logo
140227SerignanDowns
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Rita Ackermann, Nobuyoshi Araki
Christmas Show
18 déc.-19 janv. 2002
Paris 3e. Galerie Almine Rech
Un échantillon d'œuvres de quelques artistes de la galerie : juxtaposition éclectique où peinture, dessin et photographie sont à l'honneur ; rencontres autour du corps, du féminin, du sexe, et d'une certaine esthétique de l'artificialité.
fleche suivante1/2
Par Anna Guilló

" Christmas show " porte bien son nom. L'exposition du mois de décembre que propose la galerie Almine Rech est aussi variée que les guirlandes bariolées d'un sapin de Noël. Ceux qui aiment remplir leur panier des produits les plus divers apprécieront cette juxtaposition éclectique où peinture, dessin et photographie sont à l'honneur.

L'artiste grec Miltos Manetas explore les formes liées à la technologie contemporaine par le biais de peintures, vidéos et " vibracolors " (impressions jet d'encre). Par extension, il s'intéresse aux divers comportements et attitudes qui en découlent. Le décalage entre ses huiles sur toile d'une facture assez classique et les sujets représentés (enchevêtrement de câblages et range-cédéroms, vision subjective et féminine sur un appareillage informatique) opère un rapprochement entre deux mondes où les distances temporelles apparaissent comme abolies. N'est-ce pas peut-être de ce genre d'annulation dont il est également question dans les trois crayons sur papier de Rita Ackermann ? La main de l'artiste laisse libre cours aux occupations ambiguës de trois jeunes filles, qu'elles soient dénudées sur piédestal dans un curieux extérieur, en proie à des flèches dont on ne sait si elles sortent d'un " St Sébastien " ou d'un manga, ou encore dans une sorte d'interprétation contemporaine des Trois Grâces. Le style délibérément maladroit (dessin gauche, remplissage au crayon) et les sujets équivoques parviennent à instaurer un véritable malaise, c'est aussi le cas pour les deux peintures " Naturally Beautiful " et " Somehow New " dont l'atmosphère tout aussi malsaine doit autant au traitement faussement malhabile qu'aux sujets traités.

Et c'est encore de jeunes filles et d'écart entre périodes passées et temps présent dont il s'agit avec le travail photographique de Miwa Yanagi. Des femmes en uniforme posent dans des lieux clos — ici un ascenseur — ou dans de grands espaces vides. La femme yanagienne se démultiplie, un peu comme la femme beecroftienne, en une sorte d'automorphose perpétuelle et aporétique. C'est le monde du travail japonais comme machine à broyer l'individu qui est pointé du doigt dans ces photographies aux couleurs vives et aux éclairages néon. Mais c'est aussi la problématique liée à la question du clonage qui se dessine derrière cette incessante déclinaison du même ; Miwa Yanagi rejoint ainsi les préoccupations d'un Gilles Barbier ou d'un Keith Cottingham. Un enfermement tout autre, en noir et blanc, hante les photographies de Johannes Kahrs. Untitled, A-h est un troublant diptyque où l'artiste se représente tantôt de face, tantôt de trois quarts, le visage couvert de larges bandes de scotch noir. Évocation de la censure ou du monde carcéral, cette double photo un peu floue brouille la mission habituelle de la photographie d'identité par le fait que le personnage est méconnaissable et donc non re-connaissable. Les moyens diffèrent de ceux employés par Miwa Janagi ou Miltos Manetas, mais là encore, les préoccupations liées à la perte d'identité sont prégnantes et incontournablement rattachées à la question de l'autoportrait. Kahrs fouille au plus profond de lui-même et parvient tout de même, malgré le masque, à faire passer ce sentiment d'" étrange familiarité " du sujet dont parlait Barthes.

On pourra finir cette balade de Noël en traversant la rue pour rejoindre le deuxième espace de la galerie Almine Rech, ou en se perdant dans une énorme peinture sur polyester d'Ugo Rondinone qui couvre un mur entier de ses bandes horizontales impeccables. Mais que cette parodie de color-field ne nous empêche pas d'examiner de près les fleurs aux pistils agressifs photographiées par Nobuyoshi Araki quitte, au passage, à en cueillir quelques unes.

Par Muriel Denet Cette exposition de fin d'année propose un échantillon d'œuvres de quelques artistes de la galerie, un marché de Noël en quelque sorte, sans autre raison fédératrice apparente. Mais leur réunion provoque inévitablement des rencontres, autour du corps, du féminin, du sexe, et d'une certaine esthétique de l'artificialité.

C'est elle en tout cas qui domine visuellement avec les deux peintures monumentales de Ugo Rondinone : des bandes lisses de largeurs variées s'étendent, horizontales, sur toute leur longueur plastifiée ; de couleurs acidulées, et scintillantes de paillettes, on les dirait obtenues par étirement mécanique de l'autoportrait de l'artiste en pin up de magazine (de la série I Don't Live Here Anymore), ou bien de l'image de ses clowns amorphes du milieu des années quatre-vingt-dix, dont les grimages et les costumes empruntaient déjà à ces gammes de couleurs artificielles. La facture industrielle irréprochable en fait aussi l'achèvement ironique de la Laura Croft de Miltos Manetas, qui aurait été totalement dissoute ...

fleche suivante1/2



ANNONCE
Votre corps aussi est une oeuvre dont il faut prendre soins ! ABC Coach Sportif Paris à votre service.

Vous recherchez un livre audio ? Profitez d´un large choix de titres au sein de la librairie en ligne Gibert Joseph

ÉDITORIAL fleche_rouge
Mapplethorpe et les nouveaux puritains
L'importante rétrospective que le Grand Palais consacre à Robert Mapplethorpe vingt cinq ans après sa mort a ceci de rassurant que cette œuvre aussi magistrale que sulfureuse n'a pas perdu de sa puissance provocatrice et dérangeante, ni de sa force à résister aux tentatives des puritains de toutes obédiences pour l'édulcorer, la vider de son énergie et… de son impact politique. Aujourd'hui encore, ici en France, on assiste à une série de tentatives pitoyables, plus ou moins conscientes, de...
fleche Lire la suite
140320PMU
140317Le104AMA


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
acting01 acting02
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Sam Stourdzé nommé directeur des Rencontres de la photographie
puce rouge  Appel de Chaillot: Pour une nouvelle Europe de la culture
puce rouge  Ministère de la culture: aide au développement des galeries d'art
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs
puce rouge  Drawing Now Paris en danger: des intermittents et chômeurs occupent le Carreau du Temple
puce rouge  Cinq architectes en lice pour la nouvelle Ecole de la photo d’Arles
puce rouge  Art ou pub? Le Panthéon choisit JR
puce rouge  Le Cap Capitale Mondiale du Design 2014
puce rouge  La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend au contraire plus indispensable
puce rouge  Le Front national manifeste contre le chorégraphe Olivier Dubois
puce rouge  Cette année, la Fiac lance sa foire off à Paris et s’exporte à Los Angeles dès 2015
puce rouge  Avignon: fermée pour travaux, La Collection Lambert s’expose hors-les-murs
DIAPORAMA

Meg Stuart, Violet, 2011. Danse.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales