ART | EXPO

La Belle ouvrage

11 Juin - 29 Août 2010
Vernissage le 11 Juin 2010

À l’heure où l’art contemporain est couramment associé à la prédominance du concept sur la production, cette exposition confère de nouveau toute sa place et son sens à l’objet.

Communiqué de presse
Ethan Acres, Karina Bisch, Francis Bugarin, Lilian Bourgeat, Florence Doléac, Anne-Marie Durou, Jos de Gruyter & Harald Thys, Fabrice Hyber,…
La Belle ouvrage

La belle ouvrage est une exposition rassemblant des oeuvres d’art contemporain réalisées selon des techniques artisanales.

Le champ d’exploration de ces savoir-faire ancestraux est large; il embrasse le crochet, le moulage, la sculpture sur bois, le travail du métal ou celui de la céramique.

L’ensemble des oeuvres, issues de la collection du Frac Aquitaine ou empruntées auprès d’artistes, s’inscrit dans la programmation qu’explore le PEMA autour des métiers d’art, tout en apportant un éclairage nouveau sur des créations actuelles.

Émanant d’artistes français (et notamment aquitains) ou étrangers, ces oeuvres, élaborées de 1980 à 2009, témoignent d’une recherche formelle et d’une grande maîtrise plastique.

L’exposition se décline en trois espaces successifs rythmés par la couleur.

La première salle propose une expérience des couleurs au sens large: aux oeuvres design joyeusement colorées (la chaise Totem et la lampe Sottsass) répondent les boudins de Florence Doléac, une oeuvre en plexiglas de Jean Sabrier et un tableau de Francis Bugarin dont la matière est comparable à des entrelacs de laine.

Au second espace, de tonalité blanche, s’accorde le rideau «grande maille» en silicone de Anne-Marie Durou; à proximité, un service de la designer Anne Xiradakis côtoie celui de la céramiste Virginie Preux et voisine avec la «théière» en plâtre de Karina Bisch (inspirée par celle de Kasimir Malévitch) qui détourne l’usage d’un objet familier en modifiant son échelle, tout comme les tirelires de Boris Cappe sur les terrasses du Château.

L’oeuvre en verre soufflé et métal d’Anaïs Dunn fixe le mouvement et l’air du temps. Le troisième espace propose, à travers une expérience de la pénombre, la découverte du lustre de Chantal Raguet dont la forme montgolfière réalisée en chaînes industrielles et artisanales projette des ombres démesurées. Les dentelles métalliques d’Armel Barraud se déploient, a contrario, légères et lumineuses le long de l’escalier.

La technique, comme sujet, est également évoqué dans une vidéo récemment acquise par le Frac Aquitaine, réalisée par les artistes flamands Jos de Gruyter & Harald Thys. Le film montre un moment d’activité au sein d’un atelier de modelage avec des créateurs et des assistants, et livre les ressorts de la création, volontaire ou fortuite.

Enfin, une dernière oeuvre fait intrusion dans une salle où s’expose une collection de couteaux sous vitrine: il s’agit de quatre portraits des membres du groupe KISS, réalisés au crochet par l’artiste américain, Ethan Acres.

Cette confrontation relève du clin d’oeil: en effet, les personnages représentés dans cette oeuvre intitulée The Guise of Satan se prétendaient sataniques et les couteliers répondent à cette pièce, sur le thème «Le diable piqué au vif».

A l’extérieur du château, L’Homme de Bessines de Fabrice Hyber et les bottes monumentales de Lilian Bourgeat répondent en écho au paysage en contrebas, signalant la puissance et la capacité de l’homme à transformer les matériaux naturels.

Artistes présentés:
Ethan Acres, Karina Bisch, Francis Bugarin, Lilian Bourgeat, Florence Doléac, Anne-Marie Durou, Jos de Gruyter & Harald Thys, Fabrice Hyber, Jean Sabrier, Ettore Sottsass, Totem, Anne Xiradakis, Armel Barraud, Boris Cappe, Anaïs Dunn, Virginie Preux.