logo
140719Pareidolie
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image David Lefebvre
David Lefebvre
06 sept.-08 nov. 2008
Paris 3e. Galerie Zürcher
À quoi ça sert, de nos jours, qu'un peintre se décarcasse ? Telle est la question qu'on se pose en découvrant le travail de David Lefebvre. Ce vieil art figuratif peut-il encore «tenir son rang» face à l'accumulation de signes bien plus énervés, déversés 24 h/24 par la télévision, le cinéma, les jeux vidéo, les téléphones portables et le web…
fleche suivante1/1

Share to Facebook Share to Twitter
imprimer





Autres expos des artistes
puce rouge Dans le désordre

Par Nicolas Villodre

David Lefebvre a fait partie du groupe de peintres que Nicolas Thély et Stéphane Sauzedde ont rangé dans la catégorie esthétique qu'ils ont appelée la «Basse def», en référence au rendu vidéo, en faible résolution, qui occupe peu d'espace dans un disque dur et qui, de ce fait, peut être diffusée sur un réseau à un flux assez rapide.
Les deux commissaires de l'exposition grenobloise de 2007 ont parlé de «Basse def» pour qualifier tantôt les «gisements de formes inépuisables» qui ont définitivement remplacé la «peinture sur le motif», tantôt la technique vive, décomplexée, voire bâclée, qui se situe, qu'on le veuille ou non, dans la lignée de l'«expressionnisme abstrait», de la «bad painting» et de la Nouvelle Figuration.

De fait, les sujets traités sont ici assez banals: une sortie en boîte, une scène de livraison ou un poulet dans l'herbe. Le tout, croqué vite fait mal fait. L'artiste pense en avoir fini et laisse volontiers des «zones de réserve» dans certaines parties de sa toile, des traces de mise à carreau (ou plutôt à rectangle) au crayon noir. Un goût d'inachevé qui exclut tout repentir.

Les commentaires sur le travail de David Lefebvre usent de lieux communs, comme celui de dépense, au sens de potlatch où l'entendaient Marcel Mauss et Georges Bataille, qui commence à dater quelque peu, ou encore celui d'une soi-disant «impureté» (aussi agaçante que son contraire), en vogue depuis une dizaine d'années.
Autant on peut admettre que les coulures, giclures et bavures relèvent de la geste dépensière du peintre, autant on ne voit pas en quoi celui-ci commettrait un sacrilège en peignant à l'huile, sur de la vraie toile, comme dirait l'autre, au jour d'aujourd'hui, c'est-à-dire en 2008 !

Le peintre a une attitude ambiguë, à la limite de la schizophrénie : il pratique son «métier» tout en voulant se situer hors champ, en dehors de la peinture au sens strict. Il innove donc dans cette niche du déceptif et de l'inabouti, et pas du tout dans le renouveau du médium ou dans celui de la recherche formelle.

L'exposition de la galerie Zürcher présente plus de trente toiles, de tous les formats, plus ou moins léchées, plus ou moins lâchées en l'état par le jeune artiste. Des portraits, des paysages, des animaux, des natures mortes, en plans généralement rapprochés, parfois en très gros plans.
La toile qui nous a semblé la plus convaincante est celle qui présente deux femmes, l'une, à gauche, de profil, chaussant des baskets à quatre bandes, assise sur une chaise de jardin public, l'autre, à droite, face caméra, dans son fauteuil roulant. Il ne s'agit pas seulement du sujet du tableau puisque l'artiste peint indifféremment tout ce qui lui passe sous le nez. Mais il faut reconnaître que la composition, cette fois-ci, est parfaite. L'œuvre est classique et «classe» à la fois. Qui plus est, à la bonne échelle.

 

David Lefebvre
Sans titre (Harpa), 2008. Huile sur toile. 100 x 81 cm.
Sans titre, 2008. Huile sur toile. 100 x 65 cm.
Sans titre (Charlotte), 2008. Huile sur toile. 89 x 80 cm.
Sans titre (muret), 2008. Huile sur toile. 61 x 88,5 cm.
Pingouin #2, 2008. Huile sur toile. 46 x 38 cm.
— CAC 40 du 11.04.05, 2006. Huile sur toile. 30 x 40 cm.
 


fleche suivante1/1



ANNONCES
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !



ÉDITORIAL fleche_rouge
Esthétiques photographiques de l'attention
La frénésie de la vie et du monde d'aujourd'hui, les tensions et les bouleversements qui agitent tous les secteurs de la société, ainsi que les pressions permanentes exercées par l'hypertrophie des communications, suscitent le sentiment qu'est menacé un bien des plus précieux et des plus fragiles de l'homme: son attention. Tout allant trop vite, on ne peut plus accorder aux choses l'attention qu'elles méritent. Dans le flux incessant des marchandises et des informations, l'attention se fait...
fleche Lire la suite
140625VilletteOrta.gif
140707LyonBiennaleDanse


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Votre nom sur la façade de la Monnaie de Paris, participez à l’œuvre de John Baldessari
puce rouge  Lauréats du 15e Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main: Nathanaël Le Berre, Gérard Borde et Marc Aurel, Yann Grienenberger
puce rouge  Fin 2014, la galerie Yvon Lambert tire sa révérence
puce rouge  Le Festival d’Avignon aura bien lieu mais la CGT Spectacle appelle à une grève massive pour l’ouverture
puce rouge  L’artiste Huang Yong Ping prend les commandes de la Monumenta 2016
puce rouge  Un chemin de «Grande Randonnée Artistique» pour la Nuit blanche à Paris
puce rouge  Rapport sur le développement de l’entrepreneuriat dans le secteur culturel en France
puce rouge  Le 27 octobre 2014, ouverture de la Fondation Louis Vuitton
puce rouge  CoordinatiIntermittents et Précaires: «Ce que nous défendons nous le défendons pour tous!»
puce rouge  Nicolas Bourriaud entre confiance et vigilance du ministère de la Culture
puce rouge  Menace sur les festivals d’été, le conflit s’envenime entre les intermittents et le gouvernement
puce rouge  Ensba, le bras de fer continue entre Nicolas Bourriaud et les étudiants
DIAPORAMA

Sophie Zénon, C. Gaudioso, 2011. Photographie.
Anonyme, Russie (ex. URSS), 1937-1940. Photographies au gélatino-bromure d’argent, album 20 x 26,5 cm.
Sigmar Polke, Siehtman ja, was es ist (On voit bien ce que c’est), 1984. Acrylique sur toile. 224 x 298 x 7 cm.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales