ART | EXPO

Don’t Forget It

29 Mai - 16 Juin 2018
Vernissage le 28 Mai 2018

L’exposition « Don’t Forget It » à la galerie parisienne Alain Gutharc permet de (re)découvrir les peintures, dessins, collages et photographies de huit artistes contemporains : Raphaël Barontini, Edi Dubien, Laurent Goumarre, Suzanne Husky, Kris Knight, Guillaume Linard-Osorio, Estefania Peñafiel Loaiza et Michael Roy. 

L’exposition « Don’t Forget It » à la galerie Alain Gutharc, à Paris, réunit les œuvres de huit artistes contemporains qui ont été présentés au cours de l’année à la galerie ou qui seront exposés après l’été.

« Don’t Forget It », une exposition en forme de mini salon

A l’approche de l’été, l’exposition « Don’t Forget It » revient à la manière d’un rappel bienvenu sur l’œuvre d’artistes que la galerie a accueillis au cours de l’année, Edi Dubien, Laurent Goumarre, Michael Roy et Guillaume Linard-Osorio, et offre également un premier regard sur celle de Raphaël Barontini, Suzanne Husky, Kris Knight et Estefania Peñafiel Loaiza qui seront au programme de ses expositions après l’été.

Sous le titre « Don’t Forget It » (Ne l’oubliez pas), l’exposition marque une pause dans le flux continu des événements. Elle se visite comme un mini salon intimiste où l’on peut redécouvrir des œuvres oubliées parce que trop vite vues ou manquées lors de leur première présentation. Dans un espace qui se veut lieu de partage et de dialogue, le regard peut enfin s’attarder…

Des photographies de Laurent Goumarre et d’Estefania Peñafiel Loaiza aux peintures de Kris Knight

Côté photographie, les œuvres d’Estefania Peñafiel Loaiza comme Carthographie 5, Pain destiné au voyageur, où l’on voir une bouche sur le point d’avaler un morceau de papier imprimé, ont pour but d’explorer le pouvoir de l’image au-delà du visible, en déstabilisant le point de vue, en multipliant les perspectives et en exploitant ce qui en est absent. Les clichés de Laurent Goumarre comme Jofi, portrait au style de carte postale d’un chien derrière des fleurs, privilégient des instants ordinaires.

La peinture est représentée par les réalisations du Canadien Kris Knight, qui interroge à travers ses portraits de personnages désenchantés, entre innocence et érotisme, la représentation et les limites de l’identité sexuelle. Les œuvres de Guillaume Linard-Osorio comme Six Marin Bas sont réalisées à la peinture sur polycarbonate, un support qui permet l’obtention de fines rayures de couleurs irisées qui emplissent la surface en une vision trouble.