logo
160617SetePeiMing
ART PHOTO DESIGN DANSE
RECHERCHER


INTERVIEWS

Taroop & Glabel, <em>Le Beuglephone électrique</em>. 2007<br><br>Courtesy Sémoise galerie-éditions. © Taroop & Glabel
Xavier Veilhan
Xavier Veilhan
25 mai 2005
Les réalisations de Xavier Veilhan sont des poupées russes, elles sont autonomes et dépendantes les unes des autres. L'exposition à la galerie Emmanuel Perrotin provoque toutes les tensions perceptives possibles entre l'œuvre et le spectateur. Le but est de comprendre un peu mieux le réel. L'art met en présence des éléments qui s'entrechoquent, elle est une réaction en chaîne.
fleche suivante1/3
Par Pierre-Évariste Douaire

Par Pierre-Evariste Douaire

Pierre-Evariste Douaire. Parlez-nous de votre exposition "Sculptures automatiques", à la galerie Emmanuel Perrotin.
Xavier Veilhan. L'exposition à Paris est une alternative à celle qui se tient à Strasbourg. L'exposition scénographiée, enchâssée dans le Musée d'Art moderne et contemporain, cède le pas à un autre registre. Tout part du sol, les sculptures n'ont plus de socle, elles sont au même niveau que le spectateur, elles partagent avec lui le même espace tant physique que symbolique. La circulation est différente, la pénétrabilité plus grande.

Une machine-outil, utilisant des scanners 3D, a réalisé vos sculptures. Pourquoi utiliser ce registre?
Scanner une personne revient à la regarder. Le scanne s'apparente au regard. Il y a beaucoup de similitudes entre les deux. L'obtention d'un relevé 3D passe par l'émission d'un rayon laser. Le balayage m'intéresse car il implique un aller-retour. L'impact du rayon implique obligatoirement un retour. L'émission induit un rapport de distance et de temps. Le bombardement laser devient une cartographie, il calcule des distances et référence le modèle, il l'identifie, le mesure, lui assigne une place dans l'univers. Il devient localisable.
Le rôle de l'art est analogue, il consiste à pouvoir se situer dans le temps et dans l'espace. L'art doit faciliter l'appréhension du réel, permettre l'accession à l'intelligibilité du monde. Une pièce est réussie quand elle parvient à expliciter le monde chaotique dans lequel nous vivons, elle est réussie si elle permet la compréhension cohérente de l'univers, elle n'est pas un système mais un moment de synthèse.

Comme Duchamp pour qui "tout écart est une opération", vous travaillez sur les écarts. Quels sont les écarts dans les Sculptures automatiques?
Les sculptures sont authentiques, elles sont le fruit de relevés précis et scientifiques, elles sont incontestables, mais en même temps elles soulignent tout ce qui leur manque pour être en prise avec la réalité, que ce soit la couleur, le mouvement, l'échelle. Elles perturbent la réalité, elles la rendent plus pénétrante. Elles ont une autorité sur le réel. Les spectateurs paraissent géants à côté d'elles. Le jeu d'échelle qu'elles imposent remet en question leur taille. La sensation est étrange. Elles misent sur la contradiction qui existe entre leur présence et leur illusion. Elles sont incontournables, presque réelles, et, d'un autre côté, elles sont la preuve d'une impossibiltié. Rhinocéros déjà jouait sur ce registre de proche et de lointain, de réel et d'irréel.

Quel doit être le but d'une exposition à vos yeux?
L'exposition doit être un minimum corrosive, en tout cas elle doit amener chacun à s'interroger sur le fait de regarder. Mes propositions jouent avec les habitudes perceptives du public, elles sont là pour provoquer des tensions.

La production d'œuvres n'est qu'une étape pour vous, ce qui compte c'est ce qu'il y après?
La pièce n'est qu'un moment dans un continum, elle cristallise une forme particulière, en ce sens, je suis assez proche des artistes conceptuels. Sa concrétisation n'est que la somme de possibilités. La rencontre des contraintes techniques, financières, technologiques et temporelles laisse très peu de place à la liberté. C'est en combinant tous ces facteurs que l'œuvre peut naître. Je n'exploite ni ne décline à l'infini les possibilités techniques. Mon approche est plus horizontale que verticale. Je ne fétichise pas les techniques. Je les combine. Je suis dans la transversalité. Cette attitude n'est pas du dilettantisme, je reste très attentif à la technique et à son potentiel. Elle reste un outil mis au service du projet final.

Êtes-vous un artiste de la "post-production" comme le définit Nicolas Bourriaud, c'est-à-dire travaillant sur le déplacement, l'appropriation, la sélection et le retraitement?
Les expositions sont des œuvres en soi. Les pièces sont des poupées russes, elles sont à la fois dépendantes et autonomes. Mon travail consiste précisément à mettre en présence toutes ces entités afin de proposer une expérience globale. La confrontation avec le visiteur est un moment capital. J'y pense constamment pendant l'élaboration des œuvres. Tout le processus autour de la production m'intéresse en tant que tel. La présence physique du premier spectateur avec l'œuvre marque l'arrêt du processus de fabrication. Pour filer une métaphore scientifique, on peut dire que leur rencontre est d'ordre chimique. J'aime provoquer ce genre de réactions.

Pourquoi vous qualifie-t-on d'artiste high tech? Vous utilisez des techniques modernes, ...

fleche suivante1/3

ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Editos, et d'autres choses, à venir
J'ai depuis plusieurs mois suspendu la rédaction de mes éditos hebdomadaires. Pour deux raisons: 1° la rédaction d'un livre qui me tient à cœur; 2° la refonte totale du site que vous découvrirez dans les prochaines semaines. J'ai hâte de reprendre la publication des éditos pour interroger et partager avec vous les mouvements et soubresauts des arts, des images et de la culture. Merci de votre fidélité à parisART.
A bientôt. 
André Rouillé

fleche Lire la suite
160809Bruxelles
BethuneLaBanque
160729PicSaintLoup


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Le débat continue autour du film Salafistes
puce rouge  Nathalie Coste-Cerdan nommée directrice de la Fémis
puce rouge  La campagne en faveur du patrimoine et de la créativité se poursuit en Espagne.
puce rouge  Programme d’été de Paris Musées
puce rouge   17 architectures de Le Corbusier inscrites au patrimoine mondial
puce rouge  Commande publique «Les Regards du Grand Paris»
puce rouge  Les ateliers de l’Institut français 2016
puce rouge  La ministre de la Culture et de la Communication annonce des mesures en faveur de la photographie
puce rouge  Nomination d’Éric de Chassey à la tête de l'Institut national d'histoire de l'art
puce rouge  Décès du cinéaste iranien Abbas Kiarostami
puce rouge  Les lauréats de Design Parade 11
puce rouge  Lancement du magazine n°zéro «Expérimentations splendides»
DIAPORAMA

Andrea Branzi, Sugheri, 2007



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales