Galerie Binome

Photographie contemporaine

ADRESSE

19 Rue Charlemagne 75004 ParisFrance

TELEPHONE

Tel. : 33 1 42 74 27 25Port. : 33 6 16 41 45 10

METRO

Saint-Paul Le Marais1
Pont-Marie Cité des Arts7

HORAIRES

mardi
- - 13:0019:00
mercredi
- - 13:0019:00
jeudi
- - 13:0019:00
vendredi
- - 13:0019:00
samedi
- - 13:0019:00

La Galerie Binome est une galerie d’art contemporain située dans le Marais, à Paris. Créée en 2010 par Valérie Cazin, la Galerie Binome promeut avant tout la photographie contemporaine. À raison de cinq à dix expositions par an, personnelles ou collectives, Binome défend une ligne éditoriale au sein de laquelle les artistes émergents questionnent la photographie, en tant que medium et support.

La Galerie Binome : la photographie contemporaine, son statut et ses limites (post-photographie, post-réalisme…)

Experte juridique en droit d’auteur et propriété artistique, Valérie Cazin développe une ligne artistique presque conceptuelle. Les artistes représentés se rencontrent ainsi sur un questionnement. Photographes conceptuels, plasticiens, performeurs, dessinateurs… La diversité des approches permet d’ouvrir les problématiques liées aux nouvelles formes photographiques, aux redéfinitions du champ photographique ou post-photographique… En somme à ce qui peut, ou non, être qualifié de photographie dans un contexte donné. Le travail de Laurent Cammal, par exemple, aboutit à des séries photographiques. Avec Monochromatique (2012-2013), Laurent Cammal recouvre des lieux abandonnés d’une couche de peinture blanche, pour ensuite les photographier. Sa série Solid Line (2011-2014) s’approprie elle aussi, par le blanchiment, des lieux désaffectés, mais pour n’en garder que les volumes, en en accentuant les arêtes d’un trait noir. Les résultats s’apparentent à de l’occlusion ambiante ou aux contour shaders des logiciels de 3D, dont les moteurs de rendu sont ‘photoréalistes’ (purement mathématiques).

Pluralité des photographies contemporaines, Mois de la Photo à Paris et édition de portfolios en tirages limités

Avec la série First Person Shooter (2012), Thibault Brunet confronte lui aussi la synthèse d’image, son photoréalisme, et les brouillages entre image (FPS) et réel (guerre). Sur un autre versant, le travail de Pascaline Marre construit des mémoires photographiques, des mémoires d’effacements. Fantômes d’Anatolie (2014-2015), par exemple, est un travail sur le génocide arménien. Par-delà l’usage de la photographie comme preuve. La Galerie Binôme représente ainsi une douzaine d’artistes, cultivant tous des approches photographiques complexes et singulières. La galerie est également présente sur des évènements d’art contemporain comme le Mois de la Photo à Paris, Art Paris, Slick Art Fair, Yia, Docks Art Fair… Elle s’associe aussi, parfois, au festival Nemo (Biennale Internationale des Arts Numériques). Et édite également une série de portfolios de poche (en tirages limités), reprenant, pour chaque artiste, huit œuvres exclusives. La signature manuelle venant, ici, en clin d’œil à la reproductibilité technique de l’œuvre d’art.