logo
140719Pareidolie
ART PHOTO DESIGN DANSE
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


INTERVIEWS

Portrait de Xavier Veilhan.<br><br>Photo: Pierre Douaire Xavier Veilhan
Xavier Veilhan
05 nov. 2011
Avant son exposition «Orchestra» à la galerie Emmanuel Perrotin (10 sept.-12 nov. 2011), Xavier Veilhan revient sur son exposition au château de Versailles. Adepte des espaces nouveaux, il n'hésite pas à exposer dans un café ou dans un grand magasin. Il s'en explique auprès de nous.
fleche suivante1/2
Par Pierre-Évariste Douaire

Pierre Douaire. Comment avez-vous été contacté pour exposer au château de Versailles?
Xavier Veilhan. Initiateur de Versailles Off, Laurent Lebon m'avait proposé d'y participer. J'avais décliné car la durée de l'événement était très courte et j'étais déjà engagé sur d'autres projets d'expos collectives (dont Nuit Blanche). Laurent m'a téléphoné au printemps 2008 en me proposant d'intervenir à Versailles, mais cette fois-ci, il s'agissait d'une expo personnelle de plusieurs mois. A l'époque, je n'avais pas du tout saisi la teneur ni l'enjeu de cette invitation. Il faut dire que mon interlocuteur a le don de présenter avec une certaine simplicité les choses les plus exceptionnelles. A la fin de la conversation, il m'a précisé que cet événement pourrait devenir très important, et que Jeff Koons avait accepté de relever le défi. Je me suis sérieusement penché sur la question, et je me suis dit qu'il se préparait quelque chose de grand, mais on ne pouvait pas encore augurer du retentissement que ça allait avoir. Etre embarqué dans une aventure qui nous dépasse, c'est ça qui est excitant.

C'est difficile de monter un projet comme celui-là?
Xavier Veilhan. Oui. Ce qui m'étonne presque encore, c'est que les œuvres que vous avez vues, ce sont celles qui figuraient un an auparavant sur les images de simulation préfigurant l'exposition. C'est quasi inespéré de réussir à tenir ce type d'engagement au plus fort moment de la crise financière. Plusieurs montages financiers se sont succédés. Mon galeriste Emmanuel Perrotin et le Centre National des Arts Plastiques les premiers, puis d'autres partenaires ont œuvré ensemble: «Veilhan Versailles» a pu se faire grâce à eux.

Le tour de force résidait également dans une production presque entièrement nouvelle des pièces.
Xavier Veilhan. C'est encore plus simple que ça. Au début je pensais utiliser des œuvres existantes, mais à parcourir le château et le parc, je me suis très vite rendu compte que ma réflexion se portait naturellement vers l'extérieur du domaine. Le cadre qu'offre ce jardin est très stimulant.

Pourquoi avoir privilégié l'extérieur?
Xavier Veilhan. De prime abord, le travail de Le Nôtre semble assez simple, mais dès que l'on commence à l'étudier, le raffinement du dispositif et sa complexité apparaissent nettement. A chacune de mes visites, le cadre se transformait: beau temps et mauvais temps métamorphosent totalement ce lieu. Je ne pensais pas, à seulement quelques kilomètres de Paris où je réside, pouvoir être aussi fasciné et surpris par autant de transformations. La poétique du lieu m'a saisi.
Au-delà de cet aspect, je me suis rendu compte de la proximité de Le Nôtre avec le Land Art. Sa conception des extérieurs du château est beaucoup plus proche des Earthworks que de tout autre chose. La dynamique du jardin est très impressionnante également.
Le Jet d'eau par exemple qui fonctionnait de manière sporadique était proportionné à l'environnement mais restait disproportionné par rapport à l'échelle humaine. Il faisait plus de cent mètres de haut. L'anamorphose sur le tapis vert, La Lune, jouait également sur ce principe. De même que Les Architectes, disposés sous les fenêtres de la Galerie des Glaces.

Pourquoi avoir choisi de placer le Carrosse à l'entrée du château? Je trouvais qu'il était perdu à cet endroit.
Xavier Veilhan. Le Carrosse devait accueillir les visiteurs. Il représentait à lui tout seul une déclaration d'intention. En installant certaines pièces de plain pied, comme le Gisant, je souhaitais établir un lien fort avec le public. Et à échelle un, Le Carrosse était à mi-chemin entre le lieu et son public. Il ne faut pas lyophiliser ce genre d'endroit. La construction du château a nécessité un déploiement d'énergie formidable. Donner carte blanche à des artistes comme le Vaux, le Bernin, le Nôtre, c'est renouer avec l'énergie originelle. C'est le bon côté du règne de Louis XIV: le dialogue entre le patrimoine historique et l'esprit de l'époque.

Dans Le Carrosse, l'un des chevaux galope sans toucher le sol. Vous êtes-vous inspiré des clichés de Muybridge?
Xavier Veilhan. Non, mais ce n'est pas un hasard si vous avez vu cela. La captation et la décomposition du mouvement me fascinent. Plus que Muybridge, c'est Etienne-Jules Marey qui m'a inspiré. A l'opposé de toute recherche plastique, son approche extrait une certaine vérité dans l'image: lorsque la science utilise la photographie pour accéder à l'invisible, ...

fleche suivante1/2

ANNONCES
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !



ÉDITORIAL fleche_rouge
Esthétiques photographiques de l'attention
La frénésie de la vie et du monde d'aujourd'hui, les tensions et les bouleversements qui agitent tous les secteurs de la société, ainsi que les pressions permanentes exercées par l'hypertrophie des communications, suscitent le sentiment qu'est menacé un bien des plus précieux et des plus fragiles de l'homme: son attention. Tout allant trop vite, on ne peut plus accorder aux choses l'attention qu'elles méritent. Dans le flux incessant des marchandises et des informations, l'attention se fait...
fleche Lire la suite
140625VilletteOrta.gif
140707LyonBiennaleDanse


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Lauréats du 15e Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main: Nathanaël Le Berre, Gérard Borde et Marc Aurel, Yann Grienenberger
puce rouge  Fin 2014, la galerie Yvon Lambert tire sa révérence
puce rouge  Le Festival d’Avignon aura bien lieu mais la CGT Spectacle appelle à une grève massive pour l’ouverture
puce rouge  L’artiste Huang Yong Ping prend les commandes de la Monumenta 2016
puce rouge  Un chemin de «Grande Randonnée Artistique» pour la Nuit blanche à Paris
puce rouge  Rapport sur le développement de l’entrepreneuriat dans le secteur culturel en France
puce rouge  Le 27 octobre 2014, ouverture de la Fondation Louis Vuitton
puce rouge  CoordinatiIntermittents et Précaires: «Ce que nous défendons nous le défendons pour tous!»
puce rouge  Nicolas Bourriaud entre confiance et vigilance du ministère de la Culture
puce rouge  Menace sur les festivals d’été, le conflit s’envenime entre les intermittents et le gouvernement
puce rouge  Ensba, le bras de fer continue entre Nicolas Bourriaud et les étudiants
puce rouge  Laurent Le Bon nouveau président du musée national Picasso
DIAPORAMA

Henri Cueco, Le Pré au Pouget, série de la Petite Peinture, 2000. Acrylique sur toile, montage de 4 toiles. 38 x 54 cm.
Deimantas Narkevicius, vue de l&rsquo;exposition «Cupboard and Play», 2014.



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales