logo
160617SetePeiMing
ART PHOTO DESIGN DANSE
RECHERCHER


INTERVIEWS

Portrait de Xavier Veilhan.<br><br>Photo: Pierre Douaire
Xavier Veilhan
Xavier Veilhan
05 nov. 2011
Avant son exposition «Orchestra» à la galerie Emmanuel Perrotin (10 sept.-12 nov. 2011), Xavier Veilhan revient sur son exposition au château de Versailles. Adepte des espaces nouveaux, il n'hésite pas à exposer dans un café ou dans un grand magasin. Il s'en explique auprès de nous.
fleche suivante1/2
Par Pierre-Évariste Douaire

Pierre Douaire. Comment avez-vous été contacté pour exposer au château de Versailles?
Xavier Veilhan. Initiateur de Versailles Off, Laurent Lebon m'avait proposé d'y participer. J'avais décliné car la durée de l'événement était très courte et j'étais déjà engagé sur d'autres projets d'expos collectives (dont Nuit Blanche). Laurent m'a téléphoné au printemps 2008 en me proposant d'intervenir à Versailles, mais cette fois-ci, il s'agissait d'une expo personnelle de plusieurs mois. A l'époque, je n'avais pas du tout saisi la teneur ni l'enjeu de cette invitation. Il faut dire que mon interlocuteur a le don de présenter avec une certaine simplicité les choses les plus exceptionnelles. A la fin de la conversation, il m'a précisé que cet événement pourrait devenir très important, et que Jeff Koons avait accepté de relever le défi. Je me suis sérieusement penché sur la question, et je me suis dit qu'il se préparait quelque chose de grand, mais on ne pouvait pas encore augurer du retentissement que ça allait avoir. Etre embarqué dans une aventure qui nous dépasse, c'est ça qui est excitant.

C'est difficile de monter un projet comme celui-là?
Xavier Veilhan. Oui. Ce qui m'étonne presque encore, c'est que les œuvres que vous avez vues, ce sont celles qui figuraient un an auparavant sur les images de simulation préfigurant l'exposition. C'est quasi inespéré de réussir à tenir ce type d'engagement au plus fort moment de la crise financière. Plusieurs montages financiers se sont succédés. Mon galeriste Emmanuel Perrotin et le Centre National des Arts Plastiques les premiers, puis d'autres partenaires ont œuvré ensemble: «Veilhan Versailles» a pu se faire grâce à eux.

Le tour de force résidait également dans une production presque entièrement nouvelle des pièces.
Xavier Veilhan. C'est encore plus simple que ça. Au début je pensais utiliser des œuvres existantes, mais à parcourir le château et le parc, je me suis très vite rendu compte que ma réflexion se portait naturellement vers l'extérieur du domaine. Le cadre qu'offre ce jardin est très stimulant.

Pourquoi avoir privilégié l'extérieur?
Xavier Veilhan. De prime abord, le travail de Le Nôtre semble assez simple, mais dès que l'on commence à l'étudier, le raffinement du dispositif et sa complexité apparaissent nettement. A chacune de mes visites, le cadre se transformait: beau temps et mauvais temps métamorphosent totalement ce lieu. Je ne pensais pas, à seulement quelques kilomètres de Paris où je réside, pouvoir être aussi fasciné et surpris par autant de transformations. La poétique du lieu m'a saisi.
Au-delà de cet aspect, je me suis rendu compte de la proximité de Le Nôtre avec le Land Art. Sa conception des extérieurs du château est beaucoup plus proche des Earthworks que de tout autre chose. La dynamique du jardin est très impressionnante également.
Le Jet d'eau par exemple qui fonctionnait de manière sporadique était proportionné à l'environnement mais restait disproportionné par rapport à l'échelle humaine. Il faisait plus de cent mètres de haut. L'anamorphose sur le tapis vert, La Lune, jouait également sur ce principe. De même que Les Architectes, disposés sous les fenêtres de la Galerie des Glaces.

Pourquoi avoir choisi de placer le Carrosse à l'entrée du château? Je trouvais qu'il était perdu à cet endroit.
Xavier Veilhan. Le Carrosse devait accueillir les visiteurs. Il représentait à lui tout seul une déclaration d'intention. En installant certaines pièces de plain pied, comme le Gisant, je souhaitais établir un lien fort avec le public. Et à échelle un, Le Carrosse était à mi-chemin entre le lieu et son public. Il ne faut pas lyophiliser ce genre d'endroit. La construction du château a nécessité un déploiement d'énergie formidable. Donner carte blanche à des artistes comme le Vaux, le Bernin, le Nôtre, c'est renouer avec l'énergie originelle. C'est le bon côté du règne de Louis XIV: le dialogue entre le patrimoine historique et l'esprit de l'époque.

Dans Le Carrosse, l'un des chevaux galope sans toucher le sol. Vous êtes-vous inspiré des clichés de Muybridge?
Xavier Veilhan. Non, mais ce n'est pas un hasard si vous avez vu cela. La captation et la décomposition du mouvement me fascinent. Plus que Muybridge, c'est Etienne-Jules Marey qui m'a inspiré. A l'opposé de toute recherche plastique, son approche extrait une certaine vérité dans l'image: lorsque la science utilise la photographie pour accéder à l'invisible, ...

fleche suivante1/2

ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160809Bruxelles
BethuneLaBanque
160729PicSaintLoup


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le débat continue autour du film Salafistes
puce rouge  Nathalie Coste-Cerdan nommée directrice de la Fémis
puce rouge  La campagne en faveur du patrimoine et de la créativité se poursuit en Espagne.
puce rouge  Programme d’été de Paris Musées
puce rouge   17 architectures de Le Corbusier inscrites au patrimoine mondial
puce rouge  Commande publique «Les Regards du Grand Paris»
puce rouge  Les ateliers de l’Institut français 2016
puce rouge  La ministre de la Culture et de la Communication annonce des mesures en faveur de la photographie
puce rouge  Nomination d’Éric de Chassey à la tête de l'Institut national d'histoire de l'art
puce rouge  Décès du cinéaste iranien Abbas Kiarostami
puce rouge  Les lauréats de Design Parade 11
puce rouge  Lancement du magazine n°zéro «Expérimentations splendides»
DIAPORAMA

Vadim Zakharov, Eye patch, 1983. Photographie noir et blanc
Mrzyk & Moriceau, Blob, 2012, Encre sur papier.
Lionel Estève, Sans titre, 2015. Plantes dorées à la feuille d&rsquo;or, verre. 40 x 30 cm



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales