ART | EXPO

L’épreuve du silence

30 Août - 27 Oct 2018
Vernissage le 30 Août 2018

L’exposition « L’épreuve du silence » à la galerie marseillaise Porte Avion dévoile présente des peintures récentes de Katia Bourdarel dans lesquelles la figure humaine hésite entre forte présence et quasi absence : des œuvres qui cristallisent les questionnements contemporains sur l’identité.

L’exposition « L’épreuve du silence » à la galerie Porte Avion, à Marseille, présente de nouvelles peintures de Katia Bourdarel qui reflètent les interrogations contemporaines sur l’identité.

Les peintures de Katia Bourdarel cristallisent les questionnements sur l’identité

Les récentes peintures de Katia Bourdarel s’inscrivent dans l’exploration de la figure humaine qu’elle a déjà menée à travers de nombreux travaux antérieurs. Cependant, si ces derniers abordaient la figure humaine au sens littéral, les productions les plus récentes de la peintre en montrent la disparition ou plutôt son occultation par divers éléments.

Dans le tableau De ta nuque à tes reins, une femme penchée ne dévoile que le haut de son dos et sa nuque, son visage se trouvant hors-champ ; dans Les possédés #4, la tête d’une femme posant de profil est entièrement enveloppée d’un tissu tenu par des rubans ; le visage de la femme représentée dans Persona est simplement masqué par le rideau de cheveux qu’elle fait tomber devant.

L’épreuve du silence : Katia Bourdarel nous assigne à une épreuve du silence pleine d’ambiguïté

Ainsi, dissimulés sous un amas de tissus ou derrière des mains, saisis de dos ou laissés hors-cadre, tous les éléments permettant l’identification et la communication sont systématiquement oblitérés. Par ce procédé, Katia Bourdarel génère une « épreuve du silence » qui cristallise les questionnements contemporains sur l’identité, sur la place de chacun au sein de la société et sur le rapport à l’autre et au monde.

Tout en poursuivant le mode de représentation figurative assez frontale et magistrale qui caractérise sa pratique, les nouvelles peintures de Katia Bourdarel expose des corps entre forte présence et quasi absence. Elles nous assignent à une « épreuve du silence » pleine d’ambiguïté, où la chair et le vivant frôlent la déliquescence, dans une atmosphère poétique et angoissante.