Cette page a été un peu chahutées en passant de l’ancien au nouveau site, les corrections sont en cours.  
Non classé

Les meutes

05 Oct - 01 Déc 2012
Vernissage le 05 Oct 2012

Une première confrontation frontale entre les louves tribales de Katia Bourdarel et les loups en moutons de poussière de Lionel Sabatté, entre la dimension mythique de ces louves, mères fondatrices, et la trivialité de ces loups conçus à partir de poussière uniquement prélevée à la station de métro Châtelet les Halles à Paris.

Communiqué de presse
Katia Bourdarel, Lionel Sabatté
Les meutes

Si ces œuvres ont déjà cohabité, lors de l’exposition itinérante «La belle peinture est derrière nous», ce sera leur première confrontation frontale. L’œuvre de Katia Bourdarel est toujours le fruit d’un moment initiatique clef, de la fracture d’un équilibre primordial. Elle s’entoure d’une ménagerie étrange et d’êtres effrayants pour mieux nous questionner. Je suis une louve, lupa sum, hurle l’artiste. La meute de Katia Bourdarel rôde dans la galerie. Des louves noires, sombres, chtoniennes, qui pour mieux cacher leur fureur, se dissimulent, se travestissent sous des masques séduisants, brodés, faits de dépouilles de chasses antérieures. Entre attraction du premier instant et effroi de la confrontation, les louves de Katia Bourdarel gardent leur territoire. Mais, ne nous y trompons pas, l’artiste intègre ici certains grands mythes issus de la tradition gréco-romaine car avec leurs allures de courtisanes trop fardées, dévoreuses d’hommes, ces louves sont nos mères, elles ont élevé Apollon et Artémis, Romulus et Remus.

Parce qu’elle rend compte d’une vie passée, à l’état minéral ou organique, parce qu’elle est le résultat d’un processus permanent de décomposition, la poussière a une forte dimension existentielle. Celle que Lionel Sabatté utilise pour former la meute de loups présentée lors de ses expositions, est systématiquement prélevée à la station de métro Châtelet les Halles, lieu de forte affluence. Par cette récolte dérisoire, scrupuleusement datée, l’artiste rend visible les débris en suspension, leur donne une nouvelle matérialité, et trouve une forme plastique, concrète, au caractère insaisissable du temps qui passe.

Membre du réseau Marseille expos.

Vernissage
Vendredi 5 octobre 2012 à 18h30.

AUTRES EVENEMENTS Non classé