logo
160617SetePeiMing
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Katharina Ziemke
Catch
10 janv.-20 mars 2009
Paris 3e. Galerie Zürcher
L'entrée en matière n'est jamais évidente. Encore moins pour un peintre ou une peintresse réaliste. Jusqu'à quel point peut-on perdre de vue le sujet au profit de l'objet ? Qui est, finalement, toujours un peu le même : la peinture, cela va de soi.

fleche suivante1/1
Par Nicolas Villodre

Le pigment de l'existence. Celle du peintre, s'entend. La couleur. Et parfois aussi la coulure. La bavure. Entrer dans la matière. Et pas trop dans le détail. Katharina Ziemke a peint un cheval à terre, mort ou agonisant, avec, à côté de l'animal inanimé, un cavalier, comme le spectateur, désarçonné. Un cavalier bleu ou d'une autre teinte, n'importe ! Qui est passé par le filtre monochrome de la peinture-peinture. Qui se réfère à sa propre aventure. Pas qu'au qu'en dira-t-on. Autrement, à quoi bon continuer comme ça ? Comme si de rien n'était ?

 

Bleu Klein. Bleu Monory. Bleu Theotokópoulos. Bleu Franz Marc. Ces peintres, qui font et refont les mêmes gestes. Sur, avec, sans motif. Quelquefois, sans mobile apparent. Le mobile, c'est la quête, l'enquête policière qui le déterminera, en dernière instance. Deux flics, de Miami, deux Dupond pas très joyeux, de San Francisco Bridge ou de LA, près de Mulholland Drive, deux anges bleus virant au vert, l'un, motard, droit dans ses bottes, l'autre de la maréchaussée ou du cheval vapeur, à midi, l'heure de Grimm.

 

L'éruption, volcanique. L'explosion, caillouteuse, poussiéreuse, rocailleuse. Un peu graveleuse, quand même, il faut bien le reconnaître. La métaphore absolue. La gauloiserie. Le feu aux poudres. Et ailleurs. La dialectique peut casser des adobes. Pas de fumée sans feu ? Pas si sûr que ça.

 

Le Dobermann. Invention du XIXe siècle. Pure forme impure. Croisement. Au goût douteux. Le royal canin montre qu'il a les dents longues. Le poil court. La peau lisse. Féroce et véloce. Vorace, le Rintintin. Une vie de chien, ce n'est si terrible que cela !

 

Le garçon aux cheveux verts. Le jeune asiatique émeraude. Hands-up. Hauts les cœurs. S'est sans doute un peu trop cassé la tête. Contre les murs. Le crâne en sang en fait foi.

 

La cantatrice. Chauve ou pas, on ne saurait vraiment le dire. Emperruquée façon Madame du Barry. Robe à la française, main au panier. Contouche, si l'on veut, en allemand. Pas encore de crinoline, qui ne paie pas de mine. De petits plis Watteau. Des traces carmin de cochenille de-ci, deçà delà. Au bord d'une manche, du collier, du corps sage ou à baleine. La gougoutte de sang de reine Margot fait déborder le vase de Sèvres et celui de Soisson.

 

Chute du mur. Mur fissuré, figuré, littéralement. Mur-rideau, murs et rideaux déchirés hithcockiens, mur de scène de théâtre. Pas complètement aveugle. Cloison-chassis dont la friable couche de plâtre tombe par plaques.

 

Portrait décomposé d'un fameux compositeur russe. Le rouge a viré au blanc.

 

Têtes d'enterrement. De vie de garçon. La jeune fille et la mort. La veuve pas encore joyeuse.

 

Le garçonnet en short et t-shirt rayé. Le paysage vangoghien.



Katharina Ziemke:
Lullaby, 2008. Huile sur toile, 100 x 70 cm
Exil, 2008. 60 x 80 cm
Dawn, 2008. Huile sur toile, 100 x x130 cm
Monaco, 2008. Huile sur toile, 70 x 80 cm


fleche suivante1/1



ANNONCES


160624CorciaOdySaban
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160510MitterrandMcCollum


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge   Marie Roche, nouvelle directrice du CDC Le Pacifique
puce rouge  Njideka Akunyili Crosby, lauréate du Prix Canson® 2016
puce rouge  PETITION. NON à la fermeture du Quartier, Centre d'art contemporain à Quimper
puce rouge  Gojiki, le premier «linkedin» de l'Art
puce rouge  Soutien aux arts de la rue
puce rouge  Nominations au CDN et au CCN d’Orléans
puce rouge  La galerie Perrotin, New York déménage dans le Lower East Side
puce rouge  Soutien au Quartier, centre d art contemporain de Quimper
puce rouge  Lauréats du Prix Émile Hermès 2016
puce rouge  L’État au secours de la danse et du cirque
puce rouge  Une avancée législative majeure pour tous les métiers d’art
puce rouge  Marc Le Glatin à la tête du Théâtre de la Cité internationale
DIAPORAMA

Pedro Cabrita Reis, Os últimos 1, 1999. Technique mixte sur papier. 64 x 57 cm.
Lisbeth Gruwez, Lisbeth Gruwez dances Bob Dylan, 2015. Danse, duo, 45 min



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales