DANSE | SPECTACLE

Ladies First

15 Déc - 15 Déc 2017

Avec Ladies First,  la chorégraphe Marion Muzac rend hommage aux quatre pionnières de la danse moderne : Loïe Fuller, Isadora Duncan, Ruth Saint Denis, et Joséphine Baker. Ladies First met en scène la rencontre de cet héritage chorégraphique avec les danses pratiquées aujourd'hui par de jeunes danseuses amatrices.

Avec Ladies First, Marion Muzac propose de faire se rencontrer sur scène un groupe de vingt jeunes danseuses amatrices âgées de 12 à 20 ans, et les pionnières de la danse moderne du tout début du vingtième siècle, que furent Isadora Duncan, Loïe Fuller, Joséphine Baker, et Ruth Saint Denis.

Ces jeunes filles venues de différents départements français se réapproprient les mouvements de ces danseuses en les réinterprétant, et en exprimant leur adolescence et leurs histoires personnelles. Ladies First n’est autre que la rencontre de cet héritage chorégraphique et des danses aujourd’hui pratiquées par ces jeunes danseuses.

Ladies First de Marion Muzac : naissance d’un projet

Ladies First fait en quelque sorte suite à un précédent spectacle, Le sucre du printemps (2008), pour lequel Marion Muzac avait déjà travaillé avec des adolescents. Souhaitant renouveler une telle expérience avec Ladies First, Marion Muzac entend aussi affirmer la place des femmes sur les plateaux de danse et, plus largement, au sein des directions des institutions culturelles en France. Mais Ladies First est aussi un manifeste contre l’oubli. « Dans l’histoire de la danse, rappelle-t-elle, un certain nombre de femmes ont pris des positions et des partis pris artistiques très forts. J’ai le sentiment que nous l’avons un peu oublié, que ces femmes n’ont pas la place qu’elles devraient avoir. »

Ladies First : une recontre entre amatrices et pionnières de la danse moderne

Dans une telle perspective, Marion Muzac a pris l’initiative de rassembler plusieurs groupes d’adolescentes dans des ateliers chorégraphiques consacrés à Isadora Duncan, Loïe Fuller, Joséphine Baker, et Ruth Saint Denis. Vingt danseuses formant le groupe final, et offrant une image aussi fidèle que possible de l’adolescence d’aujourd’hui, ont été retenues.

Ladies First veut avant tout réunir la danse moderne du début du vingtième siècle et les danses contemporaines. Marion Muzac et ses interprètes ont donc d’abord tenté d’approcher la danse moderne en travaillant à partir d’images et de films mais précise-t-elle, «  Je n’avais pas envie de travailler sur l’idée de restitution mais dans un rapport spontané et intuitif aux images, parce que c’est la façon dont ces ados s’emparent des choses. » Ainsi ont-elles pu progressivement s’approprier l’héritage de Loïe Fuller, Joséphine Baker, Ruth Saint Denis, et Isadora Duncan en procédant à des recoupements. Des danses actuelles telles la street dance, le krump ou l’électro, peuvent en effet être rapprochées des gestuelles de ces mêmes danseuses. Des relations fortes entre passé et présent s’établissent ; entre la gestuelle Bollywood et la danse indienne de Ruth Saint Denis, entre les déhanchés de Joséphine Baker, les danses jazz et le twerk. Par là, Ladies First souhaite faire naître un « nouveau folklore » né de l’appropriation du passé.

Itinéraire du spectacle :
– Théâtre de Suresnes Jean Vilar, le 15 décembre 2017.
– Théâtre National de Chaillot (Paris), les 8 au 9 février 2017.