LIVRES

La Photographie dans l’œil des passages

Essai sur la perméabilité de la photographie aux autres médiums: une esthétique des passages vers le texte, le son et les autres images. Des Surréalistes chez lesquels l’image et les mots sont liés, aux rapports entre mouvements littéraires et photographie, en passant par des films cinématographiques emblématiques (Blow Up, La Jetée…).

— Auteur : Alexandre Castant
— Éditeur : L’Harmattan, Paris
— Collection : L’art en bref
— Année : 2004
— Format : 13,50 x 21 cm
— Illustrations : aucune
— Pages : 130
— Langue : français
— ISBN : 2-7475-7387-7
— Prix : 12,50 €

Présentation

Dans Les Mots et les Choses, Michel Foucault analysait la composition des Ménines de Vélasquez comme la synthèse de «tout le cycle de la représentation»… À sa mesure, l’image photographique apparaît, en elle-même et dans sa relation aux autres arts, comme le résumé d’une esthétique de la visualité, la formulation de ses nouvelles possibilités. Dans cet essai, certains travaux photographiques seront donc étudiés, entre exploration du médium et poétique du visible, comme une critique de l’art par lui-même, et un éloge des passages ouvrant sur une autre image, nomade et hospitalière. Pour cela, trois notions seront abordées et mises en correspondance. L’effet d’image «critique», figuré par une poétique du cadre, des reflets ou de la scène, structure une mise en abyme du discours ; l’utopie de la photographie, ensuite, qui produit une image, hypnotique quoique fragmentaire, désirante car lacunaire, constitutive d’une vision du monde qu’elle donne d’autant plus à reconsidérer que, parfois, on l’y substitue ; et puis les passages : l’esthétique des passages. Réalité des pratiques artistiques contemporaines et enjeu de méthode, la photographie comme l’art et l’art comme la photographie sont travaillés par une relation au texte, à la voix et aux sons, aux autres images. Là, au cœur de ces trois tensions (critique, utopie, passage), une autre visualité est produite. Poreuse et dynamique, absorbant les signes autour, la photographie se conçoit alors dans le vol en éclats de ses bords, fluide, dans l’œil des passages.

(Texte publié avec l’aimable autorisation des éditions L’Harmattan — Tous droits réservés)

L’auteur
Alexandre Castant est docteur en esthétique, membre du Centre de recherche sur l’image de Paris I, et professeur à l’école nationale supérieure d’Art de Bourges. Essayiste et critique d’art, il signe une chronique sur l’art contemporain dans la revue Archistorm.

AUTRES EVENEMENTS LIVRES