DANSE | FESTIVAL

Étrange Cargo 2018

20 Mar - 14 Avr 2018

Festival de l'expérimentation et de la prise de risque, Étrange Cargo embarque chaque année ses spectateurs dans des aventures de créations singulières. Pour l'édition 2018 (et ses vingt-et-un ans), se profilent ainsi huit projets d'écritures au long cours, entre danse, performance et imaginaire.

Voici venu le printemps, et avec lui le festival de danse contemporaine Étrange Cargo. Lieu de mélanges, d’incubation et de création, la Ménagerie de Verre encourage les émergences. Et pour la vingt-et-unième édition du festival, les trois semaines de représentations promettent de révéler quelques-uns des fruits patiemment cultivés à la Ménagerie de Verre. Avec, au programme, un évènement et sept spectacles, dont cinq créations. Tourné vers la diversité des écritures, dans le vaste domaine du spectacle vivant, Étrange Cargo transporte ses spectateurs vers d’autres rivages, d’autres formats. Du metteur en scène Robert Cantarella à la poète performeuse Anna Gaïotti, le festival réserve des surprises.

Festival Étrange Cargo 2018 : un salon et sept pièces chorégraphiques

L’édition 2018 du festival Étrange Cargo s’ouvrira avec le S.I.M.E.S., le Salon international de la mise en scène. Organisé par Robert Cantarella, Stéphane Bouquet et Philippe Gladieux, le S.I.M.E.S offrira un espace-temps de dialogues et rencontres, pour les créateurs souhaitant partager leur esquisses. Un salon des projets fantasmés, où seront potentiellement présents des artistes comme Christophe Honoré, Daniel Larrieu, Valérie Mréjen… Dans un autre registre, Bénédicte Le Lamer proposera Oratorio Pavese / L’inconsolable, interprété en trio avec Axel Bogousslavsky et Nathan Freyermuth, autour d’un texte de Cesare Pavese. Tandis que la chorégraphe et performeuse Dominique Gilliot présentera À propos de la Ménagerie de Verre, un projet immersif et tautologique. Avec Embrase-moi, la chorégraphe et danseuse Kaori Ito déploiera son duo avec Théo Touvet. Une exploration dansée de la sensualité et du désir amoureux.

Un festival en forme d’exploration des écritures singulières (danse / performance)

Également dans la veine de l’intime, la réalisatrice Isild Le Besco livrera 70 heures pour s’aimer quand même. Une création autour de la parole des femmes, avec notamment Élodie Bouchez et Lolita Chammah. Performance à deux auteurs et interprètes, Cover, d’Elsa Michaud et Gabriel Gauthier, se glissera dans le spectacle des autres. Comme les covers [reprises] en musique. Tandis que la poète et chorégraphe Anna Gaïotti présentera le spectacle Palsembleu. Une pièce à trois, dans la prolongation de son texte Littorals, entre exaltation, érotisme et recherche des limites. Enfin, le metteur en scène et acteur Rodolphe Congé viendra refermer le festival sur la Rencontre avec un homme hideux. Autour du recueil de nouvelles de David Foster Wallace, où l’amour peut aussi naître de la rencontre avec l’horreur. Singulière, l’édition 2018 d’Étrange Cargo emmènera ainsi ses spectateurs dans des contrées où l’écriture interroge la possibilité d’aimer, de créer autrement.