logo
150111MacValPeinture
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Huma Bhabha
Huma Bhabha
18 avril-30 mai 2009
Paris 4e. Galerie Nathalie Obadia, Cloître Saint-Merri
Les matières, les couleurs jouent de contrastes étonnants, le sacré pénètre le profane, la réalité s'enivre d'imaginaire. L'œuvre de l'artiste pakistano américaine, formellement (trop?) référencée, injecte dans le contemporain une dose de spirituel, entre archaïsme et fictions futuristes. 
fleche suivante1/1
Par Céline Piettre

Dans le travail d'Huma Bhabha, la terre est une matrice funèbre. Ocre, rocailleuse et aride, elle règne en reine stérile sur les paysages photographiques de son pays natal, le Pakistan. Ailleurs, comme noircie par un feu sacré, brûlante et brûlée, elle compose des corps géométriques, fétiches, totems immolés, masques de prière ou de torture. De la glaise, elle n'en a souvent que l'apparence, remplacée en réalité par du liège, celui avec lequel on fait les bouchons. Mais, toujours, chez l'artiste, la terre nourricière — ou son substitut de pacotille — a la mélancolie des sépultures. 

Les œuvres exposées dans la galerie semblent avoir subi des actes de vandalisme. L'inachèvement de certaines sculptures, ouvertes sur des viscères de bois et de métal, fait écho à l'aspect détérioré, carbonisé des autres — et là encore, la combustion n'est qu'un leurre pour celui qui observe avec attention et découvre une fallacieuse peinture.
Les photographies, elles, sont menacées dans leur intégrité documentaire par un encrage coloré, graffitis fantomatiques venant diluer le paysage ou l'habiter d‘architectures imaginaires, futuristes, de fragments de corps (pieds de colosses translucides) et de présences spectrales, aqueuses. Une énigme que renforce l'absence systématique de titres.

Vestiges d'une civilisation perdue ou anticipation des catastrophes à venir : nucléaires, écologiques, éthiques? Symboles des destructions en germe ou «monuments» conjuratoires? Les œuvres de madame Bhabha rôdent dans le territoire de la science-fiction, mais au sens où Jorge Luis Borges paraît l'entendre, dans cet entre-deux qui mêle inextricablement fictionnel et réalité, passé et futur dans un «présent indéfini».
Un dôme extra-terrestre vient coiffer de bleu les ruines d'un site archéologique, voûte céleste ouvrant sur une autre dimension, tracé invisible d'une spiritualité déjà contenue dans la forme même des sculptures — totémiques et rituelles, léchées par un feu sacrificiel.

D'essence votive, à croisée d'influences esthétiques et historiques diverses — arts premiers, art moderne — le travail de l'artiste pourrait être qualifié de syncrétique — le mot étant parfaitement approprié ici car faisant souvent référence à un éclectisme d'ordre religieux. On peut même en conclure à une certaine proximité avec Giacometti ou Brancusi pour la synthèse des formes et avec Rauschenberg, dans cette prédilection pour les matériaux pauvres, plastiques et l'utilisation poétique du rebut. Du coup, on ne peut s'empêcher de ressentir une agaçante sensation de déjà-vu, heureusement contrebalancée par la portée contemporaine du regard d'Huma Bhabha. Incomplète, décharnée, famélique, Bumps in the Road claudique sur des béquilles de fortune, confrontant sa propre infirmité à celle du (tiers) monde.

Huma Bhabha
Untitled, 2008 (sculpture). Technique mixte. 86 x 31 x 31 cm
Sans titre (HB 124), 2008. Encre et peinture sur photographie. 53, 5 x 70 cm encadré
Sans titre (HB 122), 2008. Encre et peinture sur photographie. 53, 5 x 70 cm encadré
Untitled, 2008. Encre, pastel et graphite sur papier. 51 x 61 cm
Sans titre (HB114), 2008. Encre et peinture sur photographie. 53, 5 x 70 cm encadré
Bumps in the Road, 2008 (sculpture). Technique mixte. 153,7 x 168,3 x 203,8 cm


fleche suivante1/1



ANNONCES


150115MarechalerieAndacht
ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141215Le104Koning
141120Limoges


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Autocensure au Pavillon Vendôme de Clichy: de «Silence» de Zoulikha Bouabdellah à l’inertie du maire
puce rouge  Luc Tuymans, condamné pour plagiat en Belgique: un verdict inquiétant pour la liberté de création
puce rouge  Décès de Wilfride Piollet, danseuse Étoile et chorégraphe
puce rouge  Villa Vassilieff, un nouvel espace dédié aux arts visuels dès septembre 2015 à Paris 15ème
puce rouge  Le CNAP fait l’acquisition de soixante-neuf photographies et vidéos.
puce rouge  Le Centre Pompidou rend hommage à la mobilisation nationale du 11 janvier 2015
puce rouge  Le Cneai et la Maison Rouge annoncent la création du nouveau salon MAD consacré aux pratiques éditoriales artistiques
puce rouge  Le Ministère de l’éducation et de la recherche économise sur le budget de l’ESAV Toulouse: une pétition en ligne.
puce rouge  Direction de l’ENSA de Bourges, l’épilogue: Hilde Teerlinck se retire et publie un communiqué
puce rouge  Plateforme, menacée de fermeture en 2015
puce rouge  Coupes budgétaires: la biennale de Bourges annulée, la Scène Nationale d’Orléans dans le viseur. (MAJ)
puce rouge  Des étudiants en vente sur Ebay pour protester contre la fermeture de la Haute Ecole d'Art de Perpignan
DIAPORAMA

Vue de l’exposition «des récits ordinaires» de Grégory Castéra, Franck Leibovici et Yaël Kreplak à la Villa Arson, 2014.
Jean-Michel Basquiat, Crisis X, 1982. Huile, acrylique et crayon gras sur toile montée sur palette en bois. 185 x 115 x 17,5 cm.



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales