logo
160510SerignanMRACPeinado
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Manuel Ocampo
Comprehensible Only to a Few Initiates.
01 juin-20 juil. 2002
Paris 4e. Galerie Nathalie Obadia, Cloître Saint-Merri
Voici la peinture photographiée : ses couleurs, ses matières, ses lumières et ses traces de gestes exaltées par la photographie ! Des "peintures" qui s'avèrent être des photographies en très gros plan d'une palette de peintre. Une interrogation par la peinture et l'art sur la pratique artistique.
fleche suivante1/1
Par Sandrine Morsillo

Quatre "peintures" de format important et identique (142 x 112 cm) accrochées sur le mur d'entrée nous accompagnent vers la salle principale. En s'approchant, on s'aperçoit qu'il s'agit en fait de photographies (des impressions numériques sur toile) et que la composition "picturale" n'est autre qu'une vue en très gros plan d'une palette de peintre. Tout l'espace du support n'est pas occupé, ce qui laisse apparaître une bordure blanche : la toile vierge. Ainsi, sont photographiées quatre palettes avec différents mélanges de peinture.

Voici donc la peinture photographiée. Ses couleurs, ses matières, ses lumières et ses traces de gestes exaltées par la photographie.

Le grand format des palettes fait-il écho au format des toiles de Pollock ? Et, si les peintures de Pollock cessent d'être des tableaux, des palettes à l'échelle murale en deviennent-elles en passant de la position horizontale fonctionnelle à la position verticale d'exposition ? Souvenir d'une œuvre de Jim Dine intitulée Pleasure Palette (1969) : une palette véritable est collée sur une toile et dégouline de peinture affirmant ainsi le basculement.
Une palette photographiée devient-elle une sorte de ready-made, dans un passage tout duchampien de l'objet d'usage à l'objet d'art — voire une peinture rétinienne débarrassée de l'odeur de térébenthine.
La photographie plaque la palette sur le support. Aucune ombre ne marque son volume, la lumière étant réservée à la pâte picturale. S'agit-il de peindre d'une autre façon, de vérifier si la peinture sans la réalité matérielle est encore possible ?

Manuel Ocampo s'adonne d'ailleurs à une véritable expérimentation picturale en déclinant sur neuf toiles de taille identique des peintures de factures différentes. La peinture est associée à chaque fois à l'écriture peinte. Est-on pour autant dans une oeuvre "compréhensible seulement de quelques initiés", comme le suggère le titre de l'exposition?

On peut en effet s'interroger sur ces phrases énigmatiques qui semblent sorties d'écrits théoriques : "Une peinture qui fait une disposition vierge ne laisse rien à expliquer. Un savoir social institutionnellement purifié emballé selon les critères du design". Incompréhensibles alors ? Sauf à les lier aux styles déclinés sur les toiles — abstraction gestuelle ou géométrique, figuration, bande dessinée, bad painting, réalisme, etc. — à travers des frottis de couleurs, des aplats et des transparence. Ces titres sont d'ailleurs inscrits sur chaque toile. Les graphies changent de style comme la peinture à laquelle on les associe. Les mots et les peintures retrouvent un espace commun : la verticalité, déjà pointée avec les palettes. Mouvements ou styles de peinture…

Quel que soit le genre convoqué, l'écriture recouvre, articule, structure et commente. L'écriture est peinture. Ici, elle se détache d'une tache verte et s'écoule en vert fluo, presque illisible. Là, un monochrome rose encadré de marron laisse apparaître en surimpression : "Comprehensible Only To A Few Initiates". L'art minimal ou conceptuel serait-il ici convoqué ? Sur une toile vierge, une écriture d'imprimerie en zig zag aux lettres multicolores laisse lire : "Ha, ha qu'est-ce que ça représente ? ha, ha que représentez-vous ?"

Est-ce alors au regardeur de faire le tableau, selon la formule célèbre de Duchamp ? Les œuvres dépendant des conditions de leur production — un matériau (la peinture), un métier —, mais aussi des conditions de leur réception — un auteur, un public et une institution. Ce qui fait art ici, c'est à la fois la peinture et la phrase à propos de l'art : "Les paradigmes qui suivent leurs adeptes dans la tombe". Les œuvres paradigmatiques sont celles qui font une hypothèse quant à la nature de l'art, et qui la vérifient.

L'impossibilité d'exprimer est son expression est un titre énigmatique. Concerne-t-il la pratique de Manuel Ocampo ? Procède-t-il à une dérision feutrée de la théorisation ? Malgré la distance photographique, les palettes exposées telles quelles invitent-elles à savourer la peinture comme un matériau à part entière, débarrassé de tout discours parasite ?

Manuel Ocampo :
Untitled, 2002. Impression numérique sur toile. 142 x 112 cm.
Untitled, 2002. Impression numérique sur toile. 142 x 112 cm.
A Painting Making a Blanck Statement Leaving Nothing To Be Explained, 2002. Acrylique sur toile. 192.5 x 130 cm.
Untitled, 2002. Impression numérique sur toile. 142 x 112 cm.
Untitled, 2002. Impression numérique sur toile. 142 x 112 cm.
Meaning Emptied of Signs, 2002. Acrylique sur toile. 152,5 x 122 cm.
The Failure to Express Is Its Expression, 2002. Huile et acrylique sur toile. 15.5 x 122 cm.
The Highest Product of Distraught Bourgeois Self Consciousness, 2002. Acrylique sur toile. 152,5 x 122 cm.
Paradigms Following Their Adherents to the Grave, 2002. Acrylique sur toile. 52,5 x 122 cm.
Ha Ha What Does This Represent ? Ha Ha What Do You Represent ? 2002. Acrylique sur toile. 52,5 x 122 cm.
An All Out Attempt At Transcendence, 2002. Huile sur mousseline sur toile. 52,5 x 122 cm.
Institutionally Purified Social Knowledge Packaged According To Design, 2002. Huile et acrylique sur toile. 52,5 x 122 cm.
Comprehensible Only To A Few Initiates, 2002. Acrylique sur toile. 152,5 x 122 cm.
A Work Not Subject To Judgement, 2002. Huile et acrylique sur lin. 51 x 40,5 cm.
The Explored Niche In The Monadical And Contemplative Subjectivity, 2002. Huile sur lin. 51 x 40,5 cm.
Dicky Doofy, 2002. Huile sur lin. 51 x 40,5 cm.
The Work itself, 2002. Huile sur lin. 51 x 40,5 cm.
An Object Insulating Itself In A Closed System Of Approved Texts And Models, 2002. Huile et acrylique sur lin. 51 x 40,5 cm.
Criticism Will Have No Effect, 2002. Acrylique sur lin. 51 x 40,5 cm.


fleche suivante1/1



ANNONCES


160517Le104impatience
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160510MitterrandMcCollum
160408MarechalMarcJohnson


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Bilan de la Nuit européenne des musées 2016
puce rouge  Le Musée départemental Matisse, au Cateau-Cambrésis élu palme d’or du palmarès des musées de France par Le Journal des Arts.
puce rouge  Air shark: le requin monumental de l’aéroport Côte d’azur
puce rouge  Les 15 finalistes du Prix Levallois 2016
puce rouge  Valérie Mouroux rejoint l’Institut français
puce rouge  Disparition de l'artiste François Morellet
puce rouge  Patrimoines vivants dans un Moyen-Orient en conflit
puce rouge  Les collections des musées de la Ville de Paris en ligne.
puce rouge  Les lauréats du 61e Salon de Montrouge ont été annoncés.
puce rouge  L’école Camondo ouvre dès la rentrée 2016 10 % de places gratuites.
puce rouge  La galerie Templon fête ses 50 ans en 2016
puce rouge  Les nouveaux membres du conseil d’administration du Centre Pompidou
DIAPORAMA

Antonio Bernardo, 1.232 Chicchi di riso, 2015. Riz, coton, plâtre, raphia naturel, branche.
Garry Winogrand, Los Angeles, 1980-1983. Tirage gélatino-argentique. The Garry Winogrand Archive, Center for Creative Photography, Université d’Arizona



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales