DESIGN | OBJET

To Be Continued

Designer français installé à Bruxelles, Julien Carretero cultive une création capable de susciter de l'étonnement. À l'instar de la série To Be Continued, une collection de meubles explorant le design procédural. Pour des objets flirtant avec l'auto-design, jusqu'à l'acquisition d'une personnalité.

Atypique, le projet To Be Continued (2007), du designer Julien Carretero, joue sur son propre processus de fabrication. En polyuréthane composite, les pièces de To Be Continued se développent comme des serpentins colorés. Combinant objets finis et génération procédurale, s’y laissent deviner des chaises devenant bancs, des tables d’appoint devenant cabinets, des guéridons s’étirant en enfilades. Chaque pièce y commence par une forme simple — une sorte de silhouette, de tranche — ensuite reproduite et adjointe aux tranches précédentes. L’ensemble composant alors une structure en succession de strates. Mais à l’aune d’une reproduction ouverte (sinon encline) aux défauts, aux bifurcations, aux accidents de parcours. Génération procédurale, chaque nouvelle strate se détermine en fonction de la strate qui lui est directement précédente. La moindre bifurcation s’en trouve ainsi amplifiée, tel un larsen ou des artéfacts s’exacerbant au fil des reproductions.

Collection To Be Continued de Julien Carretero : un design procédural

Mutations créatives, au fil du processus la silhouette orthogonale initiale se déforme, se gondole, conférant ainsi à l’ensemble des allures de topographie accidentée. Les pièces de To Be Continued relèvent du design expérimental. Installé à Bruxelles, Julien Carretero crée des meubles qui bousculent avec élégance les attendus (tel Contrast, 2013). Poétiques, ses œuvres tracent des passages entre procédés industriels automatisés, et imprévus renvoyant à la singularité matérielle. Ludique, avec ses couleurs différentes pour chaque couche, To Be Continued offre un exemple saillant de La Fécondité des erreurs — titre emprunté à l’épistémologue Bernard Pourprix. Plus qu’une anecdote, To Be Continued montre comment chaque légère imperfection (bifurcation par rapport au modèle) devient source d’individualisation. Sans chercher à aplanir ou rectifier le tir, les pièces de To Be Continued, tel un lignage, un phylum farfelu, accueillent la différance (chère à Jacques Derrida).

Du mobilier à la performance : la personnalité des objets qui s’auto-designent

Entre continuité et processus discret, chaque tranche de meuble se compose ainsi à partir de la précédente. Si chaque tranche représente un pas, un saut par rapport à la précédente, il n’y a pas de saut qui permette d’oblitérer certains moments de l’objet. Cette répétition, dans la production de différences, aboutit alors à des objets qui se designent eux-mêmes. Une figure de la personnalisation qui aura même donné lieu, en 2010, à une quasi-cérémonie de deuil. Endommagé lors d’un transport de retour d’exposition, le cabinet de la collection To Be Continued a dû être entièrement détruit — pour se conformer à la procédure d’assurance. Une destruction à son tour matérialisée sous forme de performance filmée : To Be Continued Rewound (2010). Mobilier singulier, matière à mémoire, To Be Continued, de Julien Carretero déroule un fil poétique. À suivre.