logo
140227SerignanDowns
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Emilie Benoist
Cellula Phantastica.
08 sept.-13 oct. 2007
Paris 3e. Galerie Eva Hober
De couche en couche et de recherche plastique en travail formel d'après clichés scientifiques, l'art d'Émilie Benoist cherche et progresse en spirale. Et le spectateur est happé par les sphères concentriques d'une œuvre qui réfléchit notre monde intérieur.
fleche suivante1/2

Share to Facebook Share to Twitter
imprimer





Interviews
puce rouge Emilie Benoist
puce rouge Emilie Benoist

Autres expos des artistes
puce rouge Blocs

Par Yaël Hirsch

Après avoir longtemps interrogé d'autres parties du corps, depuis quelques années déjà, l'artiste interroge les neurones. L'anatomie la plus classique de notre organe de pensée, aussi bien que les dernières avancées scientifiques sur la matière sombre, viennent nourrir une recherche formelle qui cadre et s'encadre dans la voie royale de l'imagination. «Cellula phantastica» réunit deux sculptures et sept aquarelles en ce que l'artiste aime à appeler un doux mélange d'exactitude formelle et de rêve éveillé.

Formée à l'École des beaux-arts, spécialisée dans la taille de bois, et passionnée de revues scientifique, l'artiste créé en plusieurs dimensions. Son récent voyage en Inde et son séjour en pleine nature cet été ont réveillé en elle le désir de se confronter à la matière. Matière pauvre pour une première sculpture accrochée au mur sous plexiglas, où du bois, un peu de cuivre, des éponges, et beaucoup de fils évoquant les séductrices crinières des rousses séductrices, chères aux surréalistes, forment un «portrait» des synapses.
Les scientifiques les plus avertis verront qu'Émilie Benoist n'a pas oublié de figurer au fond les astrocytes, ces cellules ayant un rôle de contact entre les synapses et permettant la circulation des neurotransmetteurs.

La deuxième sculpture, qui est aussi l'impressionnante pièce centrale de l'exposition «Cellula phantastica», mélange un noble tronc de noisetier poli par l'artiste avec cette matière rêche, ingrate, non-biodégradable, et difficile à sculpter qu'est le polystyrène. Du côté de la tige, le bois blanc aux courbes et aux nœuds presque humains, et à l'écorce mouchetée de pores rappelant les mille et une vies de l'épiderme, ravira les amateurs d'Arte povera. Le tronc traverse la pièce, telle une colonne vertébrale de l'exposition et du corps.
Rompu par l'exercice, il est scindé en deux. C'est ainsi qu'Émilie Benoist nous représente la moelle épinière. Avec, au bout, comme difficilement porté par ce fragile fil, non pas une cellule nerveuse, mais un plan entier de polystyrène recouvert de billes vertes. Il s'agit d'une maquette de temples de Pondichéry ; vus d'en haut, ils font terriblement penser à ce qu'on appréhenderait si l'on effectuait une coupe à l'intérieur du crâne. L'inspiration surréaliste revient quand le spectateur se met à projeter le téton d'un sein, là où à l'origine, il n'y avait que la pointe mousseuse d'un temple…

Pour Émilie Benoist, les dessins sont de l'ordre de l'intime. Depuis neuf ans, quand elle dessine, elle s'impose un format, l'usage de la graphite et de l'aquarelle et expérimente un maximum de variations à l'intérieur de ce cadre.
Les sept aquarelles présentées à l'exposition «Cellula phantastica» évoquent à la fois les humeurs de l'artiste au moment où elle les a exécutées. En même temps, mises bout à bout, elle correspondent à plusieurs étapes de sa quête sur les formes. De gauche à droite, elle vont des plus concrètes chimères dessinées autour du thème du corps, à des cercle plus épurés et plus mystiques. Les trois premiers dessins montrent un cerveau éclaté.
Mais aussi d'autres parties du corps : d'abord le ventre d'une femme, avec anatomiquement ses organes de reproduction, et enfin, les stades d'évolution du fœtus. Pâles et construits en spirale, les dessins d'Émilie Benoist sont des paysages humains qui épinglent avec fragilité et subtilité ce lieu magique où l'intériorité prend corps. Les deux dessins suivants témoignent de l'influence de Pondichéry sur l'artiste puisqu'ils montrent des idoles hindouistes en transparence. Par ce jeu d'ambivalences et de symboles, ils font penser à la période la plus onirique du surréalisme de Francis Picabia.

Enfin, les deux derniers dessins sont noirs et blancs. Deux sphères dessinées, elles aussi, en spirales. Le premier est le plus épuré : en une boule noir au cœur blanc, Émilie Benoist a voulu donner forme à la sensation chaleur. Le deuxième reproduit fidèlement les mouvements d'un neurotransmetteur de mouche. Par delà la précision scientifique de la représentation, le dessin fait méditer, tel un Mandala indien.

Continuant dans sa voie désormais bien reconnaissable de précision des formes, de curiosité scientifique, et y ajoutant un flux toujours plus libre de rêverie, d'inconscient et d' images qui la fascinent, Émilie Benoist arrive à abstraire ses recherches sur cerveau. Celle-ci est probablement une des questions les plus angoissantes, et qu'il ne faut pas laisser aux seuls neurologues, à l'époque où mourir ce n'est plus avoir le cœur ...

fleche suivante1/2



ANNONCE
Votre corps aussi est une oeuvre dont il faut prendre soins ! ABC Coach Sportif Paris à votre service.

Vous recherchez un livre audio ? Profitez d´un large choix de titres au sein de la librairie en ligne Gibert Joseph

ÉDITORIAL fleche_rouge
Mapplethorpe et les nouveaux puritains
L'importante rétrospective que le Grand Palais consacre à Robert Mapplethorpe vingt cinq ans après sa mort a ceci de rassurant que cette œuvre aussi magistrale que sulfureuse n'a pas perdu de sa puissance provocatrice et dérangeante, ni de sa force à résister aux tentatives des puritains de toutes obédiences pour l'édulcorer, la vider de son énergie et… de son impact politique. Aujourd'hui encore, ici en France, on assiste à une série de tentatives pitoyables, plus ou moins conscientes, de...
fleche Lire la suite
140320PMU
140317Le104AMA


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
acting01 acting02
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le Salon d'Automne: «son combat contre le totalitarisme de l'art contemporain»
puce rouge  Sam Stourdzé nommé directeur des Rencontres de la photographie
puce rouge  Appel de Chaillot: Pour une nouvelle Europe de la culture
puce rouge  Ministère de la culture: aide au développement des galeries d'art
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs
puce rouge  Drawing Now Paris en danger: des intermittents et chômeurs occupent le Carreau du Temple
puce rouge  Cinq architectes en lice pour la nouvelle Ecole de la photo d’Arles
puce rouge  Art ou pub? Le Panthéon choisit JR
puce rouge  Le Cap Capitale Mondiale du Design 2014
puce rouge  La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend au contraire plus indispensable
puce rouge  Le Front national manifeste contre le chorégraphe Olivier Dubois
puce rouge  Cette année, la Fiac lance sa foire off à Paris et s’exporte à Los Angeles dès 2015
DIAPORAMA

Robert Capa, Mort d’un milicien, Cerro Muriano (front de Cordoue), 5 septembre 1936. Tirage sur papier baryté. 25,5 x 35 cm
Laura Henno, Sans titre, 2010. Tirage argentique contrecollé sur aluminium.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales