logo
140719Pareidolie
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e REDACTEUR-ice COMPETENT-e
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image David Noonan
David Noonan
22 mars-06 mai 2007
Paris 16e. Palais de Tokyo
Pour sa première exposition au Palais de Tokyo, David Noonan présente un ensemble d'œuvres récentes qui interrogent la persistance des souvenirs. Par la mise en scène d'un environnement très étudié, il nous fait déambuler au cœur d'un labyrinthe sublimé: celui de la mémoire.
fleche suivante1/1

Share to Facebook Share to Twitter
imprimer





Autres expos des artistes
puce rouge Tableaux

Par Isabelle Soubaigné

On entre et l'on est instantanément enveloppé par le silence. Des parois en bois brut ont été ajoutées dans la pièce. L'envers de ces panneaux, décors dénués d'artifice, nous fait face. Les cimaises qui se dressent ça et là transforment l'espace d'exposition. Elles s'exposent en temps que telles pour faire émerger le champ lexical du théâtre et sa dialectique. Nous avons l'impression de pénétrer par les coulisses, dans une salle de spectacle. L'artiste semble nous accorder un privilège. Le temps s'est arrêté, le lieu attend notre visite.

Les murs installés pour l'occasion sont recouverts de lin et offrent aux yeux des spectateurs de grands formats, comme des morceaux d'univers fantastiques. Composés d'assemblages de toiles non apprêtées, ils sont les supports d'images sérigraphiées en noir et blanc.
Les superpositions, surimpressions et jeu de transparences laissent apparaître des formes inattendues. Des personnages fantomatiques sont suspendus et figés dans une profondeur sensorielle que l'on découvre au fil d'une lecture approfondie.

Ici, des corps allongés, en cercle, accentuent la composition tourbillonnante dans laquelle David Noonan tente de nous emprisonner. Plus loin, des acteurs anonymes semblent pétrifiés en pleine course dans ce qui pourrait être une salle de répétition. La photographie prise sur le vif saisit l'action et les gestes qui en résultent.
Un homme en contre plongée, cadré de très près, nous toise de son regard inquiétant. On lit sur son costume le tracé d'une spirale hypnotique qui retient une fois de plus notre attention.
Une certaine violence se dégage de tous ces tableaux. Sans pouvoir définir la provenance de ce sentiment, le rapport d'échelle opéré par l'artiste dans certaines compositions nous met mal à l'aise. Nous sommes vulnérables face à ces monstres irréels. De toute part, les silhouettes noires ou blanches se détachent sur des fonds rythmés par les différentes strates d'images qui s'accumulent. On fouille du regard cet imbroglio d'impressions floues et on se laisse happer dans l'univers composite qui se déploie sous nos yeux. Masques, costumes, accessoires et marionnettes, tout évoque ici le monde de la scène. La couleur sépia nous renvoie à un temps révolu et la nostalgie envahit la surface des tableaux.

David Noonan nous conte une histoire surréaliste. Mélange de souvenirs diaphanes et de rêves imprécis, ses compositions mettent en jeu «les accidents de la mémoire». Elles entrent alors en écho avec les différents photomontages présentés sur les autres murs de la galerie.
Les corps et les gestes désignent des postures énigmatiques. Les textures et les matières appellent le toucher et rendent l'espace plus tactile et plus réaliste. Les drapés et autres oripeaux qui font office de vêtements pour les comédiens choisis par Noonan, affirment une identité particulière.
Les plis, les coutures et les liens de cordes soulignent et accentuent le côté incisif et tranchant des mouvements chorégraphiés. Tout devient signe. Le moindre détail se transforme en lettre d'un alphabet plastique propre à l'artiste. Les objets et les personnages découpés et collés se rencontrent dans un lieu qui les unit bien malgré eux.
Ces fragments étrangers les uns aux autres appartiennent à des univers différents. Leur rencontre forcée et l'écart qui s'opère alors, crée un nouveau langage, une poésie de l'immatériel.

David Noonan
Untitled, 2007. Techniques mixtes.
Untitled, 2006. Techniques mixtes.


fleche suivante1/1



ANNONCES
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !



ÉDITORIAL fleche_rouge
Esthétiques photographiques de l'attention
La frénésie de la vie et du monde d'aujourd'hui, les tensions et les bouleversements qui agitent tous les secteurs de la société, ainsi que les pressions permanentes exercées par l'hypertrophie des communications, suscitent le sentiment qu'est menacé un bien des plus précieux et des plus fragiles de l'homme: son attention. Tout allant trop vite, on ne peut plus accorder aux choses l'attention qu'elles méritent. Dans le flux incessant des marchandises et des informations, l'attention se fait...
fleche Lire la suite
140625VilletteOrta.gif
140707LyonBiennaleDanse


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Lauréats du 15e Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main: Nathanaël Le Berre, Gérard Borde et Marc Aurel, Yann Grienenberger
puce rouge  Fin 2014, la galerie Yvon Lambert tire sa révérence
puce rouge  Le Festival d’Avignon aura bien lieu mais la CGT Spectacle appelle à une grève massive pour l’ouverture
puce rouge  L’artiste Huang Yong Ping prend les commandes de la Monumenta 2016
puce rouge  Un chemin de «Grande Randonnée Artistique» pour la Nuit blanche à Paris
puce rouge  Rapport sur le développement de l’entrepreneuriat dans le secteur culturel en France
puce rouge  Le 27 octobre 2014, ouverture de la Fondation Louis Vuitton
puce rouge  CoordinatiIntermittents et Précaires: «Ce que nous défendons nous le défendons pour tous!»
puce rouge  Nicolas Bourriaud entre confiance et vigilance du ministère de la Culture
puce rouge  Menace sur les festivals d’été, le conflit s’envenime entre les intermittents et le gouvernement
puce rouge  Ensba, le bras de fer continue entre Nicolas Bourriaud et les étudiants
puce rouge  Laurent Le Bon nouveau président du musée national Picasso
DIAPORAMA

Julien Carreyn, Erica Baum, Astrid Klein, vue de l’exposition «Journal d’une chambre» à la Galerie Crèvecœur, Paris, 6 juin – 25 juillet 2012.
Claude Rutault, d/m 208 bis repeindre, 1995, Jeux Olympiques de Mexico, 1968. Peinture sur papier bristol. 100 x 70 cm.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales