logo
140227SerignanDowns
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Gardar Eide Einarsson
I Caused Dreams Which Caused Death. This is my Crime
09 sept.-07 nov. 2009
Paris 19e. Galerie Bugada et Cargnel
Côté remise, le garage de l'Équerre montre quelques échantillons de ses poulains habituels (Pierre Bismuth, Iris Van Dongen, Nick Devreux, etc.). Côté mise, l'ex-Cosmic galerie vernit la première exposition bellevilloise du peintre norvégien basé à New York, Gardar Eide Einarsson.
fleche suivante1/1
Par Nicolas Villodre

Attention: peinture fraîche! Il s'agit en effet d'œuvres récentes, réalisées par le jeune artiste norvégien Gardar Eide Einarsson sur divers médiums ou media —peinture, photographie, sculpture— dans un style sobre, techniquement très au point, exclusivement en noir et blanc.

C'est un parti pris, disons, pour aller vite, «minimaliste», renforcé sans aucun doute par la rigueur conceptuelle du tout et de sa partie —chaque pièce suit en effet un thème particulier mais la série dans son ensemble illustre les mêmes questions: celles de l'autorité, du pouvoir et de la violence d'état.

Un peu à la manière d'un adolescent idéaliste, pour ne pas dire attardé, Gardar Eide Einarsson décrit, dépeint et condamne (peut-on penser) les brutalités de nos sociétés occidentales en général et celles de l'américaine en particulier.
L'univers, paranoïaque, de la police omniprésente n'est que le revers de la romance du banditisme, qui a toujours célébré Billy the Kid ou Bonnie and Clyde. Le peintre semble fasciné par les signes et les manifestations de cette férocité. Sa peinture est plus proche du Pop américain (pas de celui de ses inventeurs anglais) que de la Figuration narrative qui eut ses heures de gloire en France et qui était politiquement engagée, autrement dit, de gauche.

Le risque de tout flirt naïf, poli et policé, avec les représentations sadiennes est de tomber dans la complaisance morbide. Les tableaux de Gardar Eide Einarsson ont beau être sages comme des mirages, ils traitent de nos pulsions obscures. Or, de nos jours, vu le degré de saturation où nous sommes arrivés après la banalisation du «trash» par son exploitation spectaculaire, pouvons-nous encore être sensibles, comme si de rien n'était, aux images pieuses ?

Formellement parlant, on est là pour ça, les œuvres sont pour la plupart des reflets, des projections, des grossissements de clichés extraits de magazines, d'ouvrages sub-littéraires ou, au contraire, savants. Plus personne ne peint d'après nature –cela n'a probablement jamais été le cas.

Un ectoplasme blanc sur fond noir fait penser au résultat d'un test du Dr Hermann Rorschach, ou à une tête de nœud ou bien encore à un morceau en forme de poire, comme disait Satie, car il rappelle la fameuse caricature louis-philipparde. Mais faut-il voir de la représentation et du sens partout? Pas sûr.

En trois dimensions, on a, au milieu de la salle, un chaudron noir ressemblant, de loin, à une machine à vapeur de Papin ou de Watt et qui s'avère être un barbecue curieusement orné du drapeau sudiste. Si même la cuisine devient politique... Un tableau lettriste, en blanc sur noir, ce blanc sur noir étant lui-même couché sur un fond blanc plus vaste, joue avec la typo du mot «Kaligula» —il s'agit en fait de l'agrandissement de la jaquette de l'édition tchèque de la pièce éponyme d'Albert Camus. On a pu remarquer aussi deux petits formats représentent des photomatons (= photos prises par des matons?), démesurément pixélisés, de malfrats nordiques.

Des clichés en grand format et fortement tramés sont disposés en diptyques, l'un, horizontal —un flic pointe son arme en direction du spectateur, comme le hors-la-loi dans la scène finale du premier grand western de l'histoire du cinéma, The Great Train Robbery (1903) d'Edwin S. Porter, ou dans Pistol (1964) de Roy Lichtenstein; un autre, vertical, est tiré d'un manuel de la police —il montre comment ouvrir une porte en toute sécurité.
Le mot énigmatique écrit en lettres gothiques «héritage» est peint à même le mur de gauche de la galerie, comme s'il s'agissait de la signature de l'artiste.

La peinture est bien tournée, rien à dire de ce côté-là, et les coulures coquettement laissées sur la toile, comme pour signifier, par ce geste, qu'on y est, précisément, dans le geste —dans le mouvement, la décharge ou la dépense—, dans la geste également —dans la chansonnette vantant les hauts faits des hommes de loi ou de leurs doubles en négatif, les outlaws.


Gardar Eide Einarsson
Kaligula (Caligula), 2009. Acrylique et crayon sur toile. 120 x 160 cm.
Nada (1985), 2009. Acrylique et crayon sur toile. 122 x 152 cm.
Towards a Quaker View of Sex, 2009. Acrylique et crayon sur toile. 183 x 214 cm.
A Manifesto for Philosophy, 2009. Acrylique et crayon sur toile. Diamètre: 185 cm.
Untitled (Void), 2009. Inkjet sur papier. Diptyque. 133 x 88 cm.


fleche suivante1/1



ANNONCE
Votre corps aussi est une oeuvre dont il faut prendre soins ! ABC Coach Sportif Paris à votre service.

Vous recherchez un livre audio ? Profitez d´un large choix de titres au sein de la librairie en ligne Gibert Joseph

ÉDITORIAL fleche_rouge
Mapplethorpe et les nouveaux puritains
L'importante rétrospective que le Grand Palais consacre à Robert Mapplethorpe vingt cinq ans après sa mort a ceci de rassurant que cette œuvre aussi magistrale que sulfureuse n'a pas perdu de sa puissance provocatrice et dérangeante, ni de sa force à résister aux tentatives des puritains de toutes obédiences pour l'édulcorer, la vider de son énergie et… de son impact politique. Aujourd'hui encore, ici en France, on assiste à une série de tentatives pitoyables, plus ou moins conscientes, de...
fleche Lire la suite
140320PMU
140317Le104AMA


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
acting01 acting02
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le Salon d'Automne: «son combat contre le totalitarisme de l'art contemporain»
puce rouge  Sam Stourdzé nommé directeur des Rencontres de la photographie
puce rouge  Appel de Chaillot: Pour une nouvelle Europe de la culture
puce rouge  Ministère de la culture: aide au développement des galeries d'art
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs
puce rouge  Drawing Now Paris en danger: des intermittents et chômeurs occupent le Carreau du Temple
puce rouge  Cinq architectes en lice pour la nouvelle Ecole de la photo d’Arles
puce rouge  Art ou pub? Le Panthéon choisit JR
puce rouge  Le Cap Capitale Mondiale du Design 2014
puce rouge  La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend au contraire plus indispensable
puce rouge  Le Front national manifeste contre le chorégraphe Olivier Dubois
puce rouge  Cette année, la Fiac lance sa foire off à Paris et s’exporte à Los Angeles dès 2015
DIAPORAMA

François Bauchet, Cellae, 2013
Nicolas Richard, En-dehors (avec les outsiders) # 1
Etienne François, Macallister (détail), 2014. Installation. Matériaux divers.
Wendell Castel, Long night (Black), 2011. Stained ash with oil finish. 83 x 172 x 100 cm



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales