logo
140628SerignantRossonCrow
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Joe Coleman
Joe Coleman
01 fév.-11 mars 2007
Paris 16e. Palais de Tokyo
Pensant qu'il «faut trouver un moyen d'expression digne de la souffrance», Joe Colman analyse et dissèque son époque dans la lignée de peintres comme Jérôme Bosch ou Francisco Goya qui jouaient avec la cruauté, la folie et les traumatismes de l'histoire.
fleche suivante1/1
Par Isabelle Soubaigné

Une petite pancarte annonce dès l'entrée que certaines scènes de violence peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes. Le décor est planté, l'univers unique et cauchemardesque de Joe Coleman tapisse les murs.

L'artiste se livre à une véritable autopsie de la condition humaine et renvoie le reflet de la face obscure de l'Amérique. Les tueurs en série, les gangsters et les monstres occupent une place importante dans sa peinture.
Ces tableaux racontent la vie de leurs sujets et mêlent parfois textes, collages et objets. Les bordures des cadres deviennent alors les supports de petites saynètes où se joue l'atrocité d'un monde surréaliste.
There's No Place Like Rome se peuple de squelettes en plastique aux regards et aux attitudes menaçantes. Ecce Homo présente un personnage central dont le ventre est affublé d'une bouche édentée grande ouverte. Un papier miroir est collé à l'intérieur de cette brèche béante. Le spectateur est pris à parti par ce simple artifice. Nous entrons dans la toile et dans son monde chaotique.

Issus de la culture populaire ou de la religion, les protagonistes qui nourrissent le travail de l'artiste cristallisent un sentiment démesuré de perversité. Que cherche-t-on à nous montrer?
Joe Coleman explique qu'il peint des tueurs en série car il pense «qu'ils essayent de communiquer. L'acte de poignarder quelqu'un est un acte de communication dans lequel on donne sa douleur directement à l'autre. Le problème c'est que l'on détruit l'autre personne en même temps qu'on se détruit soi-même». Il ajoute qu'«il faut trouver un moyen d'expression digne de la souffrance».

Assistons-nous aux résultats de ses recherches ou à une introspection obsessionnelle? Le spectacle de la décadence exacerbe ici une beauté morbide qui fascine l'artiste. Cette part de l'individu que l'on cache, que l'on refoule, est mise en avant, «sanctifiée» dans des œuvres proches des retables d'un autre temps.

Dans la lignée de peintres comme Jérôme Bosch ou Francisco Goya qui jouaient avec la cruauté, la folie et les traumatismes de l'histoire, Joe Coleman analyse et dissèque son époque. Il se considère davantage comme un «pathologiste», que comme un artiste. Il s'intéresse à la déchéance et aux affections d'une génération qui semble pervertie.
Comme un antidote fictif aux maux qui nous assaillent, ces placebos prolifiques ne soignent que notre conscience. Nous sommes confrontés à une violence que nous connaissons sans pouvoir y remédier. Nous nous réfugions quelques instants derrière son existence. La fascination abjecte pour les atrocités affichées se mêle alors à la complicité d'une dénonciation acerbe de la terreur qui nous hante.

Joe Coleman
I Am Joe's Fear of Disease, 2001. Collection of Mickey and Janice Cartin.
Portrait of Charles Manson, 1988. Collection Museum HR Giger, Gruyères, Suisse.


fleche suivante1/1



ANNONCES
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !



140707LyonBiennaleDanse
ÉDITORIAL fleche_rouge
Esthétiques photographiques de l'attention
La frénésie de la vie et du monde d'aujourd'hui, les tensions et les bouleversements qui agitent tous les secteurs de la société, ainsi que les pressions permanentes exercées par l'hypertrophie des communications, suscitent le sentiment qu'est menacé un bien des plus précieux et des plus fragiles de l'homme: son attention. Tout allant trop vite, on ne peut plus accorder aux choses l'attention qu'elles méritent. Dans le flux incessant des marchandises et des informations, l'attention se fait...
fleche Lire la suite
140625VilletteOrta.gif


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Heineken fait sa pub sur la façade de la Monnaie de Paris. Quid de la loi Evin?
puce rouge  Votre nom sur la façade de la Monnaie de Paris, participez à l’œuvre de John Baldessari
puce rouge  Lauréats du 15e Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main: Nathanaël Le Berre, Gérard Borde et Marc Aurel, Yann Grienenberger
puce rouge  Fin 2014, la galerie Yvon Lambert tire sa révérence
puce rouge  Le Festival d’Avignon aura bien lieu mais la CGT Spectacle appelle à une grève massive pour l’ouverture
puce rouge  L’artiste Huang Yong Ping prend les commandes de la Monumenta 2016
puce rouge  Un chemin de «Grande Randonnée Artistique» pour la Nuit blanche à Paris
puce rouge  Rapport sur le développement de l’entrepreneuriat dans le secteur culturel en France
puce rouge  Le 27 octobre 2014, ouverture de la Fondation Louis Vuitton
puce rouge  CoordinatiIntermittents et Précaires: «Ce que nous défendons nous le défendons pour tous!»
puce rouge  Nicolas Bourriaud entre confiance et vigilance du ministère de la Culture
puce rouge  Menace sur les festivals d’été, le conflit s’envenime entre les intermittents et le gouvernement
DIAPORAMA

Julia Rometti et Victor Costales, A.A. Tropicalizado - los tres días más felices de su vida, 2013. 3 tables. 41 attaches Clip gigante tropicalizado, 9 photos argentiques n&b sur papier baryté. 80 x 45 x 80 cm.
Samuel Rousseau, Trafik, 2011. Bois, palette, cadre numérique.
Erik Dietman, Préfiguration d’un pipe-line lingotique, 1990. Bronze, pipes (44 éléments). Dimensions variables.
Roman Signer, Piano, 2011. Piano à queue, 2 ventilateurs, 50 balles de tennis de table, dimensions variables



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales