logo
160520ArtAbordable
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Johan Bérard, Sébastien Caillat
Immatérielles
15 mai-07 juin 2009
Paris 11e. Maison des métallos
Immatérielles, la saison numérique de la Maison des Métallos, réunit exposition, programmation musicale et rencontres-débats, en un panorama des nouveaux usages artistiques et sociaux du numérique. Sur trois niveaux, des dispositifs, installations et vidéos conduisent d'une exploration spatiotemporelle à des visions anticipatrices de l'urbain, du registre de l'intime au politique.
fleche suivante1/2
Par Evelyne Bennati

Avant de découvrir les installations Une Epaisseur d'illusion des artistes Valérie de La Chapelle et Marina Wainer et Ex-Iles d'Electronic Shadow, le visiteur descend un escalier, puis se trouve presque plongé dans le noir. Cette mise en scène minimale, en escamotant le quotidien, ouvre les sens et l'imaginaire.

Le passage emprunté à tâtons est barré d'un épais brouillard, diffusé par le haut. Le dispositif Une Epaisseur d'illusion intrigue, entre réminiscence de films noirs et absence de repères due à la brume très dense. L'avancée du visiteur déclenche un flot d'images projetées sur le rideau de brouillard. Celles-ci, non identifiables, sont perceptibles seulement par leurs couleurs, comme une matérialisation possible des sensations ressenties ou une invitation au rêve.
On hésite à traverser, entre crainte de l'inconnu et risque de rencontrer un obstacle réel. Mais on ne bascule pas de l'autre côté du miroir, c'est le passage lui-même qui constitue l'aventure, expérience toute simple qui convoque illusions théâtrale et cinématographique et renoue avec les parcours mystérieux des fêtes foraines et autres trains fantômes. La machine à brouillard, en masquant le lieu, crée une parenthèse enchantée, un espace-temps «blanc» que peut investir notre imaginaire.

L'installation interactive qui suit, Ex-Iles, d'Electronic Shadow, est constituée d'un bassin rectangulaire éclairé posé sur le sol, où deux cercles lumineux, l'un devant le bassin, l'autre sur l'eau, circonscrivent un territoire réel (une «île») et un virtuel. La présence du spectateur détectée sur la pastille lumineuse au sol va générer un mouvement d'ondes aquatiques, comme un fantomatique nageur traversant le bassin, au gré de ses propres mouvements. Expérience troublante et onirique, la forme floue traversant le bassin avec fluidité semblant émaner du spectateur tout en lui échappant, projection de sensibilité ou aura, reliant par son action les deux territoires réel et virtuel.  

Une extension en ligne du dispositif permet aux internautes de laisser une trace virtuelle de leur passage, matérialisée par un chaînon dans la ligne lumineuse infinie qui se dessine sur l'eau. Jeux de miroir entre territoires réel et virtuel, présences physique ou numérique, ombre naturelle du spectateur et sa projection lumineuse dans l'eau, l'installation est particulièrement convaincante dans son expérimentation effective.

Dans le dispositif Sound Delta, untitled de François-Eudes Chanfrault (collectif Mu), le visiteur, muni d'un casque audio et d'un plateau fixé sur le crâne permettant sa localisation, active, par ses déambulations dans une zone délimitée par la lumière (comme une piste de danse), des nappes de sons créés par le compositeur. La rapidité et la trajectoire de déplacement déclenchant les séquences musicales, celles-ci sont propres à chacun : cette chorégraphie personnelle rend perceptible une passionnante exploration spatiotemporelle par la musique, chacun pouvant en étirer, modifier ou accélérer le programme en fonction de ses mouvements. Cette expérience intime se fait aussi collective, plusieurs visiteurs investissant en même temps le lieu, chacun avec un cheminement et une écoute singuliers. 

L'installation Or not toupie de l'artiste Nicolas Clauss est une rêverie triste sur l'enfance. A partir de témoignages d'une centaine d'adultes, le plasticien a constitué un très riche matériau visuel et sonore, associant entretiens enregistrés, dessins, photos, collages, objets hétéroclites.
Ceux-ci, superposés, triturés, griffonnés défilent sur des écrans comme autant de souvenirs épars, qui, aléatoires, semblent surgir de nulle part, mais marquent par leur apparition récurrente.
  
Le spectateur est placé au cœur du dispositif : trois larges écrans l'entourent, ne lui laissant aucune échappatoire. Un foisonnement d'images retravaillées, comme autant de bribes de souvenirs, se succèdent en un kaléidoscope sans fin, le spectateur créant son propre cheminement sélectif. Une toupie qui tourne, des personnes portant des masques d'enfants et de vieillards ou des enfants portant des masques d'enfants, enfants au nez de clown, ours en peluche blancs, marqués d'un énorme ruban rouge comme s'ils portaient une croix, poupons pendus au cou par une ficelle (un peu grosse!), poupées attachées en ribambelle comme des marionnettes, morceaux de papier déchirés et éparpillés, dessins d'enfants, mouettes stylisées…
  
Les fréquentes superpositions de textures et d'images et leur apparition aléatoire évoquent l'enchevêtrement des souvenirs et leur réémergence accidentelle, en une unité remarquable entre le propos et sa représentation. Mais les hachures systématiques sur les ...

fleche suivante1/2



ANNONCES


160513Abordable
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160517Le104impatience
160510MitterrandMcCollum


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Bilan de la Nuit européenne des musées 2016
puce rouge  Le Musée départemental Matisse, au Cateau-Cambrésis élu palme d’or du palmarès des musées de France par Le Journal des Arts.
puce rouge  Air shark: le requin monumental de l’aéroport Côte d’azur
puce rouge  Les 15 finalistes du Prix Levallois 2016
puce rouge  Valérie Mouroux rejoint l’Institut français
puce rouge  Disparition de l'artiste François Morellet
puce rouge  Patrimoines vivants dans un Moyen-Orient en conflit
puce rouge  Les collections des musées de la Ville de Paris en ligne.
puce rouge  Les lauréats du 61e Salon de Montrouge ont été annoncés.
puce rouge  L’école Camondo ouvre dès la rentrée 2016 10 % de places gratuites.
puce rouge  La galerie Templon fête ses 50 ans en 2016
puce rouge  Les nouveaux membres du conseil d’administration du Centre Pompidou
DIAPORAMA




pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales