logo
140227SerignanDowns
  AGENDA CRITIQUES  
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image Carolyn Castano, Thomas Lélu
Œuvres en papier
19 janv.-23 fév. 2008
Paris 3e. Galerie Dominique Fiat
Le papier en tant que support, matière première à modeler ou outil de travail réunit plusieurs artistes à la galerie Dominique Fiat. Chacun d'eux se l'approprie et explore les possibilités qu'il offre à travers le pliage, le collage ou encore le pochoir.
fleche suivante1/1
Par Coline Joufflineau

A l'entrée deux aquarelles de Jeanne Susplugas représentent un dentier dont trois dents sont cariées,  et la main d'une femme tenant un pot de collagène. La simplicité de la feuille blanche et sa subtile transparence rompt, tout en l'accentuant, avec la mise en scène d'un corps artificiel.

Jeanne Susplugas explore les possibilités signifiantes du papier. Ainsi The End of the Green Parot s'ouvre comme un dépliant. Dans ce carnet de croquis, l'artiste a recours à des techniques mixtes, telles que le collage ou le dessin aux crayons de couleurs. Les images se succèdent par association d'idées. Entre des dessins au trait un peu naïf viennent s'insinuer des éléments perturbateurs. Comme le papier, une fable se déplie qui mêle cruauté et poésie teintée d'humour.
 
Carolyn Castano fait presque disparaître le papier sous ses collages, couvrant la nudité de la page blanche de strass et de paillettes. Parmi les volutes d'aquarelle se cachent des mains gantées, des bouches peintes et maquillées, des yeux fardés aux longs cils qui nous observent. Comme la peau nue, le papier se fait surface à souligner ou voiler; la représentation de la femme est dissimulée sous une floraison d'artifices brillants. Sur cette page blanche masquée, Carolyn Castano interroge l'image de la féminité.

Chez Gilles Balmet, le papier sert de matière première aux oeuvres de. Son geste est minimal : à partir de feuilles de papier d'un blanc immaculé et de quelques agrafes, il donne forme à des «pierres de papier». Disposées au sol et de tailles variables, elles occupent l'espace, entre installation et sculpture. Matière à modeler, le papier apparaît dans toutes ses qualités de couleur, de grain, d'épaisseur... La fragilité du papier affronte la dureté de la pierre, les feuilles si légères se heurtent au poids du minéral.
Gilles Balmet utilise aussi le papier en tant que pochoir dans ses acryliques, où des motifs de pétales se multiplient pour finalement disparaître dans le grain de la feuille.

Thomas Lélu utilise le papier en tant que support photographique. D'anciennes photographies de femmes nues issues de magazines se font surfaces à peindre. L'artiste suit les courbes des corps et repeint la chair. Sous ces aplats de peinture colorée les formes s'estompent tout en étant paradoxalement soulignées. La photographie est omniprésente mais s'efface pourtant afin de faire naître une nouvelle image sous le pinceau.

Les oeuvres au stylo bille de Renato Orara sont traversées d'objets banals qui, grâce aux couches successives d'encre, acquièrent peu à peu une véritable aura. En regard de ces dessins particulièrement minutieux, rappelant la calligraphie, les peintures sur mylar d'Ed Moses sont d'une grande vivacité. Les couleurs acryliques très vives se confrontent à de larges mouvements de noir. Le geste déployé et libre de l'artiste envahit le papier.

Avec les mises scène épurées les larges planches de Tania Mouraud figurant des espaces de méditation en pleine nature, se transforment en plans d'architectes. Ces espaces imaginaires propices à la contemplation transforment autant les plans architecture que son dessin.

Chacun des artistes  de l'exposition explore le papier à sa manière, et confirme que le papier reste un matériau aux multiples déclinaisons.

Publications
— Thomas Lélu, Lélu by, éd. Onestar press, 2007
— Tania Mouraud entretien avec Anne Tronche, La France de l'art, expo7: "Ecart", Beaux Arts Magazine, mai 2006
— Arnaud Pierre, Tania Mouraud, collection "La création contemporaine", Flammarion, Paris, 2004
— Christopher Knight, Adornment is Never Excessive (à propos de Carolyn Castano) Los Angeles Times Review, 2005

Œuvres en papier
Jeanne Susplugas
Collagene Touch, 2007. Technique mixte sur papier. 29,6 x 19,1 cm.
Hip Hop Smile, 2006. Technique mixte sur papier. 31 x 24 cm.
The end of the green parot, 2006. Technique mixte sur papier. fermé 15 x 10 cm.

Carolyn Castano
Sans titre, 2006. Encre, strass, aquarelle et technique mixte sur papier. 76,2 x 55,9 cm.

Gilles Balmet
Paper Stones, 2007. Papier découpé agrafé. Dimensions variables.
Sans titre, 2007. Acrylique sur papier. 50 x 70 cm.
Sans titre, 2007. Acrylique sur papier. 30 x 40 cm.

Tania Mouraud
Initiation space n°2, 1970. Tirage gélatine sur papier. 69 x 117 cm.
Initiation space n°3, 1970. Tirage gélatine sur papier. 69 x 117 cm.

Ed Moses
Sans titre, 2004. Acrylique sur Mylar. 66 x 86 cm.

Thomas Lélu
Sans titre, 2007. Acrylique sur papier. Dimension variable.

Renato Orara
Sans titre, 2004-2006. Stylo bille sur papier. 20 x 13,7 cm.


fleche suivante1/1



ANNONCE
Votre corps aussi est une oeuvre dont il faut prendre soins ! ABC Coach Sportif Paris à votre service.

Vous recherchez un livre audio ? Profitez d´un large choix de titres au sein de la librairie en ligne Gibert Joseph

ÉDITORIAL fleche_rouge
Mapplethorpe et les nouveaux puritains
L'importante rétrospective que le Grand Palais consacre à Robert Mapplethorpe vingt cinq ans après sa mort a ceci de rassurant que cette œuvre aussi magistrale que sulfureuse n'a pas perdu de sa puissance provocatrice et dérangeante, ni de sa force à résister aux tentatives des puritains de toutes obédiences pour l'édulcorer, la vider de son énergie et… de son impact politique. Aujourd'hui encore, ici en France, on assiste à une série de tentatives pitoyables, plus ou moins conscientes, de...
fleche Lire la suite
140320PMU
140317Le104AMA


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
acting01 acting02
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le Salon d'Automne: «son combat contre le totalitarisme de l'art contemporain»
puce rouge  Sam Stourdzé nommé directeur des Rencontres de la photographie
puce rouge  Appel de Chaillot: Pour une nouvelle Europe de la culture
puce rouge  Ministère de la culture: aide au développement des galeries d'art
puce rouge  Marc Partouche nommé directeur de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs
puce rouge  Drawing Now Paris en danger: des intermittents et chômeurs occupent le Carreau du Temple
puce rouge  Cinq architectes en lice pour la nouvelle Ecole de la photo d’Arles
puce rouge  Art ou pub? Le Panthéon choisit JR
puce rouge  Le Cap Capitale Mondiale du Design 2014
puce rouge  La crise ne rend pas la culture moins nécessaire, elle la rend au contraire plus indispensable
puce rouge  Le Front national manifeste contre le chorégraphe Olivier Dubois
puce rouge  Cette année, la Fiac lance sa foire off à Paris et s’exporte à Los Angeles dès 2015
DIAPORAMA

Alvar Aalto, Fauteuil 41, 1930-1935. Hêtre contreplaqué moulé, placage de bouleau lamellé collé
Kosta Kulundzic, Saint Georges big problem, 2010. Huile sur toile. 200 x 136 cm



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales