ART | EXPO

Plus de voix humaines, seulement le chant des oiseaux

05 Avr - 26 Mai 2018
Vernissage le 05 Avr 2018

L’exposition « Plus de voix humaines, seulement le chant des oiseaux » à la galerie parisienne Marcelle Alix dévoile le nouveau projet de Louise Hervé et Chloé Maillet : des installations, des objets et un film qui résultent de leur rencontre avec des perroquets kéas et qui témoignent de la diversité créative du vivant.

L’exposition « Plus de voix humaines, seulement le chant des oiseaux » à la galerie Marcelle Alix réunit des installations, des objets et un film de Louise Hervé et Chloé Maillet, des œuvres nées d’une rencontre avec des perroquets.

Louise Hervé et Chloé Maillet témoignent de la diversité créative du vivant

La pratique artistique de Louise Hervé et Chloé Maillet est déterminée par leur statut de duo : à travers ce travail en binôme se pose la question de la collaboration et du collectif, selon des formes toujours renouvelées et reconfigurées. Après s’être intéressées à différentes communautés humaines, les deux artistes abordent cette fois l’idée d’une collaboration qui dépasse l’humain. Pendant deux mois, elles rendent visite à des kéas, une espèce de perroquets visible à la ménagerie du Jardin des plantes et en tirent des œuvres qui sont autant de fruits de leurs observations.

Tous les objets rassemblés dans l’exposition reposent sur un principe de don et de contre-don, témoignant de l’habileté des perroquets et d’une volonté de Louise Hervé et Chloé Maillet de montrer la diversité créative du vivant, étendu aux animaux et aux plantes. On découvre dans la première salle des œuvres réalisées pour être offertes aux kéas intitulées A Gift for the Kea : un mobile fait à partir de cintres accrochés les uns aux autres, inspiré par Man Ray, des formes en sisal, chanvre et papier crochetés inspirées de la sculpture en fil de nylon et de cuivre tricotés Le scarpette de Marisa Merz.

« Plus de voix humaines » : un dialogue entre Louise Hervé, Chloé Maillet et des perroquets

Dans la deuxième salle sont exposées, sous des plaques de verre fixées au mur, des copies d’objets réalisés à partir de plantes par un kéa, intitulées A Gift from the Kea. Enfin, au sous-sol, le film Kiki e Manu rend compte de la rencontre en Nouvelle-Zélande de Louise Hervé et Chloé Maillet avec les kéas, rencontre qui a permis au duo de découvrir la virtuosité de ces oiseaux, qu’il a ensuite retrouvés au Jardin des plantes.