commissaire de l'exposition, et Thierry Raspail, directeur du Musée d'art contemporain de Lyon.
Pour s'en expliquer, le directeur reconnaît n'avoir pas su accorder à cette œuvre l'importance qu'elle méritait au moment de son émergence et l'événement vise à rétablir la portée d'un travail fulgurant et unique. La réparation nécessitait naturellement une exposition d'envergure.

L'œuvre de Keith Haring a bénéficié très tôt d'un engouement populaire, dû à son style immédiatement reconnaissable, le portant au panthéon des artistes les plus connus du XXe siècle.
L'équation selon laquelle le succès populaire est inversement proportionnel au succès critique a fait souffrir l'artiste ambitieux d'un désintérêt relatif de la communauté artistique et Keith Haring déplorait de son vivant ne pas obtenir la reconnaissance qu'il espérait. L'humour ne l'avait néanmoins pas abandonné à en croire une toile dans laquelle un personnage horrifié s'éloigne en courant d'une œuvre clairement identifiée comme étant de Keith Haring.

L'artiste multipliait les occasions de rendre son travail accessible au public, depuis ses débuts dans le métro où il dessinait à la craie sur les panneaux publicitaires laissés noirs jusqu'aux fresques monumentales qu'il déployait à l'invitation d'écoles, d'hôpitaux, de centres culturels, avec une prédilection pour les lieux accueillant des enfants.

Ce surdoué du dessin, généreux de surcroît, s'était donné pour philosophie :
«Ma contribution pour le monde est mon habileté à dessiner. Je dessinerai autant que je le pourrai, pour autant de personnes que je le pourrai, pendant aussi longtemps que je le pourrai».

Keith Haring se range définitivement du côté des post-warholiens. Si Andy Warhol était capitaliste, Keith Haring en revanche est marxiste.
L'exposition contient une reconstitution du Pop Shop de Tokyo, projet philosophique et marxiste, qui entérine dans le travail de Keith Haring le principe de la sérialisation et de la reproductibilité. Le Pop Shop était une boutique couverte du sol au plafond de dessins, qui proposait à la vente des objets en série vendus à bas prix (photo 8).
Le principe de la diffusion en série s'est perpétuée après sa mort grâce à la Fondation Keith Haring, qu'il avait créée, et qui s'est employée à la diffusion intensive de son œuvre, au point de vendre en masse les licences de ses images. Les fonds récoltés sont reversés aux œuvres philanthropiques que Keith Haring soutenait plus particulièrement: les enfants et la lutte contre le sida.

L'engagement de l'artiste à de grandes causes se traduit aussi directement dans ses peintures. L'erreur serait de croire que le dessin simple et sympathique vaille pour lui-même, pour son énergie graphique, alors que l'artiste utilise son personnage-icône ou encore le «bébé radiant» comme des signes universels, auxquels le spectateur peut s'identifier. Keith Haring aborde des sujets douloureux ou subversifs, mais sans se poser en donneur de leçons. L'absence de titres empêche les interprétations  univoques.

La mort et le sexe, sous-jacents dans l'histoire personnelle de l'artiste qui se sait atteint du virus du sida, s'illustrent dans un grand nombre de toiles. Un enchevêtrement de corps évoque au choix une scène d'orgie ou la découverte de charniers au Vietnam.
Ailleurs, Keith Haring rend un dernier hommage à son ami Jean-Michel Basquiat, avec un monument de couronnes, signature symbolique de l'artiste décédé d'une overdose.
Keith Haring, habile dans l'art de l'ellipse, frappe aussi fort sur la télévision, et particulièrement sur les télé-prédicateurs, dont les programmes-fleuves annonçaient la fin du monde. Une salle entière à Lyon est consacrée à la critique des médias et au pouvoir dévastateur de l'écran comparé à un monstre sanguinaire (photo 9).

Il flotte dans l'exposition de Lyon un joyeux air hip-hop, sur les rythmes old school de GrandMasterFlash, et la figure de Keith Haring, perpétuel adolescent en Nike air, guette à chaque angle.
Un mur de photographies replonge dans l'ambiance du Club 57 où venaient s'encanailler des stars montantes, comme Madonna (photo 10), et des personnalités, à l'instar de Caroline de Monaco égarée dans le New York interlope. C'est au Club 57 et au Mudd Club que Keith Haring fait ses débuts et organise ses premières expositions. Emblématique de l'art des années 80, Keith ...

fleche suivante1/2



ANNONCES


160202MaleterialiteInvisib
ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
160210ChapelleCalvairienne
160121MarechalerieYvesBuraud


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  La nouvelle liste des Métiers d’Art publiée au Journal Officiel
puce rouge  Décès du plasticien français Jean-Luc Vilmouth
puce rouge  Des donateurs de Nantes achètent un terrain à Marfa, au Texas, pour les artistes et étudiants des beaux-arts de Nantes
puce rouge  Charte sociale du ministère de la Culture et de la Communication concernant ses relations avec ses prestataires
puce rouge  Fleur Pellerin lance le programme «1 immeuble, 1 œuvre»
puce rouge  Clément Cogitore, lauréat du Prix Le Bal de la Jeune Création avec l’Adagp
puce rouge  Cipac : Pour la culture, contre le Front national
puce rouge  Artistes à la Une pour la liberté
puce rouge  L'Ecole Nationale Supérieure d'Arts de Paris-Cergy entre dans le dispositif «Admission Post Bac»
puce rouge  L'art contemporain répond à Marine Le Pen
puce rouge  Isabelle Cornaro, commissaire invitée du Prix Fondation d'entreprise Ricard 2016
puce rouge  Les lauréats des Grands Prix de la Création de la Ville de Paris 2015 annoncés
DIAPORAMA

Roland Topor, Sans titre, 1986. Encre sur papier
Sylvain Bourget, Human flags, 2011. Peinture, métal et socle en bois. 150 x 50 cm.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales