logo
160308CracSete
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Edouard de’Pazzi
599
14 mars-03 juin 2007
Paris 4e. Maison européenne de la photo
Qu'est-ce qu'une forme plastique? Et si la plénitude des formes du monde matériel n'était que la trace de formes plus pleines, bien que plus vides en apparence?
fleche suivante1/1
Par Étienne Helmer

La 599 est le dernier modèle de Ferrari. Dans l'exposition du même nom, Alain Fleischer présente quelques photographies de moules, en sable ou en métal, employés par le constructeur italien et ses partenaires pour la fabrication de certaines pièces du véhicule, tant internes qu'externes. Une maquette à l'échelle d'une partie du moteur V12 est également exposée, entourée des images de ces moules qui lui ont donné forme.

Aux représentations sublimées de cette grande mythologie de l'Occident contemporain, avatar actuel de la DS chère à Barthes, Alain Fleischer fait subir plusieurs déplacements qui, peut-être sacrilèges aux yeux des tifosi, délaissent la célèbre voiture telle que nous nous la représentons pour mieux révéler l'intense expressivité formelle des plaques d'emboutissage qui lui donnent naissance.

Par le choix d'un objet (re)connu pour ses lignes épurées et reconnaissables entre toutes, mais jamais montré en lui-même dans l'exposition, Alain Fleischer s'interroge ainsi sur l'origine et la création des formes, leur reproduction et leur transmission, et déplace les pôles admis du plein et du creux, de la matrice et de son empreinte.
Son premier geste photographique délaisse l'unité du produit achevé au bénéfice de la multiplicité des moules et des presses nécessaires à sa fabrication. De l'un au multiple, c'est toute la richesse des formes de l'automobile qui est d'un coup révélée, comme si, par sa présence compacte, tout objet dissimulait leur diversité et leur complexe enchevêtrement.

Un second geste consiste, en passant de l'extérieur de la voiture aux matrices dont elle porte l'empreinte, à taire le rouge et le jaune rutilants auxquels sont spontanément associées ces voitures, au profit des teintes ternes des moules de sable, beiges ou grisâtres, et des reflets d'argent sans éclat des presses et des moules métalliques.
La fascination ainsi désamorcée, les moules peuvent apparaître en tant que formes autonomes: ceux des parties du moteur ne se présentent plus pour ce qu'ils sont mais font songer, le grand format des images aidant, à des maquettes de bâtiments futuristes. Les moules métalliques utilisés pour la carrosserie deviennent quant à eux autant de sculptures en acier poli.

Ces gestes servent un déplacement plus significatif encore: celui qui porte sur le lieu de la forme. Contrairement à ce que nous croyons spontanément, l'objet fini n'est pas le lieu primordial de la forme, il n'en est que le réceptacle. La forme est davantage dans le moule que dans la matière qui en porte la trace, et l'apparente plénitude plastique du monde matériel n'est donc au total qu'une empreinte.
Le choix du dernier modèle de Ferrari prend ainsi tout son sens: outre sa dimension autobiographique, qui prolonge la fascination d'Alain Fleischer enfant pour l'automobile de sport, il convoque l'objet mécanique sur lequel se concentre le fantasme contemporain de la forme plastique parfaite, pour mieux inverser les pôles du plein et du creux.

Cette double vie des formes et l'inversion opérée par Alain Fleischer ne peuvent manquer d'évoquer l'image photographique, pour son jeu entre le négatif et le positif, et entre l'objet et son image. Les photographies ne sont-elles en effet que les réceptacles du monde extérieur, comme leur fausse évidence pourrait le laisser croire? Ne sont-elles pas plutôt des formes inventées par le photographe, qui nous révèlent le monde en informant notre regard? Elles seraient alors les matrices du visible, les moules grâce auxquels nos yeux impriment sur le réel des contours toujours neufs mais toujours à renouveler.

Alain Fleischer
Moule de carrosserie, 2006.
Moule de carrosserie, 2006.
Moule de moteur, 2006.
Moule de moteur, 2006.


fleche suivante1/1



ANNONCES


160408MarechalMarcJohnson
ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160330JeuPaume
160330Le104Orphelins


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Les nouveaux membres du conseil d’administration du Centre Pompidou
puce rouge  Assemblée générale de l’ANdEA : pour une politique responsable des écoles supérieures d’art
puce rouge  La galerie Dukan déménage rue des rosiers au marché aux puces de Saint-Ouen
puce rouge  Le Centre national des arts plastiques met en ligne sa collection
puce rouge  Appel à candidatures bientôt ouvert pour l’Académie des savoir-faire de la Fondation Hermès
puce rouge  La 12ème édition de la Nuit européenne des musées aura lieu le 21 mai 2016
puce rouge  Les lauréats 2016 du Grand prix de la Ville de Vallauris annoncés
puce rouge  Marion Zilio, nommée directrice du YIA Art Fair
puce rouge  Cinq candidats en lice pour la direction du Théâtre de Cité internationale
puce rouge  «Galeristes»: un nouveau salon au Carreau du Temple
puce rouge  10e édition des Journées européennes des Métiers d’Art
puce rouge  Agnès Alfandari nommée Directrice du numérique à l’Institut français
DIAPORAMA

Didier Guth, Le pointillé blanc, 2015, peinture sur bois, dimensions variables.
Pierre Henry, Eventail, 1990. Divers matériaux. 39 x 60 x 6 cm
Nazanin Pouyandeh, Agate, 2009. Huile sur toile, 130 cm x 162 cm



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales