logo
160520ArtAbordable
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Wade Guyton, Kelley Walker
GuytonWalker
25 juin-25 juil. 2009
Paris 13e. Galerie Air de Paris
GuytonWalker, un nom pour deux artistes dont les tableaux travaillent à leur propre dépersonnalisation. Des techniques sérigraphiques, effaçant toute trace de subjectivité, aux pots de peintures contenant les motifs inscrits à la surface des toiles, GuytonWalker gomme tout indice d'une individualité créatrice.
fleche suivante1/1
Par Sarah Ihler-Meyer

Fusion de deux noms originellement séparés, ceux de Wade Guyton et de Kelley Walker, GuytonWalker affirme d'emblée sa volonté de dépersonnaliser la pratique artistique.
En 2004 les deux artistes s'associent pour une exposition à Minneapolis. Depuis lors, à côté de leurs pratiques respectives, ils ne forment plus qu'un, ou, plus justement, se confondent et s'annulent au sein d'une troisième entité artistique: additionnée l'une à l'autre, les individualités s'effacent ici plus qu'elles ne s'exacerbent. Il s'agit de l'intention explicite du binôme qui «ne souhaite pas que ses travaux soient attribués à Guyton ou à Walker, mais soient le produit d'un troisième artiste».

Dans cette perspective, GuytonWalker utilise un procédé de reproduction industrielle bien connu, la sérigraphie. Récupérée dès les années 1960 par Andy Warhol, cette technique devient avec le Pop Art un moyen pour dépersonnaliser la peinture. Opposés aux courants gestuels des années 1940 et 1950, dont le principe directeur est la personnalité de l'artiste, le Pop Art use de matériaux et de procédés industriels afin d'effacer tout indice d'une individualité créatrice. Nul hasard donc si GuytonWalker se réapproprie la sérigraphie.

Juxtaposées le long des murs de la galerie, les toiles du binôme présentent des motifs similaires —quadrillages, bananes, noix de coco, bandes et point de couleurs—, dupliqués à l'infini via la technique de la sérigraphie. L'aspect sériel de ces tableaux, conjugué à l'absence de traces de pinceaux, les place du côté de la reproduction mécanique.

Cette dépersonnalisation se poursuit jusque dans le choix des motifs et des couleurs appliqués à la surface des toiles. Là où Andy Warhol maintenait la présence d'une individualité créatrice, GuytonWalker en éradique toute présence. Des dizaines de pots de peinture, ayant vraisemblablement servis à la réalisation des toiles exposées, jonchent le sol de la galerie. Sur chacun d'entre eux figure l'un des motifs visible sur les tableaux: bananes sur fond bleu, quadrillage noir et blanc, noix de coco sur fond rouge, etc. Évincée du processus technique aussi bien que de la sélection des motifs, la personnalité créatrice est définitivement absente des toiles de GuytonWalker.

Bien avant Andy Warhol, Marcel Duchamp est sans doute le premier artiste à avoir mis en acte la défection du rôle de l'artiste dans le champ de la peinture, en raison de l'industrialisation des couleurs et, plus tard, des procédés d'application. Il limitait l'acte créateur au choix des objets représentés ou montrés. Ici, GuytonWalker pousse plus loin cette démarche.

GuytonWalker
Untitled (x9), 2009. Installation. Injekt and silkscreen on canvas. Dimensions variables.


fleche suivante1/1



ANNONCES


160513Abordable
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160517Le104impatience
160510MitterrandMcCollum


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Bilan de la Nuit européenne des musées 2016
puce rouge  Le Musée départemental Matisse, au Cateau-Cambrésis élu palme d’or du palmarès des musées de France par Le Journal des Arts.
puce rouge  Air shark: le requin monumental de l’aéroport Côte d’azur
puce rouge  Les 15 finalistes du Prix Levallois 2016
puce rouge  Valérie Mouroux rejoint l’Institut français
puce rouge  Disparition de l'artiste François Morellet
puce rouge  Patrimoines vivants dans un Moyen-Orient en conflit
puce rouge  Les collections des musées de la Ville de Paris en ligne.
puce rouge  Les lauréats du 61e Salon de Montrouge ont été annoncés.
puce rouge  L’école Camondo ouvre dès la rentrée 2016 10 % de places gratuites.
puce rouge  La galerie Templon fête ses 50 ans en 2016
puce rouge  Les nouveaux membres du conseil d’administration du Centre Pompidou
DIAPORAMA

Cameron Platter, Vibe, 2014. Carved jacaranda wood, polish, stain. 90 cm height



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales