logo
140628SerignantRossonCrow
  AGENDA CRITIQUES  
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


ART | CRITIQUES

Cliquer pour Agrandir l'image
Arman, César
Œuvres majeures par Arman, César, Deschamps, Dufrêne, Hains, Spoerri, Villéglé
08 mars-09 mai 2008
Paris 6e. Galerie G.-Ph & N Vallois
Après l'exposition consacrée au Nouveau Réalisme en 2007 au Grand Palais, l'occasion de revenir sur quelques figures de proue de ce mouvement remettant en cause le langage artistique lui-même dans les années 1960-70…
fleche suivante1/1
Par Léa Bismuth

Le Nouveau Réalisme étant un mouvement historique aux membres précisément définis, dans une telle exposition on ne peut pas s'empêcher de compter les absents qui, en l'occurrence, sont : Christo, Yves Klein, Martial Raysse, Mimmo Rotella, Niki de Saint-Phalle et Jean Tinguely. Mais l'exposition est assez complète et cohérente pour aborder le «Nouveau Réalisme».

Les sculptures d'Arman frappent d'abord, notamment les deux œuvres appartenant à la série sur les instruments de musique: une sculpture composée d'un nombre incalculable de guitares intitulée Allegro con brio (1977), et une autre mettant en scène les débris d'un violoncelle tout simplement planté dans du béton — A chacun son dû (1974).
De l'accumulation folle à la violence d'un violoncelle morcelé, Arman produit des œuvres qui crissent en faisant un bruit assourdissant et gênant tout en abolissant la fonction même de l'instrument de musique qui est de contribuer à l'harmonie.
L'œuvre repose sur la destruction d'une autre œuvre. Il s'agit d'une œuvre plastique violemment anti-bourgeoise produite en détruisant les instruments de cet autre art qu'est la musique.
De la bourgeoisie, Arman ne veut voir que les «déchets», comme dans la sculpture Déchets bourgeois qui mettent en scène des détritus toxiques et polluants dans une cage de plexiglas.

Tout comme Arman utilise des objets manufacturés par l'homme dans ses sculptures, César applique sa fameuse technique de compression : il broie, plie, tord et écrase des objets en fer et en tôle. L'objet industriel devient le matériau de l'art.
Chez Daniel Spoerri également (dont les œuvres les plus connues sont celles où l'artiste, à la fin d'un dîner, décide de geler les restes du repas en les immortalisant en œuvre), propose ici une œuvre au titre allemand : « Der Teufel auf Erden », sorte de boîte à outils faite œuvre.

Enfin, les affichistes sont très bien représentés (à l'exception de Rotella). Les affiches de Villéglé sont particulièrement remarquables puisqu'elles indiquent dans leur titre l'adresse géographique où elles ont été prélevées ainsi que la date. Par exemple, « Rue du Temple, janvier 1973 » donne à lire la peau d'un mur prélevée au temps comme un objet archéologique.

On peut dire que cette exposition présente un certain versant du Nouveau Réalisme puisque les œuvres présentées sont toutes des œuvres instrumentalisant des objets, des objets industrialisés marqués par la marque de l'homme : instrument de musique, objet mécanisé, affiche publicitaire, objets manufacturés… C'est le Nouveau Réalisme de l'objet et du rebut qui est à voir ici.

Publications :
— Catalogue de l'exposition «Le Nouveau Réalisme», Galeries nationales du Grand Palais et au Sprengel Museum de Hanovre, 2007.
— La galerie prépare à l'occasion du cinquantenaire du Nouveau Réalisme  en 2010 un important ouvrage sous la direction de Catherine Francblin.
 

Arman
Allegro con brio, 1977. Accumulation (guitares). 195 x 160 x 145 cm
À chacun son dû, 1974. Inclusion violoncelle dans béton. 144 x 103 x 14 cm
Déchets bourgeois,1959. Technique mixte. 58 x 40 x 8 cm

César
Relief, 1962. Fer soudé, tôles peintes. 200 x 220 x 67 cm

Gérard Deschamps
Trademark, 1963. Chiffons japonais sur châssis. 269 x 98 cm

François Dufrêne
Dessous d'affiches, 1960. Arrachage d'affiches. 168,5 x 130 x 3 cm

Raymond Hains

Saffa, 1971. Bois peint. 158,5 x 199 x 20 cm
Sans Titre (Série Dauphin), 1990. Affiches lacérées sur tôle. 400 x 300cm

Daniel Spoerri
Der Teufel auf Erden, 1962. Technique mixte. 115 x 140 x 25 cm

Jacques Villeglé
Boulevard Saint-Germain, 24 février 1969. Affiches lacerées marouflées sur toile. 110 x 290 cm
Rue du Temple, Janvier 1973. Affiches lacérées marouflées sur toile. 130 x 162 cm


fleche suivante1/1



ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141001MarechalerieCritiques


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Réouverture du Musée Picasso à Paris ce samedi 25 octobre 2014
puce rouge  La Fondation Cartier pour l’art contemporain fête ses 30 ans avec 2 expositions exceptionnelles qui débutent ce 25 octobre
puce rouge  Flash mob vendredi 24 octobre 2014 à 13h pour défendre la liberté de création, suite à l’agression de l'artiste Paul McCarthy
puce rouge  Ce 27 octobre, la Fondation Louis Vuitton ouvre ses portes
puce rouge  Disparition de Marcel Notargiacomo, figure des cultures urbaines et populaires
puce rouge  La nouvelle revue OpticalSound sort son 2e numéro
puce rouge  Emma Lavigne, nommée directrice du Centre Pompidou Metz
puce rouge  Budget 2015 du ministère de la Culture et de la Communication
puce rouge  Le sculpteur béninois Kifouli Dossou, lauréat du prix Orisha pour l'art contemporain africain
puce rouge  Tous photographes! Une charte des bonnes pratiques dans les établissements patrimoniaux
puce rouge  Décès de Gérard Violette, directeur emblématique du Théâtre de la Ville
puce rouge  Le nouveau Prix Orisha récompensera le 2 octobre un artiste de la scène africaine subsaharienne
DIAPORAMA

Alina Szapocznikow, Lampe-bouche, 1966. Résine de polyester colorée, ampoule, fil électrique et métal. 29 x 12 x 11 cm



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales