logo
150111MacValPeinture
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Tobias Lehner
12 34 YF
17 janv.-07 mars 2009
Paris 19e. Galerie Suzanne Tarasiève. Loft 19
Bien qu'issu de l'Ecole de Leipzig, qui prône la figuration en peinture, Tobias Lehner propose un travail résolument abstrait, dans des œuvres de grand format où les couches qui se superposent,  et les graphismes confrontés à la désorganisation de l'espace génèrent des tensions.
fleche suivante1/1
Par Céline Lepan

L'exposition intitulée 12 34 YF tire son nom d'un composant chimique, une substance utilisée dans la construction automobile allemande; plus précisément dans l'air conditionné des voitures allemandes. Hautement nocif, et bien qu'interdit par le gouvernement européen, ce produit reste encore utilisé aujourd'hui par les constructeurs — en cas d'accident, il provoque de graves brûlures internes des muscles, des os, brûlures qui se répercutent jusque sur la peau.

Tobias Lehner poursuit son travail résolument abstrait où toiles monochromes côtoient la couleur.
Ses toiles gardent un caractère très graphique : toutes présentent ces formes géométriques qui se multiplient et se dispersent à toute la toile, en parsèment le fond. Le motif circulaire est un des motifs récurrent et renvoie également à la automobile.

Deux grands types de toiles sont présentées dans la galerie : les colorées, aux couleurs vives et contrastées, et les monochromes, tout en dégradés de gris. Mais toutes ont le même type de structure, de composition, de désorganisation chaotique.
Les motifs se chevauchent, les effets de matières s'accumulent, les couches successives semblent comme se déchirer pour laisser apparaître à chaque fois une nouvelle couche en dessous, et ainsi de suite jusqu'à atteindre une sorte de trame de fond. Cette trame, ce fond de toile, parsemé de motifs géométriques.

Les différents niveaux interagissent entre eux, mais l'œuvre apparaît comme si la couleur elle-même déchirait la toile, déchirait l'espace, dévoilant couche après couche. Elle se décompose, coulures après coulures, parsemant la toile, comme si, fondant sous l'effet d'un acide, chaque couche fondait pour révéler ce qui se cache en-dessous.

Les toiles nous font presque sentir l'effet de l'acide gagner la matière, la décomposer après l'avoir brûlée, comme si on la voyait fondre, les coulures zébrant tour à tour la surface de la toile, chaque couche se révélant sous les effets de coulure et de déchirure jusqu'à la couche ultime, jusqu'à la trame, jusqu'à l'essence même de la toile.

Et c'est là tout le propos de cette exposition où le peintre retranscrit avec les moyens de la peinture l'effet du 12 34YF, cet acide corrosif, si nocif pour l'homme.

Avec le propos de l'exposition, on retrouve le travail de l'artiste où l'abstraction est source de tension dans ses figures démultipliées et où le caractère graphique contraste avec l'apparence de chaos. Cette tension est mise en valeur par le subtil jeu de superposition des couches, où malgré tout la matière reste fine et homogène sans que l'épaisseur ne vienne accrocher ni gêner le regard ; comme si seule comptait la tension dans la toile.

Tobias Lehner
Sans titre (série 12 34 YF), 2008. Acrylique sur toile. 220 × 400 cm
Sans titre (série 12 34 YF), 2008. Acrylique sur toile. 160 × 280 cm
Sans titre (série 12 34 YF), 2008. Acrylique sur toile. 160 × 280 cm
Sans titre (série 12 34 YF), 2008. Acrylique sur toile. 230 × 170 cm
Sans titre (série 12 34 YF), 2008. Acrylique sur toile. 230 × 170 cm
Sans titre (série 12 34 YF), 2008. Acrylique sur toile. 200 × 160 cm
Sans titre (série 12 34 YF), 2008. Acrylique sur toile. 160 × 120 cm
Sans titre (série 12 34 YF), 2008. Acrylique sur toile. 160 × 120 cm
Sans titre (série 12 34 YF), 2008. Acrylique sur toile. 80 × 120 cm
Sans titre (série 12 34 YF), 2008. Acrylique sur toile. 80 × 60 cm


fleche suivante1/1



ANNONCES


150115MarechalerieAndacht
ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141223PMU
141215Le104Koning
141120Limoges


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Luc Tuymans, condamné pour plagiat en Belgique: un verdict inquiétant pour la liberté de création
puce rouge  Décès de Wilfride Piollet, danseuse Étoile et chorégraphe
puce rouge  Villa Vassilieff, un nouvel espace dédié aux arts visuels dès septembre 2015 à Paris 15ème
puce rouge  Le CNAP fait l’acquisition de soixante-neuf photographies et vidéos.
puce rouge  Le Centre Pompidou rend hommage à la mobilisation nationale du 11 janvier 2015
puce rouge  Le Cneai et la Maison Rouge annoncent la création du nouveau salon MAD consacré aux pratiques éditoriales artistiques
puce rouge  Le Ministère de l’éducation et de la recherche économise sur le budget de l’ESAV Toulouse: une pétition en ligne.
puce rouge  Direction de l’ENSA de Bourges, l’épilogue: Hilde Teerlinck se retire et publie un communiqué
puce rouge  Plateforme, menacée de fermeture en 2015
puce rouge  Coupes budgétaires: la biennale de Bourges annulée, la Scène Nationale d’Orléans dans le viseur. (MAJ)
puce rouge  Des étudiants en vente sur Ebay pour protester contre la fermeture de la Haute Ecole d'Art de Perpignan
puce rouge  A partir de 2016, le Centre Pompidou consacrera un espace d’exposition aux quatre finalistes du prix Marcel Duchamp
DIAPORAMA

Jean-Pierre Bertrand, Une seconde à Buenos Aires, 1972. Série de 12 photographies extraites des 24 images/seconde d’un film 16 mm.
Diogo Pimentao, vue de l’exposition «Oblique Gravity», galerie Yvon Lambert (Paris), 2013.
Samuel Rousseau, Brave Old New World, 2011.



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales