ART | EXPO

L’Entre sourd

21 Juin - 27 Juil 2013
Vernissage le 20 Juin 2013

Les peintures de Vincent Dulom manifestent à leur surface de vibrantes intensités. Elles font naître sous notre regard le corps organique de la peinture, un entrelacs d'ombre et de lumière, un halo aux limites indiscernables dont l'évanescence se confronte à notre conscience.

« Découvrant le voile d’obscurité de la couleur, le regard approche le corps de la peinture, sa demeure d’ombre. Un lieu où, sous l’effet de sa seule lumière, la couleur se couvre d’ombre, s’abîme, sombre; mais aussi un lieu dans lequel, luminescente, elle bouge, pulse, respire, résistante à demeure, image notre propre corps d’ombre incarnée. La couleur, substance d’une pure énergie picturale, crée la lumière qui, en concomitance, la modèle, comme le corps dont elle accuse l’ombre. Avant la lumière, il y a la couleur en puissance. »

Vincent Dulom, Le passeur de peinture, « Du lieu de la peinture — Réflexion, disgressions et quelques mots encore », 2005.

L’exposition « L’entre sourd » ne nous nous abstrait pas seulement dans des variations hypnotiques et flottantes, mais nous ancre dans l’espace et le temps d’une mise en présence. À l’endroit même de leur évanescence, les œuvres de Vincent Dulom nous ramènent à celui de notre propre existence, où un corps regardant et un corps naissant forment l’instant fragile d’une conscience.

Vouloir saisir dans son entier l’entrevue de la peinture de Vincent Dulom serait une entreprise vaine et vide de sens. Elle instaure l’entremise du voile et de l’invisible. Une lumière qui n’indiquerait rien d’autre que son apparaître impérieux et sa terrible persistance. Les couleurs vous pénètrent de leur vapeur, semblant retombées sur le papier ou la toile en « cernes très légers, comme on en ferait en soufflant contre un miroir » (Pierre Loti, Pêcheurs d’Islande).

On croit tenir à la rétine cette ombre mouvante et ses moirures mobiles, mais en réalité, c’est du dessous des paupières que sommeille un ailleurs de teintes indescriptibles qui n’ont d’habit que l’ombre crue de l’origine. Cela tourne en une luisance infernale sous la membrane battante, unique cadre vivant qui voit filer la pâleur d’un antre trouble, une niche immensément vague noyée de lumières tournoyant au rythme d’une mystérieuse pulsation intérieure. Et l’œil de battre à l’unisson. De voiles d’éther en luminances sombres, le peintre ouvre un espace où s’éveillent les choses enfouies dans la matière et qui se meurent, s’étendent et naissent infiniment immatérielles.

« La pensée est épreuve de cette gravité et de cette fuite. Elle ne « cherche » pas, car elle a déjà atteint son objet: mais elle éprouve son poids et comment il lui échappe. Elle éprouve sa chute vers un centre du monde jusqu’auquel elle doit le suivre pour apprendre à quel point ce centre à son tour se dérobe. Cela ne se montre que par touches, esquisses, profils dérobés, moules perdus. »
Jean-Luc Nancy, Le poids d’une pensée, l’approche, 2008.

La peinture de Vincent Dulom instaure un toucher de l’ineffable, affleurement improbable de ce qui ne se touche ni ne s’étreint, mais vous laisse sous l’emprise d’une caresse pénétrante. Plus que d’une beauté prodigieuse, elle emprunte son âpre noirceur au sublime contemplé un instant dans l’interstice de la vision et de son entrebâillement furtif.

Par delà les diaprures que laisse trainer le noyau ténébreux, lorsque la peinture disparaît sous vos yeux et qu’il n’y a plus rien à voir, c’est encore le sublime qui vous tient arrimé à la surface du surgir palpitant de l’autre latent, cette lumière blanche semblant fendre le papier de son implacable transparence, traversant les parois solides du mur, et derrière, encore, plus loin, toujours, à moins qu’on ne se trouve justement, là, au plus près de ce qui nous restait alors encore inconnu: «un état proche du vertige; un endroit pour exister devant-l’éternité-et-devant-la-mort, un lieu – en non-lieu – de l’être-là-à-l’écart, à l’ombre d’une ombre.» (Vincent Dulom, Le passeur de peinture)
Claire Chesnier, À l’ombre d’un doute, 2010.

Commissaire: Perrine Lacroix

Vincent Dulom est né en 1965, il vit et travaille à Paris.

Vernissage
Jeudi 20 juin 2013 à 18h