logo
140909JosefNadj
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Nicolas Dion, Aurélie Gérard
Cadrage/Débordement
22 mai-13 juil. 2007
Paris 6e. Ecole nationale supérieure des beaux-arts
L'Ecole des Beaux-Arts de Paris présente les travaux des quatorze «meilleurs élèves» de la promotion 2006. Sous le commissariat de Thierry Raspail, les œuvres présentées, très diverses, oscillent entre formalisme et conceptualisation, entre journal intime et regard aigu porté sur le monde.
fleche suivante1/1
Par Magali Lesauvage

Chaque année l'Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts (Ensba) de Paris décerne le «Diplôme national supérieur d'Arts plastiques» aux élèves en fin d'études. En 2006 quatorze d'entre eux ont obtenu en sus les félicitations du jury. Ce fameux jury était l'an passé composé de deux directeurs de centres d'art (Thierry Raspail, directeur du musée d'art contemporain de Lyon, président du jury, et Claire Le Restif, présidente du Crédac, Centre d'Art contemporain d'Ivry) et de deux artistes (Daniel Firman et Regine Kolle).

L'exposition des travaux des élèves, que les responsables de la manifestation désignent comme un «redoutable privilège», est une occasion pour ces artistes de montrer aux amateurs, et peut-être à de futurs marchands, l'étendue de leur talent, mais également pour l'Ensba un moyen de mettre en valeur les fruits de sa pédagogie.

Le titre de l'exposition, «Cadrage/Débordement», fait référence à une technique rugbystique qui consiste à courir vers l'adversaire pour le «déborder» sur le côté et l'atteindre. Il résume ainsi la volonté du commissaire de l'exposition et président du jury, Thierry Raspail, de montrer par les œuvres sélectionnées des exemples d'une création contemporaine tous azimuts, dynamique, faite de décalages par rapport au «post-modernisme» agonisant.

Sur le registre du journal intime, combiné à l'esthétique du cabinet de curiosité, l'exposition ouvre sur une impressionnante installation de Corinne Van, au titre mystérieux, Être humain et Êtres humains et humaines. Exposition pour Alice Miller, une être universelle. Pour et avec Koh, Marc Petit, Jeff Smith (pas d'art sans cœurs) (2006-2007): l'artiste rend hommage à la psychanalyste Alice Miller, spécialisée dans les problèmes de la petite enfance, en accumulant de manière obsessionnelle, évoquant parfois l'art brut, des objets, photos et notes griffonnées recensant tous les micro-évènements de sa vie.
De même pour Julie Genelin, sa vie propre est la matière première de son travail: cassettes vidéos et photos disposées dans un cabinet de curiosité sont mises à disposition du spectateur et manipulables, permettant une intrusion dans la vie de l'artiste. Celle-ci est l'auteure d'une œuvre monumentale de sept mètres de hauteur: Calendrier (1999-2007) est le résultat d'un collage de cartons d'emballages, classés par date de péremption, formant un immense manifeste critique de la (sa) surconsommation.

La sculpture est présente grâce à Nicolas Giraud, qui explore les capacités techniques et esthétiques de matériaux divers, plus ou moins «nobles» (grès, acier, récupération de barrières métalliques, etc.), Julien Laforge, créateur d'énigmatiques structures inspirées d'engins d'exploration sous-marine, ou Aurélie Girard, qui dans ses sculptures en équilibre se joue des caractéristiques techniques des matériaux.

Plus formaliste est le travail du peintre Samuel Richardot, dont les toiles légères à la mise en page équilibrée évoquent la douceur de l'aquarelle, de Marlène Mocquet, qui invente des personnages hybrides, pris dans la tourmente de sa peinture, ou du photographe Nicolas Dion, auteur d'une réflexion sur les «non-lieux» proche de la démarche d'un Jean-Luc Moulène.

L'installation de Pierre Guy rend compte de la poésie du paysage urbain nocturne grâce à une installation, L'Etat empire (2007), constituée de diodes et de composants électroniques d'où surgit la notion de merveilleux, sensible aussi dans le travail d'Astrid Méry Sinivassin, créatrice d'«animaux-sculptures» en tissu et d'eaux-fortes de personnages mi-hommes mi-animaux d'un grand raffinement.
Une grande poésie émane également du travail sur le jeu des apparences d'Estefania Penafiel Loaiza, qui se sert d'empreintes de doigts pour former des messages presque invisibles, ou présente dans une lumière rouge des images violentes, de la même couleur, donc tout autant invisibles…

Enfin les vidéos de Farid Mekbel et celles de Marie Preston nous replongent dans le réel de manière salutaire: le premier réalise des montages rapides et spectaculaires d'images de la «jungle urbaine» et d'évocations du racisme latent subi par la jeune génération issue de l'immigration maghrébine; la seconde rappelle son expérience au sein d'une association de femmes maliennes, «tissant des liens» réellement (par l'exécution d'un tissu malien) et métaphoriquement.

A noter que deux prix seront remis le 20 juin prochain à deux élèves diplômés en 2007: le Prix Start 2007, décerné par Hiscox, et le Prix Jeune Espoir Nicolas Feuillatte.

Nicolas Dion
Sans titre, 2005. Photographie couleur. 115 x 145 cm.
Poteau d'angle, 2005. Photographie argentique noir et blanc. 145 x 100 cm.

Nicolas Giraud
Popopost, 2006. Installation grès porcelainique. 300 x 200 x 100 cm.

Pierre Guy
Tunnelier (détail), 2006. Image de synthèse. 6000 x 36000 px.

Farid Mekbel
Redondance Cyclique, 2006. Vidéo / Son. 4'25''.
Horizon Vertical, 2006. Vidéo / Son. 4'02''.
Bleu / Blanc / Rouge, 2006. Vidéo / Son. Triptyque 2'49''/2'33''/2'07''.
Généalogie d'un vocable, 2006. Vidéo / Son. 3'01''.

Marlène Mocquet
Le diable noir, 2005. Huile sur toile. 25 x 25 cm.
Cour de tennis, 2005. Acrylique sur toile. 20 x 20 cm.
Le scarabée, 2006. Technique mixte sur toile. 110 x 110 cm.
La fraise, 2006. Technique mixte sur toile. 130 x 130 cm.
La pomme, 2006. Technique mixte sur toile. 150 x 150 cm.
Lionel et ses amies, 2005. Technique mixte sur toile. 55 x 46 cm.
Le téléphone à pied, 2005. Technique mixte sur toile. 55 x 46 cm.
L'oiseau bleu, 2005. Huile sur toile. 27 x 22 cm.
La maison jaune fluo, 2006. Technique mixte sur toile. 35 x 27 cm.
Jumeau, 2006. Technique mixte sur toile. 60 x 80 cm.
La femme volcan, 2005. Technique mixte sur toile. 55 x 38 cm.
La lune, 2006. Technique mixte sur toile. 50 x 50 cm.
La cartomancienne, 2005. Huile sur toile. 27 x 21 cm.


fleche suivante1/1



ANNONCES
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !



TempsImages2014
ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
140912MarechalerieChapuisat
140707LyonBiennaleDanse


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le Centre Pompidou présente sa première antenne provisoire à Málaga
puce rouge  Nomination de Jean-François Chougnet à la présidence du MuCEM
puce rouge  La galerie christian berst part à la conquête de New York
puce rouge  Heineken fait sa pub sur la façade de la Monnaie de Paris. Quid de la loi Evin?
puce rouge  Votre nom sur la façade de la Monnaie de Paris, participez à l’œuvre de John Baldessari
puce rouge  Lauréats du 15e Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main: Nathanaël Le Berre, Gérard Borde et Marc Aurel, Yann Grienenberger
puce rouge  Fin 2014, la galerie Yvon Lambert tire sa révérence
puce rouge  Le Festival d’Avignon aura bien lieu mais la CGT Spectacle appelle à une grève massive pour l’ouverture
puce rouge  L’artiste Huang Yong Ping prend les commandes de la Monumenta 2016
puce rouge  Un chemin de «Grande Randonnée Artistique» pour la Nuit blanche à Paris
puce rouge  Rapport sur le développement de l’entrepreneuriat dans le secteur culturel en France
puce rouge  Le 27 octobre 2014, ouverture de la Fondation Louis Vuitton
DIAPORAMA

Dean Monogenis, The Nearest Faraway Place, 2011. Acrylique sur panneau de bois. 152 x 183 cm
Visuel «Poésie Plate-forme», 2013



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales