logo
140719Pareidolie
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e REDACTEUR-ice COMPETENT-e
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Aurélie Brame, Sans titre, 2007. Huile sur toile. 130 X 162 cm.


1
Copyright Aurélie Brame. Crédits photographiques Virginie Salot.">Cliquer pour Agrandir l'image
Aurélie Brame
Dynamiques organiques
24 oct.-07 déc. 2008
Le Grand Quevilly. Maison des arts de Grand Quevilly
De l'alimentaire certainement. Du végétal, du minéral également. Du sexuel probablement tapie derrière l'épaisseur de ces paysages complexes. La Maison des arts de Grand Quevilly accueille le travail d'Aurélie Brame, entre proliférations et dynamiques organiques.

fleche suivante1/1
Par Emmanuel Posnic

En somme, un monde organique à plusieurs entrées. L'oeuvre d'Aurélie Brame, pour polymorphe qu'elle soit dans ses sources d'inspiration, n'en reste pas moins fidèle aux supports de la peinture, à savoir la toile et la feuille. Ils sont même les premiers enjeux de son travail.

 

Le cadre d'abord, sensiblement similaire pour ses peintures (généralement 130 x 162cm) et ses dessins (30 x 40 cm ou 50 x 65cm). Comme s'il s'agissait d'aller au bout de l'expérience d'un format puis de conformer le spectateur à cet « écran » avant de disperser son regard sur l'ensemble de la surface. L'exposition à Grand Quevilly semble d'ailleurs explorer ce processus de construction. Plutôt que d'engendrer une chronologie des oeuvres, l'accrochage mise sur des séquences rectilignes (dessin puis peinture et ponctuation légère de l'un dans l'autre) dans lequel le travail prend le temps de s'étaler, de s'offrir et d'offrir toute son ampleur.

 

La surface ensuite. Aurélie Brame en fait un véritable théâtre. Une scène ouverte, vivante, bruyante de matières et de tensions, absorbant des motifs, plutôt des fragments de motifs que l'artiste balaye par grands gestes, qu'elle éparpillle jusqu'à les déployer complètement. La chair, le jus, le gras, le croquant, le mou ou ce qu'on prend pour tel aussi bien que les distances et les tailles en perdent leur langue. La surface est une tour de Babel riche de sa mixité et de ses chantiers inachevés. Un chaos permanent où se confondent les mondes, où s'épuise la réalité, où se rencontrent l'élan baroque et l'introspection d'une nature morte, une autre fidélité à la peinture.

 

Et pourtant, cette effervescence graphique tient bon sur ses pieds. L'organisation en apparence précaire repose sur une colonne vertébrale sans faille. Une oblique, un coude, une branche, un morceau de chair, un filet aqueux traversent toujours l'image et permettent aux formes les plus sauvages de fleurir autour.

 

Dans ses dessins récents (Proliférations panoramiques), la colone vertébrale prend la forme d'un long cordon organique qui parcourt la feuille à l'horizontal. Ailleurs (Fragments encounters), ce même cordon s'étire, se brise ou se multiplie. Ce sont sur ses arpents que s'agglomèrent en répétition des formes vaguement réalistes dont la matrice elle-même, image découpée dans les magazines, figure en bonne place. Un travail d'après photographie donc, comme pour rejoindre la pratique de la copie et de la citation: la source n'est jamais bannie chez Aurélie Brame, elle apparaît discrètement au mileu des exhubérances.

 

Pas de photographies dans sa peinture mais ses proliférations partent toujours d'une observation de la nature. Des « paysages » organiques, nous le disions, faits de verdures, de fruits, de tripes, de peaux et de chairs tendres, ceux-ci rendus indéchiffrables parce que raccourcis aux détails et confus parce que plongés dans un abîme vertigineux qui nous fait perdre contact avec le tangible.

 

Sous l'impulsion des séries de dessins, ses peintures récentes donnent même l'impression de quitter radicalement le tangible. Non pas que les signes de nature disparaissent. C'est juste qu'ils évoluent désormais dans un espace suspendu dans le vide, loin des dissections confuses, en lévitation, dans un blanc aérien qui organise, apaise et laisse respirer le bouillon organique.

Mais que l'on se rassure, celui-ci sera toujours saisi à feu vif.



Aurélie Brame
Sans titre, 2007. Huile sur toile, 130 x 162 cm.

Sans titre,. Huile sur toile, 130 x 162 cm.

Envolée, 2008. Huile sur toile, 130 x 162 cm.

Proliférations #3, 2007. Technique mixte sur papier, 30 x 40 cm.

Proliférations #6, 2007. Technique mixte sur papier, 30 x 40 cm.

 


fleche suivante1/1



ANNONCES
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !



ÉDITORIAL fleche_rouge
Esthétiques photographiques de l'attention
La frénésie de la vie et du monde d'aujourd'hui, les tensions et les bouleversements qui agitent tous les secteurs de la société, ainsi que les pressions permanentes exercées par l'hypertrophie des communications, suscitent le sentiment qu'est menacé un bien des plus précieux et des plus fragiles de l'homme: son attention. Tout allant trop vite, on ne peut plus accorder aux choses l'attention qu'elles méritent. Dans le flux incessant des marchandises et des informations, l'attention se fait...
fleche Lire la suite
140707LyonBiennaleDanse


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Lauréats du 15e Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main: Nathanaël Le Berre, Gérard Borde et Marc Aurel, Yann Grienenberger
puce rouge  Fin 2014, la galerie Yvon Lambert tire sa révérence
puce rouge  Le Festival d’Avignon aura bien lieu mais la CGT Spectacle appelle à une grève massive pour l’ouverture
puce rouge  L’artiste Huang Yong Ping prend les commandes de la Monumenta 2016
puce rouge  Un chemin de «Grande Randonnée Artistique» pour la Nuit blanche à Paris
puce rouge  Rapport sur le développement de l’entrepreneuriat dans le secteur culturel en France
puce rouge  Le 27 octobre 2014, ouverture de la Fondation Louis Vuitton
puce rouge  CoordinatiIntermittents et Précaires: «Ce que nous défendons nous le défendons pour tous!»
puce rouge  Nicolas Bourriaud entre confiance et vigilance du ministère de la Culture
puce rouge  Menace sur les festivals d’été, le conflit s’envenime entre les intermittents et le gouvernement
puce rouge  Ensba, le bras de fer continue entre Nicolas Bourriaud et les étudiants
puce rouge  Laurent Le Bon nouveau président du musée national Picasso
DIAPORAMA

Anita Dube, Elegance (for Mireille), détail, 2011. Fils d’acier recouverts de velours noir. 124 x 254 x 15 cm.
Rodrigo Almeida, Lampe Tupa, 2012. H30 x L22 x P17 cm



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales