logo
140227SerignanDowns
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Barthélémy Toguo
Barthélémy Toguo
04 nov.-23 déc. 2005
Paris 3e. Galerie Anne de Villepoix
Barthélémy Toguo n'aime pas les injustices (comme tout le monde !), ni la guerre (comme tout le monde !), ni les croisades bushistes (comme tout le monde !). Barthélémy Toguo est un artiste (comme tout le monde !)… qui évite (souvent) le pathos (comme très peu !)  
fleche suivante1/1

Share to Facebook Share to Twitter
imprimer





Interviews
puce rouge Barthélémy Toguo

Autres expos des artistes
puce rouge The Journey

Par Maxence Alcalde

L'exposition de Barthélémy Toguo s'ouvre sur une étrange pièce. Il s'agit d'une table basse très colorée en céramique rappelant à la fois une maquette d'architecture et le jeu des «Petits Chevaux» de notre enfance. Son titre, Baby Bomb (2005), nous met la puce à l'oreille. En s'approchant de l'œuvre, on découvre des visages de nourrissons parsemés de végétaux formellement proches des sculptures des bâtiments d'Antonio Gaudi. On apprend que Baby Bomb est un mémorial dédié aux enfants irakiens morts durant l'assaut américain à Fallouja. Le ludique s'efface alors devant la cruauté ambiguë qui se dégage de cette pièce : les visages deviennent des «emmurés» et les jolis végétaux font figure de couronnes funèbres… Le ton de l'exposition est donné.

Mais on continue à jouer, du moins pour sauver les apparences. Quatre œuvres nous y invitent. Keep Your Shape (2005), I'm Fed Up With the Little Woman Role (2005), Harvest (2005) et Loneliness (2005) sont chacune constituées d'une image banale que Toguo transforme en figures de jeux de cartes. Dans l'ambiance de cette exposition, on ne peut que penser aux jeux de cartes distribués aux GIs durant la dernière guerre d'Irak. Ces cartes avaient pour but de familiariser les soldats avec les visages des dignitaires du régime de Sadam Hussein alors en fuite. Avec Toguo, ces portraits des dignitaires sont remplacés par des images du quotidien : un baiser, un homme sur une chaise, une famille qui visite un zoo, un étalage de chaussures… Doit-on alors chasser le banal? Si on s'attache à la «couleur» du jeu de carte, notre vision est totalement différente.
Ces cartes sont toutes des as de trèfle, trèfle symbole de chance à moins qu'il ne s'agisse d'espoir…

Comme toujours avec le jeu d'échecs, l'affaire se complique. Si Marcel Duchamp avait pour un temps abandonné l'art pour les échecs, Toguo abandonne les échecs à l'art. La série «Life is a Chessboard» (2005) présente quatre dispositifs identiques constitués d'un échiquier accroché au mur tel un tableau, en dessous duquel est décliné une mosaïque de visages. Davantage tourné vers un regard intérieur que vers l'exploration de l'actualité mondiale la plus sordide, Toguo offre avec cette pièce une pause méditative et introspective.

Mais la politique n'est jamais très loin… Les pièces du jeu d'échec représentent des groupes dont l'activité belliqueuse a ponctué l'histoire occidentale : les guerres coloniales, les nordistes et les sudistes, les royaumes européens, etc. Comme pour nous rappeler que ce jeu — apparemment inoffensif — est une abstraction des pratiques guerrières ; jeu qui a par ailleurs été — depuis sa création — unanimement apprécié des différents chefs de guerre.

Mis en regard de certaines pièces très fortes présentées pour «Slow Destruction», la plupart des œuvres sur papier ont du mal à trouver leur place dans cette exposition. Avec ses aquarelles monochrome (rouge), Toguo semble répéter ses propos antérieurs tout en adoptant un style proche d'œuvres du début des années 1990 de Marlène Dumas. Ce genre de pièces trouve cependant un sursaut salvateur avec Head Above Water 2, Nigeria (2005), œuvre finalement assez complexe composée de 96 cartes postales mêlant texte et aquarelle.

Est-il alors possible de résumer l'œuvre de Toguo? Au fond, oui : Barthélémy Toguo n'aime pas les injustices (comme tout le monde !) ; Barthélémy Toguo n'aime pas la guerre (comme tout le monde !), Barthélémy Toguo n'aime pas les croisades bushistes (comme tout le monde !) ; Barthélémy Toguo est un artiste (comme tout le monde !)… qui évite (souvent) le pathos (comme très peu !).  


fleche suivante1/1



ANNONCE
Votre corps aussi est une oeuvre dont il faut prendre soins ! ABC Coach Sportif Paris à votre service.

Vous recherchez un livre audio ? Profitez d´un large choix de titres au sein de la librairie en ligne Gibert Joseph

ÉDITORIAL fleche_rouge
Mapplethorpe et les nouveaux puritains
L'importante rétrospective que le Grand Palais consacre à Robert Mapplethorpe vingt cinq ans après sa mort a ceci de rassurant que cette œuvre aussi magistrale que sulfureuse n'a pas perdu de sa puissance provocatrice et dérangeante, ni de sa force à résister aux tentatives des puritains de toutes obédiences pour l'édulcorer, la vider de son énergie et… de son impact politique. Aujourd'hui encore, ici en France, on assiste à une série de tentatives pitoyables, plus ou moins conscientes, de...
fleche Lire la suite
140320PMU
140317Le104AMA


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
acting01 acting02
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Sam Stourdzé nommé directeur des Rencontres de la photographie
puce rouge  Appel de Chaillot: Pour une nouvelle Europe de la culture
puce rouge  Ministère de la culture: aide au développement des galeries d'art
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs
puce rouge  Drawing Now Paris en danger: des intermittents et chômeurs occupent le Carreau du Temple
puce rouge  Cinq architectes en lice pour la nouvelle Ecole de la photo d’Arles
puce rouge  Art ou pub? Le Panthéon choisit JR
puce rouge  Le Cap Capitale Mondiale du Design 2014
puce rouge  La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend au contraire plus indispensable
puce rouge  Le Front national manifeste contre le chorégraphe Olivier Dubois
puce rouge  Cette année, la Fiac lance sa foire off à Paris et s’exporte à Los Angeles dès 2015
puce rouge  Avignon: fermée pour travaux, La Collection Lambert s’expose hors-les-murs
DIAPORAMA

Michel Journiac, Rituel de transmutation, 1993. Icônes des mots et du sang. Triptyque, sang et or. 63 x 107 cm chaque.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales