logo
150521TriennaleVendome
  AGENDA CRITIQUES  
<•<•<•<• parisART RECRUTE un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Alex Brown, Philippe Decrauzat
Déformalismes
24 mai-19 juil. 2008
Paris 3e. Galerie Praz-Delavallade
Le critique d'art et commissaire d'exposition Vincent Pécoil propose une réflexion sur la notion de «déformalisme», grâce à une série d'œuvres en deux dimensions, par des artistes aux pratiques diverses, de Jim Shaw à Blair Thurman. 
fleche suivante1/1
Par Magali Lesauvage

Dans le texte introductif de l'exposition, Vincent Pécoil oppose au formalisme le «déformalisme», considéré comme un équivalent de la «défiguration», qui «tirerait l'abstraction vers quelque chose qui n'est pas elle». Le déformalisme déferait la forme pure, au prix d'une violence rapprochée de l'art de la caricature ou du cartoon, et au moyen, entre autres, d'effets d'optique, de déformation perspective ou d'excès de matière.

À ce petit jeu de la caricature du formalisme, les artistes convoqués répondent diversement. Qu'il s'agisse de réduire le portrait à un flou désindividualisant (E.M.F. d'Alex Brown, 2000) ou d'appliquer à la peinture les principes de la caricature, comme dans la toile dénonciatrice Abu Ghraib de Peter Saul (2005), le but est de réduire la représentation à sa fonction de relais d'une déformation opérée par le réel lui-même.

La toile monumentale d'Ivan Fayard, Who Is Afraid of Pink, Guston and Blue (2002), fait le constat effrayant des interstices inconscients où se logent les capacités destructrices du «déformalisme» : à partir de personnages bien connus (et rassurant) de Walt Disney, l'artiste fait surgir l'inquiétante étrangeté en introduisant dans l'image des éléments perturbateurs, têtes déformées ou masques de sorcellerie qui métamorphosent les jolies figures du conte en monstres.

Il s'agit également pour Sylvie Fanchon, dans ses séries de formes blanches nuageuses sur fond noir, de rendre à leur étrangeté et à leur monstruosité des formes communes, banales, trop évidentes.

La rigueur de l'abstraction peut elle aussi subir les outrages de la caricature, même si celle-ci reste discrète et confinée au sérieux de la réalisation dans les œuvres de Dan Walsh, strictes grilles orthonormées héritières de l'Op Art, ou dans Atopia (2007), variation-ondulation sur le thème de la ligne pure de Philippe Decrauzat.

Dans ses petites toiles oblongues (Check The Record, 2006 ; Switzer's Dream, 2007), John Tremblay en revanche n'oublie pas la dimension ludique de l'abstraction, à l'instar de Stephen Felton, ennemi de la ligne droite optant pour la spontanéité du geste qui fait surgir l'abstraction, et adepte de la peinture comme jeu, ce dont témoignent les titres des œuvres Playground (2008) et Krash Boom Bap (2008). L'abstraction peut aussi devenir mécaniste, évoquant les veuves-machines de Duchamp et Picabia dans l'œuvre en néons de Blair Thurman, Merry Widow (Veuve joyeuse, 2008).

L'excès de matière (ici l'encaustique) et l'improvisation gestuelle sont quant à eux les modes opératoires adoptés par Michael Scott, auteur de tableautins de format carré, réceptacles de giclées de couleurs, en ultime affront à la forme.

Alex Brown
E.M.F., 2000. Peinture à l'huile sur toile. 164 x 143,5 cm

Dan Walsh
Sans titre, 2008. Acrylique sur papier. 101,6 x 1101,6 cm
Sans titre, 2008. Acrylique sur papier. 101,6 x 1101,6 cm

Sylvie Fanchon
Sans titre, 2005. Acrylique sur toile. 60 x 81 cm
Sans titre, 2005. Acrylique sur toile. 60 x 81 cm
Sans titre, 2004. Acrylique sur toile. 38 x 55 cm

John Tremblay
Check the record, 2006. Acrylique sur toile. 77,8 x 14,3 cm
Switzers dream, 2007. Acrylique sur toile. 61,9 x 28,6 cm

Ivan Fayard
Who Is Afraid Of Pink, Guston and Blue, 2002. Acrylique sur toile. 240 x 360 cm

Stephen Felton
Playground, 2008. Acrylique sur toile. 160 x 224 cm
Krash Boom Bap, 2008. Acrylique sur toile. 168 x 168 cm

Peter Saul
Abu Grhaib, 2005. Acrylique sur toile. 150 x160 cm

Michael Scott
Sans titre, 2007-2008. Encaustique sur toile. 31 x 31 cm

Philippe Decrauzat
Atopia, 2007. Acrylique sur toile. 276 x 254 cm

Steven Parrino

Sans titre (NO DATE.0010). Marker sur papier velin. 22,9 x 19 cm
Sans titre, 2000 (2000.0009). Email et graphite sur velin. 22,9 x 22,9 cm
Sans titre, 1985 (1985.0007). Graphite sur velin. 30,5 x 22,9 cm
Sans titre, 1985 (P1985.0005). Email et graphite sur velin. 35,6 x 27,9 cm
Sans titre, 1990 (1990.0005). Email et graphite sur velin. 24,8 x 47,6 cm
Sans titre, 2000 (2000.0010). Graphite et charbon de bois sur vélin. 27,9 x 35,6 cm
Sans titre (NO DATE.0024). Email sur velin. 35,6 x 27,9 cm
Sans titre, 1986 (1986.0003). Graphite sur velin. 30,5 x 22,9 cm

Michael Scott
Sans titre, 2007-2008. Encre sur papier. 34 x 27 cm




Blair Thurman

Merry Widow, 2008. Néons. 275 x 160 cm

Benoît Platéus
Brooom 4, 2007. C-print contrecollé sur alu et encadré sous plexi. 140 x 180 cm

Jim Shaw
Study for Monster Costume #5, 2007. Stylo sur papier. 42,5 x 50 cm


fleche suivante1/1



ANNONCES


150518MichaelClark
ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
150520Le104impatience
150401VilletteVarini
150424Le104Gaumont


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Nomination d’Alban Richard à la direction du Centre Chorégraphique National (CCN) de Caen Basse Normandie
puce rouge  Ventes record chez Christie’s: quand le marché s’emballe.
puce rouge  Designer’s Days: les Parisiens invités à un parcours de fabrication d'objets
puce rouge  Les lauréats de la 56ème Biennale d’art contemporain de Venise
puce rouge  Décès du performeur et plasticien Chris Burden
puce rouge  Les lauréats du 60e Salon de Montrouge
puce rouge  Ce printemps, les arts de la rue investissent la capitale
puce rouge  Le jury du Prix Canson 2015 a sélectionné les cinq finalistes
puce rouge  Le Satellite: un nouvel outil de diffusion pour le Frac Franche-Comté
puce rouge  Première édition du Forum «Entreprendre dans la culture»
puce rouge  Décès de Michel Bernard, philosophe à l’origine du département de danse de Paris 8
puce rouge  Le nouvel Iheap, attaqué en justice par Daniel Buren, répond par communiqué
DIAPORAMA

Harald Stoffers, sans titre (lettre n°283), 2014. Marqueur acrylique sur papier. 120 x 150 cm



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales