logo
140319JeuPaumeNika
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Joe Coleman
Joe Coleman
01 fév.-11 mars 2007
Paris 16e. Palais de Tokyo
Pensant qu'il «faut trouver un moyen d'expression digne de la souffrance», Joe Colman analyse et dissèque son époque dans la lignée de peintres comme Jérôme Bosch ou Francisco Goya qui jouaient avec la cruauté, la folie et les traumatismes de l'histoire.
fleche suivante1/1
Par Isabelle Soubaigné

Une petite pancarte annonce dès l'entrée que certaines scènes de violence peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes. Le décor est planté, l'univers unique et cauchemardesque de Joe Coleman tapisse les murs.

L'artiste se livre à une véritable autopsie de la condition humaine et renvoie le reflet de la face obscure de l'Amérique. Les tueurs en série, les gangsters et les monstres occupent une place importante dans sa peinture.
Ces tableaux racontent la vie de leurs sujets et mêlent parfois textes, collages et objets. Les bordures des cadres deviennent alors les supports de petites saynètes où se joue l'atrocité d'un monde surréaliste.
There's No Place Like Rome se peuple de squelettes en plastique aux regards et aux attitudes menaçantes. Ecce Homo présente un personnage central dont le ventre est affublé d'une bouche édentée grande ouverte. Un papier miroir est collé à l'intérieur de cette brèche béante. Le spectateur est pris à parti par ce simple artifice. Nous entrons dans la toile et dans son monde chaotique.

Issus de la culture populaire ou de la religion, les protagonistes qui nourrissent le travail de l'artiste cristallisent un sentiment démesuré de perversité. Que cherche-t-on à nous montrer?
Joe Coleman explique qu'il peint des tueurs en série car il pense «qu'ils essayent de communiquer. L'acte de poignarder quelqu'un est un acte de communication dans lequel on donne sa douleur directement à l'autre. Le problème c'est que l'on détruit l'autre personne en même temps qu'on se détruit soi-même». Il ajoute qu'«il faut trouver un moyen d'expression digne de la souffrance».

Assistons-nous aux résultats de ses recherches ou à une introspection obsessionnelle? Le spectacle de la décadence exacerbe ici une beauté morbide qui fascine l'artiste. Cette part de l'individu que l'on cache, que l'on refoule, est mise en avant, «sanctifiée» dans des œuvres proches des retables d'un autre temps.

Dans la lignée de peintres comme Jérôme Bosch ou Francisco Goya qui jouaient avec la cruauté, la folie et les traumatismes de l'histoire, Joe Coleman analyse et dissèque son époque. Il se considère davantage comme un «pathologiste», que comme un artiste. Il s'intéresse à la déchéance et aux affections d'une génération qui semble pervertie.
Comme un antidote fictif aux maux qui nous assaillent, ces placebos prolifiques ne soignent que notre conscience. Nous sommes confrontés à une violence que nous connaissons sans pouvoir y remédier. Nous nous réfugions quelques instants derrière son existence. La fascination abjecte pour les atrocités affichées se mêle alors à la complicité d'une dénonciation acerbe de la terreur qui nous hante.

Joe Coleman
I Am Joe's Fear of Disease, 2001. Collection of Mickey and Janice Cartin.
Portrait of Charles Manson, 1988. Collection Museum HR Giger, Gruyères, Suisse.


fleche suivante1/1



ANNONCE
Votre corps aussi est une oeuvre dont il faut prendre soins ! ABC Coach Sportif Paris à votre service.

Vous recherchez un livre audio ? Profitez d´un large choix de titres au sein de la librairie en ligne Gibert Joseph

ÉDITORIAL fleche_rouge
Mapplethorpe et les nouveaux puritains
L'importante rétrospective que le Grand Palais consacre à Robert Mapplethorpe vingt cinq ans après sa mort a ceci de rassurant que cette œuvre aussi magistrale que sulfureuse n'a pas perdu de sa puissance provocatrice et dérangeante, ni de sa force à résister aux tentatives des puritains de toutes obédiences pour l'édulcorer, la vider de son énergie et… de son impact politique. Aujourd'hui encore, ici en France, on assiste à une série de tentatives pitoyables, plus ou moins conscientes, de...
fleche Lire la suite
140320PMU
140317Le104AMA


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
acting01 acting02
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le Salon d'Automne: «son combat contre le totalitarisme de l'art contemporain»
puce rouge  Sam Stourdzé nommé directeur des Rencontres de la photographie
puce rouge  Appel de Chaillot: Pour une nouvelle Europe de la culture
puce rouge  Ministère de la culture: aide au développement des galeries d'art
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs
puce rouge  Drawing Now Paris en danger: des intermittents et chômeurs occupent le Carreau du Temple
puce rouge  Cinq architectes en lice pour la nouvelle Ecole de la photo d’Arles
puce rouge  Art ou pub? Le Panthéon choisit JR
puce rouge  Le Cap Capitale Mondiale du Design 2014
puce rouge  La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend au contraire plus indispensable
puce rouge  Le Front national manifeste contre le chorégraphe Olivier Dubois
puce rouge  Cette année, la Fiac lance sa foire off à Paris et s’exporte à Los Angeles dès 2015
DIAPORAMA

Francis Morandini, Branche sur carré noir, 2010. Photographie couleur
Saâdane Afif, Anthologie de l’humour noir. Exposition au Centre Pompidou du 15 septembre 2010 au 3 janvier 2011



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales