PHOTO

Logique de la mappemonde

Logique de la mappemonde est d’abord une brève histoire du paysage qu’introduisent la représentation du paysage chinois, la perspective de la Renaissance, la phénoménologie ou l’invention de la photographie. Puis, réduisant son champ d’étude, cet essai devient une déambulation à travers des œuvres d’art ayant traité de l’espace méditerranéen.

Information

  • @2012
  • 2978-2-35046-251-6
  • \15€
  • E56
  • Zoui
  • 4français
  • }170 L - 240 H

Présentation
Alexandre Castant
Logique de la mappemonde

Après une introduction générale sur l’esthétique du paysage, cet essai traite de la poétique des lieux et de leur imaginaire, avec comme périmètre d’étude, précisément, le pourtour méditerranéen. Dans une troisième et dernière partie, et avec le cinéma et la vidéo comme support de prédilection, un autre aspect du sujet est approché: le paysage comme médium…

Les paysages méditerranéens, la construction de leur histoire comme l’expérience de leur aventure esthétique sont fécondés par les migrations, les nomadismes, les rencontres et les commerces géographiques (Fernand Braudel, La Méditerranée). Dans cette perspective, ce bref essai rend d’abord compte d’une poétique à l’oeuvre dans l’espace méditerranéen, puis d’une représentation en excès où se manifeste un goût des artistes méditerranéens pour l’art des contraires. Les paysages y apparaîtront, enfin, comme la plate-forme de rencontres, comme une mer des passages entre les images, les textes et les sons dont l’espace et son expression seraient, ici, les dépositaires, le miroir et l’arborescence.

Logique de la mappemonde, note sur l’espace (pourquoi méditerranéen?)
est accompagné d’un folio de photographies de Florence Chevallier, Bernard Guillot, François Méchain, Corinne Mercadier, Bernard Plossu, ainsi que de photogrammes extraits de films de Jean-Luc Godard et de Jean-Daniel Pollet.

SOMMAIRE
Prolégomènes à une esthétique du paysage
Stylistique du paysage méditerranéen (images)

— Mouvement et immobilité
— Le jeu des contraires
— Intérieur extérieur

Représentation (par excès) du décor méditerranéen
— André Pieyre de Mandiargues, Le Lis de mer
— Humberto Rivas, Manel Esclusa, Manolo Laguillo, Joan Fontcuberta, Barcelone
— Ville-signes (André Pieyre de Mandiargues, La Marge)

Le paysage comme médium
— Abbas Kiarostami, Au travers des oliviers
— Jean-Daniel Pollet, Méditerranée

Des paysages sonores (Méditerranée, passage des signes)

— Jean-Luc Godard, Le Mépris
— Federico Fellini, Roma
— Eran Kolirin, La Visite de la fanfare