logo
140719Pareidolie
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image François Daireaux
Goodbye
26 mars-01 sept. 2008
Saint Ouen L’aumône. Abbaye de Maubuisson
Les six installations de François Daireaux dans les salles de l'Abbaye de Maubuisson sont une invitation au voyage, à la flânerie et à l'observation passive. Un mélange des médium et des points de vue, qui interroge constamment notre manière de voir et de regarder. 
fleche suivante1/2
Par Laura Houeix

Ca y est. François Daireaux a posé bagages. Il a cessé de parcourir le monde, pour une halte dans l'abbaye cistercienne de Maubuisson. C'est ici que se rencontrent pour la première fois toutes ses images, toutes ses pratiques, de la vidéo à la sculpture en passant par la photographie.
Ses errances prennent forme dans un agencement en résonance avec l'histoire de l'abbaye. Ironie de l'art qui affiche les souvenirs d'inlassables promenades, face à l'immobilisme des sœurs, cloîtrées dans un silence monacale. Mais l'errance solitaire de François Daireaux aurait presque quelque chose de la méditation religieuse.
Observateur, promeneur, de la Grange à Dîmes à la salle des anciennes latrines qui conclut ce voyage, l'artiste n'a de cesse d'amener aux confins de la réalité, à la limite de son abstraction, à une réflexion sur notre regard.

Le voyage commence dans le tumulte d'une grande artère tracée dans le sol terreux de la Grange à Dîmes comme dans une allée de marché. Le son des gestes répétés frénétiquement et les dix panneaux vidéo grands formats diffusant 78 séquences différentes, assaillissent l'ouie et le regard.
Du massage au nettoyage des vitres, de l'art de dépouiller les grenouilles à celui du tressage de bambou, tout ces gestes rapides et maîtrisés se répètent inlassablement. Jusqu'à ce que tous ces fragments trouvent leur cadence. Le savoir-faire se réduit alors aux gestes des mains, à la dextérité, pas de visages, pas de contexte, juste le mouvement, juste ce qui se fait.
Galerie de 78 fragments de savoir-faire et d'artisanat, François Daireaux collectionne ces échantillons de mains en action, comme autant d'outils pris ça et là, transposés en dehors de tout contexte, réunis de manière inédite en un seul et même lieu.

Passée la frénésie des travailleurs des rues, il faut quitter ces anonymes de la Grange à Dîmes pour suivre François Daireaux sur le pas de porte de l'abbaye.
Marcher, parcourir, à l'instar de grands photographes et reporters, François Daireaux a intégré la promenade à son processus de création. Welcome.
Vous voici en train de piétiner l'œuvre en mousse florale moulée en silicone qui ouvre la suite de l'exposition. Œuvre éphémère s'il en est, qui, narguée par sa voisine d'en face restée intacte, voit ses protubérances paysagères se dégrader au fur et à mesure des passages et de l'ensoleillement.
Retour à la sculpture et aux matériaux de bricolage, François Daireaux symbolise le seuil par ce passage, maquette d'une nature synthétique en perpétuelle dégradation. Instant de pause sur la surface instable de ce tapis de bienvenue.

Inter : « J'utilise le médium photographique avec la pensée d'un plasticien et d'un marcheur, c'est-à-dire d'un artiste qui affectionne la lenteur. » François Daireaux

Avant de pénétrer dans la salle du Parloir, l'artiste a une nouvelle fois convoqué la curiosité et le regard du visiteur en plaçant sous le meuble de présentation de ses publications, une vidéo, Saisons. Durant 1 minute et 15 secondes, un homme balaye avec ses pieds des feuilles mortes. Petits fragments du voyage, comme un croquis volé, gros plan sur une petite action.

Comme dans tout voyage il y a aussi des rencontres, qui se passent parfois de mots, surtout quand la langue s'y oppose. P. Chellappan, 76 ans modèle au collège of Fine arts de Trivandrum en Inde, a croisé le regard de François Daireaux. Il en résulte 28 moulages de bustes, dont les originaux avaient été réalisés par les élèves de l'école, et une vidéo de 25 minutes où pose le septuagénaire.
Là encore, François Daireaux n'a pas peur des grands écarts, la vidéo rappelant aux effigies de plâtre que le vivant se saisit avant dans tout dans son mouvement, même le plus figé. Dans cette salle, où pouvait enfin se rompre le silence, s'instaure un dialogue silencieux entre les bustes  de Chellappan et la vidéo de François Daireaux, entre deux médiums qui tentent de saisir le vivant.

Un couloir, quelques pas, la promenade n'est pas longue pour arriver sur les terres d'Asie. Dans la salle des Religieuses, autrefois dédiée aux activités diurnes, Cent-une photos à même le sol créées un parcours labyrinthique. Demandant un pas lent et aléatoire, le cheminement se fait, d'aller et venue, de retour en arrière, d'observation attentive entre ces détails, fragments d'objets et de vie.
Le regard occidental se pose, il n'est plus de codes collectifs, de sens de visite, c'est l'envie de voir qui guide le visiteur dans cet immense mappemonde à échelle humaine. Le voyage se revit hic et nunc, une visite non-guidée qui fait passer indifféremment de l'Inde à la Chine, ...

fleche suivante1/2



ANNONCES
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !



ÉDITORIAL fleche_rouge
Esthétiques photographiques de l'attention
La frénésie de la vie et du monde d'aujourd'hui, les tensions et les bouleversements qui agitent tous les secteurs de la société, ainsi que les pressions permanentes exercées par l'hypertrophie des communications, suscitent le sentiment qu'est menacé un bien des plus précieux et des plus fragiles de l'homme: son attention. Tout allant trop vite, on ne peut plus accorder aux choses l'attention qu'elles méritent. Dans le flux incessant des marchandises et des informations, l'attention se fait...
fleche Lire la suite
140625VilletteOrta.gif
140707LyonBiennaleDanse


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Votre nom sur la façade de la Monnaie de Paris, participez à l’œuvre de John Baldessari
puce rouge  Lauréats du 15e Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main: Nathanaël Le Berre, Gérard Borde et Marc Aurel, Yann Grienenberger
puce rouge  Fin 2014, la galerie Yvon Lambert tire sa révérence
puce rouge  Le Festival d’Avignon aura bien lieu mais la CGT Spectacle appelle à une grève massive pour l’ouverture
puce rouge  L’artiste Huang Yong Ping prend les commandes de la Monumenta 2016
puce rouge  Un chemin de «Grande Randonnée Artistique» pour la Nuit blanche à Paris
puce rouge  Rapport sur le développement de l’entrepreneuriat dans le secteur culturel en France
puce rouge  Le 27 octobre 2014, ouverture de la Fondation Louis Vuitton
puce rouge  CoordinatiIntermittents et Précaires: «Ce que nous défendons nous le défendons pour tous!»
puce rouge  Nicolas Bourriaud entre confiance et vigilance du ministère de la Culture
puce rouge  Menace sur les festivals d’été, le conflit s’envenime entre les intermittents et le gouvernement
puce rouge  Ensba, le bras de fer continue entre Nicolas Bourriaud et les étudiants
DIAPORAMA

Régis Pinault, Hyperconsultation, 2012.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales