DANSE | FESTIVAL

Les Plateaux 2017

28 Sep - 30 Sep 2017

La Briqueterie, Centre de développement chorégraphique national, présente «Les plateaux» 2017. Festival international de danse contemporaine proposant quinze spectacles dont huit créations, l'édition 2017 privilégie les pièces intégrales sans oublier sa vocation première : faire découvrir de nouveaux chorégraphes.

«Les plateaux» 2017, festival de danse qui se déroule au Centre de développement chorégraphique national du Val-de-Marne, propose quinze pièces dont huit créations de l’année. Privilégiant les pièces intégrales, et non plus les formes courtes, les extraits ou les spectacles en cours d’élaboration, l’édition 2017 affirme sa portée internationale en accueillant des compagnies venues de Belgique, du Portugal, de Norvège, du Canada, de Tunisie, et du Brésil. «Les plateaux» 2017 verront chorégraphes confirmés et en voie de l’être présenter leurs créations.

«Les plateaux» 2017 : créations

Parmi les quinze spectacles programmés lors de cette vingt-cinquième édition, huit créations 2017 sont présentées : Serpentine de Dana Ashbee, Adorabilis de Jonas&Lander, Blanks de Ingrid Berger Myrrhe, Pavillon Fuller de Jordi Gali, Rafales de Benjamin Bertrand, Face à la mer pour les larmes deviennent des éclats de rire de Radhouane El Meddeb, ainsi que Sillas de Satchi Naro, et Traversées de Sylvie Pabiot.

Chorégraphe canadienne, Dana Ashbee présente Serpentine, un solo sous forme d’installation-performance qui tente de restituer la part féminine de ses pièces précédentes, et dont la chorégraphie s’attache au changement dans la répétition.

Alors que la compagnie portugaise Jonas&Lander propose de découvrir un trio, Adorabilis, la chorégraphe hollandaise Ingrid Berger Myhre se livre à un jeu de description de situations diverses dans le solo Blanks.

Présentée pour la première fois en France, Pavillon Fuller de Jordi Gali entend promouvoir une approche singulière de la danse. Dans cette pièce fondée sur la participation, Jordi Gali s’emploie à considérer les rapports entre danse et espace au travers de la construction d’une structure architecturale en bois.

Dans Rafales, Benjamin Bertrand poursuit son travail de recherche sur le thème de l’origine entrepris dans sa précédente pièce, un solo, Orages. Comment rendre compte, se demande-t-il ici, de la présence à soi et aux autres ?

Présentée lors du dernier Festival d’Avignon, Face à la mer pour les larmes deviennent des éclats de rire de Radhouane El Meddeb met en scène sa confrontation avec les changements de la société tunisienne, tout en rattachant son propre parcours de chorégraphe à celui des artistes tunisiens contemporains.

Avec Cabine d’essayage, la danseuse de popping Jessica Noita présente un solo sur le thème de la condition féminine, et plus particulièrement sur les représentations actuelles de la femme.

Spectacle conçu pour l’extérieur, Sillas de Satchi Naro propose un dispositif particulier puisque cette pièce s’organise autour d’une centaine de chaises et demande la participation des habitants du quartier dans lequel elle se déroule.

Quant à elle, Sylvie Pabiot présente Traversées, pièce pour cinq danseurs, sur le thème suggéré par son titre même.

«Les plateaux» 2017 : de Lisbeth Gruwez à Christian Ubl

Outre ces huit créations, «Les plateaux» présentent We’re pretty fucking far from okay de Lisbeth Gruwez. Troisème volet du Tryptique extatique, cette pièce est une sorte d’étude de l’angoisse mettant en œuvre une chorégraphie entièrement fondée sur la respiration.

Louis Barreau présente quant à lui Bolero Bolero Bolero pour 1 performeur, un solo développant une suite de variations à partir de l’ostinato rythmique du Boléro de Ravel.

Si le solo Rue de Volmir Cordeiro conduit le spectateur à vagabonder à travers les rues, celui de Samuel Lefeuvre, MonoLOG, fait du danseur l’intercesseur entre public et phénomènes étranges que celui-ci ne peut percevoir.

Dans Bolero, un duo, le danseur et chorégraphe espagnol Jesus Rubio Gamo propose de s’attacher au thème de la ténacité.

Danseuse de popping, Linda Hayford présente le solo Shapeshifting, pièce instrospective invitant le public à suivre les différents états intérieurs de l’interprète.

Les Plateaux 2017 se termineront avec Folk’s bal de Christian Ubl véritable initiation ouverte à tous à de courtes chorégraphies et des enchaînements inspirés des danses latines et folkloriques, ainsi que des danses de couples.