logo
160617SetePeiMing
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Katinka Bock
A sculpture for two different ways of doing two different things
14 nov.-09 janv. 2010
Paris 20e. Galerie Jocelyn Wolff
Katinka Bock reprend dans cette exposition des notions déjà présentes dans son œuvre précédente : l'idée de nature, d'espace, de mesure. Elle interroge également la duplicité de chacune de ses œuvres en jouant sur des oppositions : la verticalité et la diagonale, la trace et son absence, l'ouverture et la fermeture enfin l'extérieur et l'intérieur. Elle affirme que le caractère fondamental d'une œuvre est d'être double et invite ainsi le visiteur à parcourir un univers réversible qui appelle à la mélancolie.
fleche suivante1/1
Par Agathe Cancellieri

En entrant dans la galerie, on se heurte à une œuvre en forme d'obstacle qui empêche de pénétrer. L'œuvre intitulée Einsicht est constituée d'une planche en bois faisant office de porte. Entrouverte, elle est bloquée au sol par une pierre. Dans cette œuvre de Katinka Bock, la porte suggère simultanément le passage et l'impossibilité de la franchir.
Dans l'exposition, chaque œuvre évoque ainsi un objet et son contraire comme l'indique le titre énigmatique «A Sculpture For Two Different Ways Of Doing Two Different Things».

En entrant par une ouverture située sur le côté de la galerie, on est confronté à un lieu du quotidien qui s'avère être une chambre à coucher. L'œuvre Le Lit est une planche faite de plâtre et de bois adossée au mur en position verticale et non pas horizontale comme pourrait le suggérer son titre.

Correspondances présente une peau de cuir disposée dans une fente creusée dans le mur. Le cuir est retourné de façon à faire voire à la fois son recto et son verso.
Katinka Bock suggère ainsi que toute œuvre est double. La matière brute s'oppose à la matière lisse du cuir travaillé. Le Lit interroge également cette dualité en laissant dépasser une branche d'arbre de la planche en bois. Un objet usuel de l'espace domestique se double ainsi d'un objet végétal de la nature brute.

Katinka Bock crée une nouvelle opposition en installant en face du Lit l'œuvre intitulée Die Zone (Boden) constituée d'un fil de fer accroché à une colonne de la galerie et attiré au sol par un aimant. Cette installation minimale, qui forme une diagonale, est dans une tension avec la verticalité du Lit qui interroge la présentation des œuvres.

Au sol, Sculpture du soir, une sculpture d'argile en forme d'oreiller, est posée délicatement sur un tissu indigo qui rappelle la couleur de la nuit. Au-dessus d'elle, sur une colonne de la galerie, un morceau de bois a été introduit de façon à attirer l'attention sur l'architecture de la galerie, et à tisser des correspondances entre l'espace et les œuvres.

Autre œuvre, Die Zirkel: au bas d'une porte entrouverte, qui semble répondre à la première porte (Einsicht), est placé un crayon à papier. Au sol, le crayon a tracé un demi cercle qui matérialise l'ouverture de la porte.
Mais une fois de plus, on ne peut pas franchir la porte et circuler librement. Il y a eu un passage qui ne se répétera plus.

Séparer, partager est la seule œuvre qui invite à une ouverture, en méngeant un lien entre l'extérieur et l'intérieur de la galerie. Il s'agit d'une impression digitale réalisée d'après une œuvre antérieure, Patron, pour laquelle Katinka Bock avait frotté le trottoir situé devant la Synagogue de Berlin. Découpée en plusieurs morceaux qui sont ensuite affichés dans la rue, cette œuvre invite à sortir de la galerie et à circuler dans le quartier qui devient lui-même un espace d'exposition.

Les thèmes de la mélancolie et de la trace se confirment chez Katinka Bock avec Schiffsbruch qui semble émerger du sol. Cette sculpture en terre cuite placée sur du ciment blanc, comme si elle venait d'être déterrée, a la forme d'une dalle striée, comme griffée. Sorte d'objet archéologique, elle est de l'ordre de la trace, du passage, du temps qui passe.
Schiffsbruch répond à l'aspect brut du sol et des piliers de la galerie. Comme Die Zirkel, l'œuvre s'inscrit dans un échange avec l'espace, dans lequel l'une et l'autre se valorisent esthétiquement.

Au-dessus de Schiffsbruch sont assemblés des morceaux de bois récoltés après une tempête pour constituer Partition en automne en forme de ligne qui court sur le mur, et qui se poursuivra avec le temps jusqu'à s'emparer de la galerie…

L'aquarelle Farben der Augen meiner Freunde est la seule œuvre en couleur. Reprenant la couleur des yeux des amis de l'artiste, elle décline la problématique de l'enregistrement et de la mélancolie qui traverse toute l'exposition.


Liste des oeuvres
— Katinka Bock, Le lit, 2009. Bois, plâtre. 200 x 15 x 7 cm.
— Katinka Bock, Partition en automne, 2009. Bois. Longueur approximative : 5, 8 m.
— Katinka Bock, Farben der Augen meiner Freunde, 2009. aquarelle sur papier. 27,5 x 20,5 cm.
— Katinka Bock, Die Zone (Boden), 2009. Aimants, fil de fer.
— Katinka Bock, Ein Ort, 2009. Coton, bois. Dimensions variables.
— Katinka Bock, Schiffsbruch, 2009. terre cuite, plâtre. Incrusté dans une zone de 37 x 25 x 6 cm. Terre cuite : 28 x 18 cm.
— Katinka Bock, Correspondances, 2009. Cuir. 68 x 48 cm.
— Katinka Bock, Sculpture du soir, 2009. Terre cuite, coton teint. 30 x 26 x 15 cm.
— Katinka Bock, Die Zirkel, 2009. Crayon de papier, métal. Dimensions variables.
— Katinka Bock, Einsicht, 2009. Pierre, bois, plâtre, tissu. Porte : 215 x 82 x 2 cm. Pierre : 48 x30 x 20 cm.
— Katinka Bock, Séparer, partager, 2009. Impressions digitales sur papier. 42 x 30 cm.


fleche suivante1/1



ANNONCES


BethuneLaBanque
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le débat continue autour du film Salafistes
puce rouge  Nathalie Coste-Cerdan nommée directrice de la Fémis
puce rouge  La campagne en faveur du patrimoine et de la créativité se poursuit en Espagne.
puce rouge  Programme d’été de Paris Musées
puce rouge   17 architectures de Le Corbusier inscrites au patrimoine mondial
puce rouge  Commande publique «Les Regards du Grand Paris»
puce rouge  Les ateliers de l’Institut français 2016
puce rouge  La ministre de la Culture et de la Communication annonce des mesures en faveur de la photographie
puce rouge  Nomination d’Éric de Chassey à la tête de l'Institut national d'histoire de l'art
puce rouge  Décès du cinéaste iranien Abbas Kiarostami
puce rouge  Les lauréats de Design Parade 11
puce rouge  Lancement du magazine n°zéro «Expérimentations splendides»
DIAPORAMA

Maguy Marin, Portrait. Danse
Matt Mullican, Untitled (Chart on 3 glass balls), 2009. Marker on glass. Diam: 15 cm each x 5.91 inches each



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales