logo
140227SerignanDowns
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Olivier Babin, Marcelline Delbecq
Group Show
06 juil.-29 juil. 2006
Paris 3e. Galerie Frank Elbaz
Dans l'exposition Group Show, Frank Elbaz montre les travaux des artistes qui vont rythmer les mois à venir. Une belle occasion pour poser, dans la torpeur de juillet, les jalons d'une année riche en événements.
fleche suivante1/1
Par Emmanuel Posnic

L'été chez Frank Elbaz ressemble quelque peu à un avant-programme de saison en montrant les travaux des artistes qui vont rythmer les mois à venir.

Certains marquent déjà l'actualité parisienne. C`est le cas de Laurent Pariente qui s'illustre au Musée Bourdelle (du 6 juillet au 26 novembre) à travers ses constructions à la craie, véritables dédales d'architectures, éphémères, improbables et pourtant si prégnantes. La lumière en est le coeur, tout comme dans ce qu'il montre ici: une grande plaque en aluminium sur laquelle s'inscrivent des entailles régulières qui suivent une destination courbe, de haut en bas ou de gauche à droite, arrondie d'un côté ou de l'autre (Sans titre, 2006).
Le résultat: une surface dynamique, brillante sous l'effet des jeux de lumières dans les incisions, sensible aux effets de profondeur et réactive à l'illusion d'une stratification progressive (Pariente varie la dimension des pointes pour creuser des sillons différents et donner ainsi l'impression d'un espace infini).

Cette plaque que Pariente a rendu totalement inervée révèle sa beauté et sa présence hypnotique au contact de la lumière. Le matériau a chez lui une réelle importance: ces supports en aluminium mais aussi en zinc, cuivre ou laiton participe au mirage de la création. A l'opposé, le travail de Rainier Lericolais s'inspire du précaire, du «low-tech». Le carton, qui figure parmi ses matériaux de prédilection, sera par exemple utilisé pour des structures de type architecturale démontrant son goût du détournement, de la farce et un certain penchant pour le désenchantement, la défaite et l'irrésolution.
Dans la galerie, il accroche un paysage de ville dessiné au trait, uniquement avec de la colle liquide. Celle-ci a été fixée au préalable sur des feuilles de journaux puis une fois sèche, séparée du papier. La fragilité, la rigueur même de l'exécution et l'aspect nostalgique qui s'empare de cette «construction» réduit la charge ironique de son geste pour trouver là, à mi-chemin entre dérision et beauté, comme dans bien d'autres de ses pièces d'ailleurs, un entre-deux impeccablement ajusté.

L'humour se marie aussi souvent avec le travail d'Olivier Babin. Il se niche chez lui dans la réinterprétation des codes artistiques inspirée par des pratiques contemporaines liées généralement à la culture pop. L'artiste contemporain n'a plus la prestance de ses aînés, il n'est plus le détenteur éclairé de cette mission héroïque et démiurgique à la recherche de la beauté, de la vérité ou de la nouveauté. Il défend une posture modeste face au monde et critique face à sa propre situation. Ce qui lui permet, comme le fait Olivier Babin, de déplacer ouvertement les lieux de l'inspiration vers des territoires plus communs. A l'image de cette expérience d'autoportrait d'un nouveau genre: «My name is Olivier»; «I am a conceptual artist»; «And my favorite food is pizza», trois entrées qu'il inscrit dans Google, le moteur de recherche sur Internet, pour retrouver dans les pages qui défile, son nom et son identité d'artiste.

Hugo Pernet balance du même côté, celui de l'humour discret et gentiment absurde. Il y ajoute le pastiche en reprenant délibérement les signes des grands noms de la peinture conceptuelle (ici, Olivier Mosset) pour composer une forme inspirée mais chez lui détournée en vulgaire caractère d'imprimerie (Pâquerette, 2006). Meredyth Sparks oscille également entre peinture et graphisme, idôlatrie et détournement.
Elle montre deux affiches de figures pop sur lesquelles elle colle des paillettes réflechissantes jusqu'à saturer l'image et en donner une lecture quasiment abstraite. Cette fascination frénétique pour les héros de la culture populaire trouve un point d'ancrage dans la peinture d'Audrey Nervi, lisse et extrêmement travaillée, qui fait la part belle aux anonymes de passage croisés lors des rencontres altermondialistes et considérés par la jeune artiste comme de véritables témoins d'une iconographie contemporaine en construction (Yitka, Tchéquie, 2005).

En marge de ces réalisations, Marcelline Delbecq revient avec une bande-son, déplaçant l'auditeur dans un univers noir, très cinématographique (lynchien pourrait-on dire), qui fait progressivement tomber en lambeaux la réalité au profit d'une intrigue parallèle, inconnue et sans repères tangibles.

De quoi glacer le sang. Et au vu de cette exposition, de quoi espérer aussi dès la rentrée une exploration prometteuse des signes pop qui cheminent dans la pensée de l'art contemporain.

Olivier Babin
That's What People Say, 2006. Impression jet d'encre sur papier 90 g A4. 3 éléments encadrés, 22,2 x 31 cm chaque.

Marcelline Delbecq
L'Intrus, 2006. Impression numérique sur papier Archival mat. 50 x 80 cm. Pièce sonore pour voix, 11 mn 58 ; enregistrement et mixage : Eric Tabuchi.

Rainier Lericolais
Sans titre, 2005. Colle et encre. 30 x 600 cm.

Audrey Nervi
Yitka, Tchéquie, 2005. Huile sur toile. 40 x 55 cm.

Laurent Pariente
Untitled, 2006. Plaque d'aluminum gravée, vernis. 183 x 183 cm.

Hugo Pernet
Paquerette, 2006. Acrylique sur toile. 100 x 100 cm.
Sans titre, 2006. Acrylique sur papier. 4 éléments encadrés : 29,7 x 21 cm chaque.

Meredyth Sparks
Untitled (Double Elvis I), 2006. Scan numérique, feuille d'aluminium, paillettes. 43,5 x 32 cm.
Untitled (Olivia Newton John I), 2006. Scan numérique, feuille d'aluminium, paillettes. 32 x 46 cm.
Untitled (The Velvet Underground I), 2006. Scan numérique, feuille d'aluminium, paillettes. 45 x 32 cm.


fleche suivante1/1



ANNONCE
Votre corps aussi est une oeuvre dont il faut prendre soins ! ABC Coach Sportif Paris à votre service.

Vous recherchez un livre audio ? Profitez d´un large choix de titres au sein de la librairie en ligne Gibert Joseph

ÉDITORIAL fleche_rouge
Mapplethorpe et les nouveaux puritains
L'importante rétrospective que le Grand Palais consacre à Robert Mapplethorpe vingt cinq ans après sa mort a ceci de rassurant que cette œuvre aussi magistrale que sulfureuse n'a pas perdu de sa puissance provocatrice et dérangeante, ni de sa force à résister aux tentatives des puritains de toutes obédiences pour l'édulcorer, la vider de son énergie et… de son impact politique. Aujourd'hui encore, ici en France, on assiste à une série de tentatives pitoyables, plus ou moins conscientes, de...
fleche Lire la suite
140320PMU
140317Le104AMA


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
acting01 acting02
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Sam Stourdzé nommé directeur des Rencontres de la photographie
puce rouge  Appel de Chaillot: Pour une nouvelle Europe de la culture
puce rouge  Ministère de la culture: aide au développement des galeries d'art
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs
puce rouge  Drawing Now Paris en danger: des intermittents et chômeurs occupent le Carreau du Temple
puce rouge  Cinq architectes en lice pour la nouvelle Ecole de la photo d’Arles
puce rouge  Art ou pub? Le Panthéon choisit JR
puce rouge  Le Cap Capitale Mondiale du Design 2014
puce rouge  La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend au contraire plus indispensable
puce rouge  Le Front national manifeste contre le chorégraphe Olivier Dubois
puce rouge  Cette année, la Fiac lance sa foire off à Paris et s’exporte à Los Angeles dès 2015
puce rouge  Avignon: fermée pour travaux, La Collection Lambert s’expose hors-les-murs
DIAPORAMA

Ida Tursic & Wilfried Mille, Vintage 3D 3, 2008. Huile sur toile. 250 x 200 cm.
Ziad Antar, Le Radar, 2007. Capture vidéo.
Régis Pinault, Néon, 2012.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales