PHOTO | EXPO

Les Choses

17 Oct - 21 Jan 2018
Vernissage le 17 Oct 2017

L’exposition « Les Choses » au Jeu de Paume, à Paris, rassemble près de cent cinquante-quatre photographies d’Albert Renger-Patzsch, une des figures majeures de la photographie du XXe siècle. Le parcours chronologique et thématique présente les multiples genres abordés par Albert Renger-Patzsch, du portrait au paysage en passant par l’architecture industrielle, et sa conception de la photographie en tant qu’outil unique de perception de la réalité.

L’exposition « Les Choses » au Jeu de Paume, à Paris, présente plus de cent cinquante photographies d’Albert Renger-Patzsch, photographe allemand qui fut dans les années 1920 l’acteur majeur du mouvement de la Nouvelle Objectivité.

Albert Renger-Patzsch, une des figures majeures de la photographie du XXe siècle

L’exposition constitue avec près de cent cinquante-quatre clichés, l’une des plus importantes rétrospectives consacrées à Albert Renger-Patzsch jusqu’aujourd’hui. A travers un parcours chronologique et thématique, elle met en lumière le rôle déterminant qu’il joua dans l’affirmation de la photographie dans l’art moderne. Son œuvre monumentale déployée sur plus de quarante ans fait d’Albert Renger-Patzsch, au-delà de son importance au sein de la Nouvelle Objectivité, l’une des figures majeures et les plus influentes de l’histoire de la photographie du XXe siècle.

Le parcours couvre les étapes essentielles de la carrière prolifique d’Albert Renger-Patzsch, qui aborda de multiples thèmes et genres photographiques. On découvre d’abord ses premières réalisations : des photographies de plantes et de fleurs prises pour la série de publications Die Welt der Pflanze (Le Monde des plantes). Déjà s’y révèlent les principes fondamentaux qui guideront l’ensemble de sa démarche artistique : grande rigueur technique, précision de la composition, attention au détail, mise en valeur des aspects formels…

Photographier « Les Choses » avec réalisme, objectivité et neutralité

A travers ces clichés s’affirme ce qui constitue selon Albert Renger-Patzsch les qualités de la photographie : le réalisme, l’objectivité et la neutralité, qui en font un outil unique dans la perception de la réalité. Ces principes qui animent le travail d’Albert Renger-Patzsch s’expriment pleinement dans son livre le plus célèbre qui sort en 1928 : Die Welt ist schön (Le monde est beau), pour lequel le photographe aurait préféré le titre Die Dinge (Les Choses).

L’ouvrage forme un catalogue des photographies alors réalisées depuis le début de sa carrière par Albert Renger-Patzsch, réparties en séquences thématiques et conceptuelles. On retrouve ainsi les photographies de Die Welt der Pflanze, celles du livre Die Halligen de 1927, qui documentait la vie d’îles situées sur la côte nord de l’Allemagne, ou encore celles du livre Lübeck de 1928 qui reflète quant à lui l’émergence de la ville moderne et de l’industrialisation. Les multiples genres photographiques abordés par Albert Renger-Patzsch sont présents : le portrait, le paysage, l’architecture, la nature morte, le document sur des activités quotidiennes…