logo
140628SerignantRossonCrow
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
José Manuel Ballester, Cheyco Leidmann
Futur… No Futur
10 nov.-09 déc. 2006
Paris 3e. Galerie Pascal Vanhoecke
L'exposition Futur… No Futur rassemble et confronte deux univers photographiques: les constructions architecturales de José Manuel Ballester, austères et dépeuplées, et les compositions fantasmatiques de Cheyco Leidmann, exubérantes et foisonnantes.
fleche suivante1/1
Par Julia Peker

L'exposition Futur… No Futur rassemble et confronte deux univers photographiques: les constructions architecturales de José Manuel Ballester, austères et dépeuplées, et compositions fantasmatiques de Cheyco Leidmann, exubérantes et foisonnantes.
L'un et l'autre ouvrent les portes d'un monde aux marges de notre présent, et déploient leurs visions d'un monde désenchanté.

José Manuel Ballester photographie de vastes espaces vides, hantés par une architecture écrasante et froide. Ces constructions fonctionnelles, une fois soustraites à la présence humaine, deviennent d'absurdes parois sans issue.

Qu'il se concentre sur une allée de piliers souterrains ou sur une coupole de verre, sur l'enroulement d'un escalier en colimaçon ou sur un couloir, Ballester défait les repères de la perception. Ces lieux abandonnés à eux-mêmes, réfractaires à toute échelle, se refusent à l'appropriation.
La taille monumentale des tirages contraste avec le choix fragmentaire du cadrage. Ce décalage confère une autonomie démesurée à des éléments d'architecture coupés de la structure à laquelle ils appartiennent, et qui leur assigne une fonction déterminée.
Une seule photographie fait exception à ce procédé fragmentaire: elle représente une grande salle souterraine, rythmé par de larges piliers sans grâce.
Le regard s'oriente entre des murs froids, mais s'égare à vouloir identifier ce lieu à un espace familier, à comprendre quelle fonctionnalité a bien pu présider à son élaboration.

Deux photographies sont issues d'une série consacrée à la Chine: elles montrent les projections architecturales d'un monde bâti sur les ruines du communisme, et pétri de promesses utopistes.
Les palissades affichent les projets d'architecture les plus ambitieux. Le bouleversement du chantier est recouvert de visions rutilantes, de tours portées par les rêves d'une croissance folle.
Des rouleaux de fils métalliques, hostiles mais bien réels, se découpent cruellement devant ces images d'un avenir utopique.
Les visions d'une mégalopole radieuse sont recouvertes de la poussière des rues, écorchées par un contraste sans pitié avec la réalité.

L'avenir a ici l'éclat terni de promesses auxquelles personne ne croit plus. La taille des tours ne mesure plus que la hauteur de la chute.

Les photographies de Cheyco Leidmann sont aussi foisonnantes et chatoyantes que celles de Ballester sont austères. Les clichés d'une Amérique meurtrie sont mis en scène avec une exubérance violente.
Les corps jouissent et saignent dans le même temps. Le cri du plaisir ouvre une plaie suppurante. Les couleurs saturées empruntent leur tons aux palettes d'un érotisme criard, prêtant leurs feux à toutes sortes de visions apocalyptiques.
Chaque photographie juxtapose les éléments les plus incongrus, sans autre cohérence que l'association onirique.
Les corps plantureux, bâtis dans l'étoffe des fantasmes sexuels, se prolongent dans des moignons informes. Des clochards font irruption dans des compositions pornographiques où la paillette est reine, au profit d'un univers marqué par un même ton sordide.
Impuissant à suivre le fil d'une narration unifiée, le regard circule d'un image à l'autre. Les photographies sont assemblées en des compositions éclatées. On échoue à vouloir synthétiser cet univers fracturé de fragments épars.
L'ensemble explose avec une rare violence, livrant le regard à la vision d'un monde aussi familier que monstrueux.

Futur… No Futur: l'alternative est ouverte, l'enjeu vital.

Cheyco Leidmann
Wamb 69, 2006. Photo couleur sur Epson chrome. 165 x 110 cm.
Wamb 116, 2006. Photo couleur sur Cibachrome. 165 x 110 cm.
Mag14, 2006. Photo couleur sur Epson chrome. 165 x 110 cm.

José Manuel Ballester
Beijing 278, 2005. Photo couleur, tirage papier sur Fuji cristal archive. 120 x 300 cm.
Espacio 9, 2003. Photo couleur, tirage papier sur Fuji cristal archive. 123 x 273 cm.


fleche suivante1/1



ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141001MarechalerieCritiques


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Réouverture du Musée Picasso à Paris ce samedi 25 octobre 2014
puce rouge  La Fondation Cartier pour l’art contemporain fête ses 30 ans avec 2 expositions exceptionnelles qui débutent ce 25 octobre
puce rouge  Flash mob vendredi 24 octobre 2014 à 13h pour défendre la liberté de création, suite à l’agression de l'artiste Paul McCarthy
puce rouge  Ce 27 octobre, la Fondation Louis Vuitton ouvre ses portes
puce rouge  Disparition de Marcel Notargiacomo, figure des cultures urbaines et populaires
puce rouge  La nouvelle revue OpticalSound sort son 2e numéro
puce rouge  Emma Lavigne, nommée directrice du Centre Pompidou Metz
puce rouge  Budget 2015 du ministère de la Culture et de la Communication
puce rouge  Le sculpteur béninois Kifouli Dossou, lauréat du prix Orisha pour l'art contemporain africain
puce rouge  Tous photographes! Une charte des bonnes pratiques dans les établissements patrimoniaux
puce rouge  Décès de Gérard Violette, directeur emblématique du Théâtre de la Ville
puce rouge  Le nouveau Prix Orisha récompensera le 2 octobre un artiste de la scène africaine subsaharienne
DIAPORAMA

Stéphanie Lefebvre, Série de post-it® pré-imprimé, 2011. 3 post-it® pré-imprimés. 7,6 x 7,6 cm.
Benjamin Sabatier, Form Work VI (détail), 2014. Alu brossé, bois et béton. 213 x 407 x 47 cm



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales