logo
140719Pareidolie
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e REDACTEUR-ice COMPETENT-e
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Nelson Leirner
Après 1999
17 sept.-29 oct. 2005
Paris 4e. Galerie Gabrielle Maubrie
L'artiste brésilien Nelson Leirner travaille sous la bannière du «constructivismo rural», mouvement contestataire à l'encontre de la bourgeoisie qui lui inspire une série de Vénus de Milo revue à la sauce Pop Art. Mais en voulant pourfendre les États-unis, il en vient à se parodier.
fleche suivante1/1

Share to Facebook Share to Twitter
imprimer





Autres expos des artistes
puce rouge Après 1999

Par Nicolas Bauche

La contestation est-elle une valeur sûre? L'expression n'est pas très belle et écorcherait presque la bouche si l'on ne devait faire face, à la Galerie Gabrielle Maubrie, aux œuvres du Brésilien Nelson Leirner qui semble mettre fin aux fêtes de l'année du Brésil. La surenchère de stéréotypes et d'exotisme frôlait l'écœurement. Mais une certaine facilité nous guette encore, semble-t-il : le «constructivismo rural», mouvement contestataire à l'encontre de la bourgeoisie, inspire au plasticien une série de Vénus de Milo revue à la sauce Pop Art.

Exposées dans un présentoir rappelant les boutiques de musée, les belles éclopées sont assaillies par tous les symboles du XXe siècle de l'art, américain de préférence.
La bande dessinée est en bonne place, Spiderman et Mickey dévoyant la statuaire antique. Le viol esthétique consiste en peu de choses : un assemblage d'éléments anachroniques où les symboles d'une époque font tomber ceux d'une autre. Les troncs humains prennent le faciès de la célèbre souris de Disney, les moignons de Vénus sont prolongés par l'étendard américain…

Les clins d'œil à Warhol sont légion. Leirner pioche chez les uns et les autres, notamment son sublime bleu à Yves Klein. L'emprunt artistique ressemble à un vol à main armée mais la revendication politique a ses exigences. Le Brésilien crie haut et fort sa contestation d'une société capitaliste, quitte à stopper net la progression de son art.

Les visées de Nelson Leirner ne sont pas nouvelles et encore moins subtiles. Le plasticien joue avec la mythologie graphique de notre temps pour mieux en montrer l'injuste condition.
Tout y passe : les figurines en plastique des héros de l'enfance, les timbres ou le billard miniature. Il fait un sort à quelques idées esthétiques brillantes, entre autres les séries. Les Vénus antiques bordent les mini-terrains de tennis et autres tables de ping-pong comme d'artificielles cariatides de stuc.

Doctrinal et donneur de leçon, son art semble dans une mauvaise passe. Ses installations n'ont pas l'ironie voulue, et le ressassement de ses obsessions tourne rapidement la tête du visiteur.
Pourtant, parmi ce fatras conceptuel, Leirner prouve qu'il est encore capable de surprendre. Une toile capte immédiatement l'attention. De loin : un assemblage de couleurs, un paysage où chaque aplat scintille, un grand format pointilliste. De près : des pin's piqués les uns à côté des autres, des dizaines de «Hello Kitty» jouxtant des Garfield.
On croirait un chemin bordé de nature, il s'agit des pires objets du consumérisme contemporain. Tout son talent est là : le trompe l'œil au service d'idées sociales. Pris au piège de la vision, on en vient à sourire.

Le reste de l'exposition s'essouffle dans un minimalisme déjà vu. Des tableaux comme on pourrait en voir ailleurs chez d'autres peintres. Les tonalités du blanc, du noir et du marron rythment des formes géométriques dont la seule trouvaille est la matière : de la peau de vache. Leirner agace. En voulant pourfendre les États-unis, il en vient à se parodier. Tout est artificiel et ennuyeux dans ce parcours politico-esthétique où l'on confond revendication et création.
L'artiste a probablement perdu de son mordant sous les relents de pseudo-marxisme. L'exposition ne sonne pas le glas du Brésilien. Le grand format influencé par Seurat nous assure que des jours meilleurs sont à venir.


fleche suivante1/1



ANNONCES
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !



ÉDITORIAL fleche_rouge
Esthétiques photographiques de l'attention
La frénésie de la vie et du monde d'aujourd'hui, les tensions et les bouleversements qui agitent tous les secteurs de la société, ainsi que les pressions permanentes exercées par l'hypertrophie des communications, suscitent le sentiment qu'est menacé un bien des plus précieux et des plus fragiles de l'homme: son attention. Tout allant trop vite, on ne peut plus accorder aux choses l'attention qu'elles méritent. Dans le flux incessant des marchandises et des informations, l'attention se fait...
fleche Lire la suite
140707LyonBiennaleDanse


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Lauréats du 15e Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main: Nathanaël Le Berre, Gérard Borde et Marc Aurel, Yann Grienenberger
puce rouge  Fin 2014, la galerie Yvon Lambert tire sa révérence
puce rouge  Le Festival d’Avignon aura bien lieu mais la CGT Spectacle appelle à une grève massive pour l’ouverture
puce rouge  L’artiste Huang Yong Ping prend les commandes de la Monumenta 2016
puce rouge  Un chemin de «Grande Randonnée Artistique» pour la Nuit blanche à Paris
puce rouge  Rapport sur le développement de l’entrepreneuriat dans le secteur culturel en France
puce rouge  Le 27 octobre 2014, ouverture de la Fondation Louis Vuitton
puce rouge  CoordinatiIntermittents et Précaires: «Ce que nous défendons nous le défendons pour tous!»
puce rouge  Nicolas Bourriaud entre confiance et vigilance du ministère de la Culture
puce rouge  Menace sur les festivals d’été, le conflit s’envenime entre les intermittents et le gouvernement
puce rouge  Ensba, le bras de fer continue entre Nicolas Bourriaud et les étudiants
puce rouge  Laurent Le Bon nouveau président du musée national Picasso
DIAPORAMA

Raoul Marek, Fabrik/l’usino: "rosso e nero", 1987. Installation synthétique. 36 projecteurs diapo, 18 images "rouge" / 18 images "noir", table de roulette, croupiers, caisse; de fabriek, Eindhoven.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales