logo
140227SerignanDowns
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Wade Guyton, Kelley Walker
GuytonWalker
25 juin-25 juil. 2009
Paris 13e. Galerie Air de Paris
GuytonWalker, un nom pour deux artistes dont les tableaux travaillent à leur propre dépersonnalisation. Des techniques sérigraphiques, effaçant toute trace de subjectivité, aux pots de peintures contenant les motifs inscrits à la surface des toiles, GuytonWalker gomme tout indice d'une individualité créatrice.
fleche suivante1/1
Par Sarah Ihler-Meyer

Fusion de deux noms originellement séparés, ceux de Wade Guyton et de Kelley Walker, GuytonWalker affirme d'emblée sa volonté de dépersonnaliser la pratique artistique.
En 2004 les deux artistes s'associent pour une exposition à Minneapolis. Depuis lors, à côté de leurs pratiques respectives, ils ne forment plus qu'un, ou, plus justement, se confondent et s'annulent au sein d'une troisième entité artistique: additionnée l'une à l'autre, les individualités s'effacent ici plus qu'elles ne s'exacerbent. Il s'agit de l'intention explicite du binôme qui «ne souhaite pas que ses travaux soient attribués à Guyton ou à Walker, mais soient le produit d'un troisième artiste».

Dans cette perspective, GuytonWalker utilise un procédé de reproduction industrielle bien connu, la sérigraphie. Récupérée dès les années 1960 par Andy Warhol, cette technique devient avec le Pop Art un moyen pour dépersonnaliser la peinture. Opposés aux courants gestuels des années 1940 et 1950, dont le principe directeur est la personnalité de l'artiste, le Pop Art use de matériaux et de procédés industriels afin d'effacer tout indice d'une individualité créatrice. Nul hasard donc si GuytonWalker se réapproprie la sérigraphie.

Juxtaposées le long des murs de la galerie, les toiles du binôme présentent des motifs similaires —quadrillages, bananes, noix de coco, bandes et point de couleurs—, dupliqués à l'infini via la technique de la sérigraphie. L'aspect sériel de ces tableaux, conjugué à l'absence de traces de pinceaux, les place du côté de la reproduction mécanique.

Cette dépersonnalisation se poursuit jusque dans le choix des motifs et des couleurs appliqués à la surface des toiles. Là où Andy Warhol maintenait la présence d'une individualité créatrice, GuytonWalker en éradique toute présence. Des dizaines de pots de peinture, ayant vraisemblablement servis à la réalisation des toiles exposées, jonchent le sol de la galerie. Sur chacun d'entre eux figure l'un des motifs visible sur les tableaux: bananes sur fond bleu, quadrillage noir et blanc, noix de coco sur fond rouge, etc. Évincée du processus technique aussi bien que de la sélection des motifs, la personnalité créatrice est définitivement absente des toiles de GuytonWalker.

Bien avant Andy Warhol, Marcel Duchamp est sans doute le premier artiste à avoir mis en acte la défection du rôle de l'artiste dans le champ de la peinture, en raison de l'industrialisation des couleurs et, plus tard, des procédés d'application. Il limitait l'acte créateur au choix des objets représentés ou montrés. Ici, GuytonWalker pousse plus loin cette démarche.

GuytonWalker
Untitled (x9), 2009. Installation. Injekt and silkscreen on canvas. Dimensions variables.


fleche suivante1/1



ANNONCE
Votre corps aussi est une oeuvre dont il faut prendre soins ! ABC Coach Sportif Paris à votre service.

Vous recherchez un livre audio ? Profitez d´un large choix de titres au sein de la librairie en ligne Gibert Joseph

ÉDITORIAL fleche_rouge
Mapplethorpe et les nouveaux puritains
L'importante rétrospective que le Grand Palais consacre à Robert Mapplethorpe vingt cinq ans après sa mort a ceci de rassurant que cette œuvre aussi magistrale que sulfureuse n'a pas perdu de sa puissance provocatrice et dérangeante, ni de sa force à résister aux tentatives des puritains de toutes obédiences pour l'édulcorer, la vider de son énergie et… de son impact politique. Aujourd'hui encore, ici en France, on assiste à une série de tentatives pitoyables, plus ou moins conscientes, de...
fleche Lire la suite
140320PMU
140317Le104AMA


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
acting01 acting02
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le Salon d'Automne: «son combat contre le totalitarisme de l'art contemporain»
puce rouge  Sam Stourdzé nommé directeur des Rencontres de la photographie
puce rouge  Appel de Chaillot: Pour une nouvelle Europe de la culture
puce rouge  Ministère de la culture: aide au développement des galeries d'art
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs
puce rouge  Drawing Now Paris en danger: des intermittents et chômeurs occupent le Carreau du Temple
puce rouge  Cinq architectes en lice pour la nouvelle Ecole de la photo d’Arles
puce rouge  Art ou pub? Le Panthéon choisit JR
puce rouge  Le Cap Capitale Mondiale du Design 2014
puce rouge  La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend au contraire plus indispensable
puce rouge  Le Front national manifeste contre le chorégraphe Olivier Dubois
puce rouge  Cette année, la Fiac lance sa foire off à Paris et s’exporte à Los Angeles dès 2015
DIAPORAMA




pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales