logo
SerignanSeSouvenir
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Serban Savu
Essay on Limits
16 oct.-24 nov. 2010
Paris 3e. Galerie Hussenot
Cluj, troisième ville de Roumanie, a vu se développer une véritable «école». Depuis quelques années, les galeristes et les artistes s'y installent. Parmi eux, Serban Savu, jeune peintre figuratif qui traite de la situation de son pays, marqué par le communisme. Il est présenté à la galerie Hussenot dans l'exposition «Essays on limits».
fleche suivante1/1
Par Anne Lehut

Les peintures de Serban Savu, au traitement réaliste, représentent la vie quotidienne. On y voit des hommes au travail, des paysages urbains. C'est un univers souvent masculin, marqué par l'effort, le tout dans un style très minutieux, très appliqué.
Serban Savu illustre la situation de la Roumanie, où la population fut, sous le pouvoir de Ceausescu, incitée à s'installer dans les villes, sans que cela ne fonctionne vraiment. Les périphéries des villes se sont vite transformées en zones de marges, où l'architecture s'est vite dégradée comme le signe d'une utopie perdue. Cette périphérie constitue le décor des toiles. Les personnages évoluent dans des espaces que l'on ne parvient pas à situer, ni dans l'espace ni dans le temps.

Il y a une ambiance particulière dans ce travail dans lequel sont souvent représentées des situations d'action: le réconfort de la boisson après un travail que l'on imagine éprouvant dans Inner Life, un match de football dans Training. Mais il s'en dégage curieusement une sorte de passivité, une fragilité. Là, la perspective est totalement bouchée par les barres d'immeubles; ici, le match se déroule au bord d'une falaise qui suscite un sentiment de déséquilibre, de malaise. Et le réalisme respecte toujours l'anonymat des personnages.
Manifestement, Serban Savu a regardé les anciens. Et ce retour à la peinture qui avait été dénigrée en Roumanie pour avoir été trop liée au totalitarisme communiste, est aussi un retour à l'histoire de l'art.

Certaines toiles sont véritablement énigmatiques, et assez désespérées. Dans Narcis, un homme se tient debout dans l'eau. Derrière lui: une ville, sans que l'on sache très bien si les fumées qui s'en échappent viennent des usines ou d'un incendie que l'homme constaterait, impuissant.
Dans Labyrinth, deux hommes se tiennent passifs au centre d'une construction improbable aux de murs bruts, sans toit, envahie par la végétation, située au milieu de nulle part.

Il se dégage de ces toiles des sentiments d'absurde, d'impuissance, de résignation et de désespoir comme dans Sleep Without Dreams où deux personnes dorment parterre dans une allée bétonnée…

Serban Savu livre un regard critique sur ces paysages urbains: le décalage entre le traitement pictural qui magnifie (notamment par la lumière) et les scènes représentées, si vaines, donne à cette peinture un ton désabusé.


Algorithm of stillness, 2010. Huile sur toile. 157 x 134 cm
Empty courtyard, 2010. Huile sur toile. 45 x 35 cm
Inner life, 2010. Huile sur toile. 160 x 220 cm
Labyrinth, 2010. Huile sur toile. 146 x 195 cm
Ludus, 2010. Huile sur toile. 93 x 140 cm
Narcis2, 2010. Huile sur toile. 98 x 130 cm
Neighbour's garage, 2010. Huile sur toile. 35 x 50 cm
Perfect match, 2010. Huile sur toile. 30 x 40 cm
Sleep without dreams, 2010. Huile sur toile. 180 x 132 cm
The birch forest, 2010. Huile sur toile. 35 x 50 cm
Training, 2010. Huile sur toile. 30 x 40 cm


fleche suivante1/1



ANNONCES


160202MaleterialiteInvisib
ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
160121MarechalerieYvesBuraud


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Décès du plasticien français Jean-Luc Vilmouth
puce rouge  Des donateurs de Nantes achètent un terrain à Marfa, au Texas, pour les artistes et étudiants des beaux-arts de Nantes
puce rouge  Charte sociale du ministère de la Culture et de la Communication concernant ses relations avec ses prestataires
puce rouge  Fleur Pellerin lance le programme «1 immeuble, 1 œuvre»
puce rouge  Clément Cogitore, lauréat du Prix Le Bal de la Jeune Création avec l’Adagp
puce rouge  Cipac : Pour la culture, contre le Front national
puce rouge  Artistes à la Une pour la liberté
puce rouge  L'Ecole Nationale Supérieure d'Arts de Paris-Cergy entre dans le dispositif «Admission Post Bac»
puce rouge  L'art contemporain répond à Marine Le Pen
puce rouge  Isabelle Cornaro, commissaire invitée du Prix Fondation d'entreprise Ricard 2016
puce rouge  Les lauréats des Grands Prix de la Création de la Ville de Paris 2015 annoncés
puce rouge  Report en 2016 de AKAA, première foire internationale d’art contemporain et de design à Paris centrée sur l’Afrique
DIAPORAMA

Claudia Larcher, Landscape No 01-06, Série Ishinomaki, 2013. Photomontages. Dimensions variables
Hamid Ben Mahi (Compagnie Hors Serie), La Hogra, 2014. Danse contemporaine, 1h15
Claude Cahun, Le Croisic, 1921. Epreuve aux sels d’argent, 23,9 x 17,2 cm



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales