logo
160617SetePeiMing
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Zoulikha Bouabdellah
Bleu, blanc, rouge… et other colors
02 juin-28 juil. 2007
Paris 3e. La Bank
Zoulikha Bouabdellah est une artiste plurielle. Il faut dire que son parcours personnel est hétéroclite: née à Moscou, de parents algériens, elle vit et travaille à Aubervilliers, des origines mixtes qui sans nul doute rayonnent encore aujourd'hui dans son travail.
fleche suivante1/1
Par Lucile de La Reberdière

Son travail c'est donc sa vie : «Mon art c'est moi. Ca peut être de l'art plastique, de la vidéo ou de l'art contemporain. Et même s'il n'est pas exactement défini, il reflète ma sensibilité». Remplie de choses à dire, Zoulikha Bouabdellah évolue depuis sa sortie de l'Ecole nationale supérieure d'Arts de Cergy en 2002, dans le milieu de l'art contemporain. Avec la photo, la vidéo et d'autres types d'installations, elle va chercher au fond d'elle-même les thèmes et la matière de ses œuvres.

Brassages ethniques, dualités culturelles, dépassement des frontières, Zoulikha Bouabdellah mise sur les expériences vraies de la vie, elle défend l'apprentissage, l'expérimentation, s'adresse au vécu, sublime la construction identitaire.
Elle choisit des créations en mouvance, de celles qui ne se construisent que dans le regard du visiteur. Ses productions sont faites pour parler aux gens, les interpeller. Ce qu'ils y verront, ce qu'ils choisiront d'y lire, viendra comme un écho à sa démarche.
C'est dans ce dialogue, mieux, dans cette communion, et au nom de la sensualité, que Zoulikha Bouabdellah engage le regard et l'esprit de son spectateur, entre art et philosophie.

Pour cette exposition à la B.A.N.K., Zoulikha Bouabdellah est de toutes les performances.
La démonstration s'ouvre sur seize cadres renfermant des inscriptions en arabe à l'encre rouge. La collection s'intitule Chéri et met en avant des mots à connotation sentimentale. «Affection», «Émotions puissantes», «Amour» ou encore «Inclinaison vive» sont autant de messages ruisselants sur le mur blanc. La peinture semble encore humide et la calligraphie agile et volontaire. Ce premier espace distille avec mystère quelques bribes échappées d'une déclaration exclusive, une lettre d'amour géante à recomposer au gré des sensibilités.

L'autre installation-clé de ce parcours s'intitule Monochrome bleu et présente trois bustes de femmes ornés de soutiens gorges ainsi que trois têtes voilées. Le montage qui conjugue féminité et islam constitue lui aussi son propre commentaire. Sur un fond bleu électrique l'artiste évoque à sa façon l'ambiguïté des genres féminin et religieux.

Plus loin, Zoulikha Bouabdellah réalise son Rainbow Love : neuf photographies où des silhouettes viennent se dessiner sur des fonds aux couleurs psychédéliques. Du violet, du jaune, du rose habillent des profils d'anonymes, seuls ou à deux, dans des postures à la fois suggestives et énigmatiques.

Dans un coin, quatre de ses dessins aux simples tracés noirs, réinventent le David de Michel Ange, le Tireur d'épine et le Penseur de Rodin qui deviennent ici La Tireuse d'épine et La Penseuse.

Au sous sol, un grand écran passe en boucle une série de films vidéos. Parmi eux, on notera la jeune femme au voile blanc, silencieuse et statique, visage face à la caméra qui, dans une expression de souffrance, prend plusieurs minutes à extirper de sa bouche un chapelet décoré d'un christ crucifié.
On retiendra également le couple de petites figurines représentant deux époux le jour des noces. Blancs au départ, ils vont être progressivement coloriés au feutre noir.

Avec beaucoup d'audace, Zoulikha Bouabdellah ose des parallèles jusqu'ici défendus, et dont beaucoup pourraient encore s'offusquer. Mais elle sait susciter de nouvelles réflexions et moderniser les pensées. Travaillant sans cesse sur l'idée de personnalité, elle évoque les religions, les cultures et les genres, et cherche inlassablement à mettre en évidence ce qui rapproche comme ce qui éloigne les individus.

Métisse, Zoulikha Bouabdellah est avant tout une fille de l'univers qui défend un art hybride. La société est son matériau, en mutation permanente. C'est à travers cette société que Zoulikha Bouabdellah, tout comme Nelson Mandela à sa sortie de prison, continue de rêver de la «Rainbow Nation» (la Nation Arc-en-ciel).

Zoulikha Bouabdellah
Cheri, 2007. Laque sur papier.
Le Pouce, 2007. Encre et acrylique sur papier.
La Penseuse, 2007. Encre sur papier.
Rainbow Love, 2007. Photographie.
Croisée, 2005. Video 5 '.


fleche suivante1/1



ANNONCES


160624CorciaOdySaban
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160616LeQuartierDeces


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  La Cité internationale de la tapisserie lance une campagne de crowdfunding
puce rouge  Vittorio Serio, candidat à la présidence d’Ateliers d’Art de France
puce rouge  La Galerie Thaddaeus Ropac s’installe à Londres en 2017
puce rouge  Les grandes lignes de Nuit Blanche 2016 dévoilées
puce rouge  Un sursis pour le Musée des Tissus de Lyon
puce rouge   Marie Roche, nouvelle directrice du CDC Le Pacifique
puce rouge  Njideka Akunyili Crosby, lauréate du Prix Canson® 2016
puce rouge  PETITION. NON à la fermeture du Quartier, Centre d'art contemporain à Quimper
puce rouge  Gojiki, le premier «linkedin» de l'Art
puce rouge  Soutien aux arts de la rue
puce rouge  Nominations au CDN et au CCN d’Orléans
puce rouge  La galerie Perrotin, New York déménage dans le Lower East Side
DIAPORAMA

Gregory Maqoma, Exit/Exist, 2012. Danse, 1h
Felice Varini, Ellipse rouge, 2008.
Latifa Echakhch, Untitled (Red ball and figure), 2014. Installation au sol: ballon, costume et chaussons. Dimensions variables. Vue de l’exposition «All around fades to a heavy sound».



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales