logo
141031Fotofever
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
David Lefebvre
David Lefebvre
06 sept.-08 nov. 2008
Paris 3e. Galerie Zürcher
À quoi ça sert, de nos jours, qu'un peintre se décarcasse ? Telle est la question qu'on se pose en découvrant le travail de David Lefebvre. Ce vieil art figuratif peut-il encore «tenir son rang» face à l'accumulation de signes bien plus énervés, déversés 24 h/24 par la télévision, le cinéma, les jeux vidéo, les téléphones portables et le web…
fleche suivante1/1

Share to Facebook Share to Twitter
imprimer





Autres expos des artistes
puce rouge Dans le désordre

Par Nicolas Villodre

David Lefebvre a fait partie du groupe de peintres que Nicolas Thély et Stéphane Sauzedde ont rangé dans la catégorie esthétique qu'ils ont appelée la «Basse def», en référence au rendu vidéo, en faible résolution, qui occupe peu d'espace dans un disque dur et qui, de ce fait, peut être diffusée sur un réseau à un flux assez rapide.
Les deux commissaires de l'exposition grenobloise de 2007 ont parlé de «Basse def» pour qualifier tantôt les «gisements de formes inépuisables» qui ont définitivement remplacé la «peinture sur le motif», tantôt la technique vive, décomplexée, voire bâclée, qui se situe, qu'on le veuille ou non, dans la lignée de l'«expressionnisme abstrait», de la «bad painting» et de la Nouvelle Figuration.

De fait, les sujets traités sont ici assez banals: une sortie en boîte, une scène de livraison ou un poulet dans l'herbe. Le tout, croqué vite fait mal fait. L'artiste pense en avoir fini et laisse volontiers des «zones de réserve» dans certaines parties de sa toile, des traces de mise à carreau (ou plutôt à rectangle) au crayon noir. Un goût d'inachevé qui exclut tout repentir.

Les commentaires sur le travail de David Lefebvre usent de lieux communs, comme celui de dépense, au sens de potlatch où l'entendaient Marcel Mauss et Georges Bataille, qui commence à dater quelque peu, ou encore celui d'une soi-disant «impureté» (aussi agaçante que son contraire), en vogue depuis une dizaine d'années.
Autant on peut admettre que les coulures, giclures et bavures relèvent de la geste dépensière du peintre, autant on ne voit pas en quoi celui-ci commettrait un sacrilège en peignant à l'huile, sur de la vraie toile, comme dirait l'autre, au jour d'aujourd'hui, c'est-à-dire en 2008 !

Le peintre a une attitude ambiguë, à la limite de la schizophrénie : il pratique son «métier» tout en voulant se situer hors champ, en dehors de la peinture au sens strict. Il innove donc dans cette niche du déceptif et de l'inabouti, et pas du tout dans le renouveau du médium ou dans celui de la recherche formelle.

L'exposition de la galerie Zürcher présente plus de trente toiles, de tous les formats, plus ou moins léchées, plus ou moins lâchées en l'état par le jeune artiste. Des portraits, des paysages, des animaux, des natures mortes, en plans généralement rapprochés, parfois en très gros plans.
La toile qui nous a semblé la plus convaincante est celle qui présente deux femmes, l'une, à gauche, de profil, chaussant des baskets à quatre bandes, assise sur une chaise de jardin public, l'autre, à droite, face caméra, dans son fauteuil roulant. Il ne s'agit pas seulement du sujet du tableau puisque l'artiste peint indifféremment tout ce qui lui passe sous le nez. Mais il faut reconnaître que la composition, cette fois-ci, est parfaite. L'œuvre est classique et «classe» à la fois. Qui plus est, à la bonne échelle.

 

David Lefebvre
Sans titre (Harpa), 2008. Huile sur toile. 100 x 81 cm.
Sans titre, 2008. Huile sur toile. 100 x 65 cm.
Sans titre (Charlotte), 2008. Huile sur toile. 89 x 80 cm.
Sans titre (muret), 2008. Huile sur toile. 61 x 88,5 cm.
Pingouin #2, 2008. Huile sur toile. 46 x 38 cm.
— CAC 40 du 11.04.05, 2006. Huile sur toile. 30 x 40 cm.
 


fleche suivante1/1



ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Mort du photographe américain David Armstrong
puce rouge  Jean-Luc Vilmouth nommé Directeur du département des Etudes aux Beaux-Arts de Paris
puce rouge  Nomination de Christian Rizzo à la tête du CCN de Montpellier-Languedoc-Roussillon
puce rouge  Camille Blatrix, 16e Prix Fondation d'entreprise Ricard
puce rouge  Julien Prévieux, lauréat du Prix Marcel Duchamp 2014
puce rouge  Réouverture du Musée Picasso à Paris ce samedi 25 octobre 2014
puce rouge  La Fondation Cartier pour l’art contemporain fête ses 30 ans avec 2 expositions exceptionnelles qui débutent ce 25 octobre
puce rouge  Flash mob vendredi 24 octobre 2014 à 13h pour défendre la liberté de création, suite à l’agression de l'artiste Paul McCarthy
puce rouge  Ce 27 octobre, la Fondation Louis Vuitton ouvre ses portes
puce rouge  Disparition de Marcel Notargiacomo, figure des cultures urbaines et populaires
puce rouge  La nouvelle revue OpticalSound sort son 2e numéro
puce rouge  Emma Lavigne, nommée directrice du Centre Pompidou Metz
DIAPORAMA

André Guedes, Civilisation, 2010. Diaporama de photographies accompagné d’une bande-son
Vue de la performance d’Aldo Biascamano, Mythologie de Sète dans le présent, le passé, le futur.
Lia Rodrigues, Pindorama, 2013. Danse. 1h
Daniel Dobbels, Les plus courts chemins, création 2010. Triptyque composé de: Etre, à même (duo), Les Revenants (trio), Effectif réduit (quintette).
Nancy Rubins, 2012



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales