DANSE | SPECTACLE

Le récital des postures, L’été danse au CDC 2017

09 Juil - 19 Juil 2017

Le Centre de développement chorégraphique d’Avignon Les Hivernales présente Le récital des postures de Yasmine Hugonnet, un spectacle au cours duquel le public peut suivre une suite de postures qui sont autant de formes rendant sensibles la tension permanente entre mouvement et immobilité.

Dans le cadre de l’édition 2017 du festival «L’été danse au CDC», Yasmine Hugonnet présente Le récital des postures. Solo singulier dans lequel se conjuguent nudité et silence, Le récital des postures se présente sous forme d’une succession de figures évocatrices suscitant l’imaginaire du spectateur. Sur scène, Yasmine Hugonnet compose des formes dont chacune «active des mouvements pour le spectateur, mais aussi, pour l’interprète».

Le récital des postures : vecteur corporel

Référence directe à la musique par son titre même, Le récital des postures fait du corps de la danseuse un instrument de choix. Yasmine Hugonnet enchaîne des postures choisies pour leur «puissance d’évocation et de vibration» et «contiennent des choses qui apparaissent quand on tient les postures dans la durée, des choses qu’on ne peut nommer».

Pièce de cinquante minutes, Le récital des postures privilégie silence et absence de décor, renvoyant ainsi le spectateur aux seules variations gestuelles de Yasmine Hugonnet, lesquelles semblent obéir à un délicat équilibre ente immobilité et mouvement. Telle est la nécessité à laquelle répond Le récital des postures car «le silence, l’immobilité, le vide ouvrent au contraire l’esprit du spectateur. Ils les rendent plus attentifs à leur propre corps, leur ventre, leur toux. Dans le silence, il y a un véritable être ensemble».

Le récital des postures

Cette volonté de réunir public et danseuse renvoie à la manière même dont la pièce est organisée. Yasmine Hugonnet permet en effet aux spectateurs de laisser libre cours à leur compréhension personnelle des diverses postures qui, insensiblement, s’enchaînent. Ainsi peuvent-ils en quelque sorte se confondre par l’imagination avec le corps de l’interprète.

Celle-ci adopte alors des positions soulignant à la fois la passivité et l’activité du corps, cette tension permanente entre staticité et mouvement. Utilisant même sa longue chevelure comme un attribut à part entière de sa chorégraphie, Yasmine Hugonnet peut ainsi «composer des masques, se détacher de soi-même, s’inventer des identités», et contribuer plus encore à susciter l’imaginaire du spectateur.