logo
150622CracSeteHyber
  AGENDA CRITIQUES  
<•<•<•<• parisART RECRUTE un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Elisa Pône
Fermer les yeux. Sauver sa peau
02 fév.-26 fév. 2008
Paris 3e. Galerie Michel Rein
Chez Elisa Pône, l'entrée en matière est une entrée en fanfare. Un sursaut, un condensé d'excitation joyeuse et libertaire. Une menace sourde également, un surgissement brutal s'écrasant au milieu de nulle part, c'est-à-dire de n'importe où. 
fleche suivante1/1
Par Emmanuel Posnic

La curiosité du travail d'Elisa Pône réside d'ailleurs dans cette ambiguïté permanente qui s'installe, progressivement et de manière presque insidieuse, entre la légèreté de ses matériaux et la tension sauvage qui en émane. Ses micro-récits, qui enjambent le quotidien et le fantastique, prennent appui sur les mêmes ficelles : un décor anodin, sans réel fantaisie qui entre petit à petit dans une dramaturgie soudaine, virulente, hors norme. Et dans l'escalade, une humanité qui se dérobe.

Dans La Passion des fils, Pône filme deux hommes assis, la nuit, sur un banc près d'une cité. La caméra se rapproche de la scène. Ce que l'on devinait vaguement de leur jeu se dessine progressivement. Ils s'agrippent les doigts, se pincent, se griffent jusqu'au sang. Malgré la douleur qu'ils masquent derrière un rire d'imploration, ils continuent sans compter dans l'usure, le mal, l'absurdité de l'enjeu.

Si l'humanité se dérobe, c'est bien derrière une forme manifeste d'incommunicabilité. Dans Rent a Dog, Elisa Pône photographie à la dérobée une scène au milieu de laquelle se poste un chien près d'un panneau et des personnages indéterminés qui vont et viennent: «Rent a dog for a walk» est-il annoncé. Faut-il en rire ou en pleurer? Faut-il y voir de la tragédie, de l'absurdité ou du cynisme? Le message reflète cet état latent, à mi-chemin du désespoir et du désinvolte.

La voiture qui implose dans la vidéo I'm Looking For Something To Believe In, brûlée par les feux d'artifices pétaradant dans l'habitacle, répond de la même indétermination, entre joyeuses pitreries et menaces pyromanes. Tragique ou comique, chez Elisa Pône, le délire n'a pas encore choisi son camp.

Il laisse pourtant le monde perplexe. Les sirènes hurlantes des voitures télécommandées tapies au sol, prêtes à vomir les scansions des projectiles dans Boom Biddy Bye Bye et, plus encore, le diptyque As the Veneer of Democracy Starts to Fade en sont les exemples les plus percutants. On y voit une foule de manifestants plongée dans un paysage irréel et surplombé par un soleil couchant (le soleil du Grand soir?). Un silence spectral couvre la scène, au loin, la fumée des projectiles s'évanouit.

La fête est finie, on le devine. Elle laisse derrière elle comme un goût d'inachevé, de constat amer, de revers cuisant. Finalement, rien a changé, tout est comme avant. 

Elisa Pône
I'm looking for something to believe in, 2007. Vidéo.
La Passion des fils, 2007. Vidéo.
Rent a Dog, 2008. 6 images numériques en noir et blanc, 40.5 x 60.5 cm (chaque).
As the Veneer of Democracy Starts to Fade, 2008. 2 images numériques couleur, diptyque, 90 x 118 (chaque).
Boom Biddy Bye Bye, 2007. Voiture télécommandée, système sonore. 28 x 19 x 29 cm


fleche suivante1/1



ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
15059CaenMorellet
150401VilletteVarini


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Anne Teresa De Keersmaeker reçoit un Lion d’or pour l’ensemble de sa carrière à la Biennale de Venise.
puce rouge  Le Centre de développement chorégraphique-Les Hivernales menacé lance une pétition en ligne
puce rouge  Découvrez les cinq nommés au prix MAIF pour la sculpture 2015
puce rouge  Adrián Villar Rojas, lauréat du Prix canson 2015
puce rouge  Nicolas Marischaël et Felipe Ribon, lauréats du prix Bettencourt pour l’intelligence de la main
puce rouge  Appel à projet 2015 du Cnap: Bourse de recherche curatoriale
puce rouge  Décès du chorégraphe japonais Kô Murobushi
puce rouge  L'oeuvre «Dirty Corner» d’Anish Kapoor vandalisée à Versailles
puce rouge  Nouvelle collaboration entre le Centre Pompidou et la National Gallery Singapore
puce rouge  Remercié, Stéphane Corréard, le directeur du Salon de Montrouge, s’exprime
puce rouge  Communiqué du Cipac sur l’avenir des arts plastiques en regard de la réforme territoriale
puce rouge  Décès d’Odile Biec-Morello, directrice de l’Espace d’Art Concret et de l’Ecole Supérieure d’Art des Pyrénées
DIAPORAMA




pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales