logo
140719Pareidolie
ART PHOTO DESIGN DANSE
parisART recherche un-e REDACTEUR-ice COMPETENT-e
RECHERCHER


INTERVIEWS

Luca Merlini, Le Début de l&rsquo;archipel, 2013<br><br>© Luca Merlini Luca Merlini
Luca Merlini
07 fév. 2013
Peu d'architectes instaurent un imaginaire aussi riche et surprenant que celui de Luca Merlini. A l'exposition collective «Aimer, aimer, aimer: bâtir» (à la Villa Noailles), Luca Merlini présente trois projets, celui qu'il aurait aimé réaliser, celui qu'il a aimé réaliser, celui qu'il aimerait réaliser. Retour sur la démarche d'un architecte atypique.
fleche suivante1/2
Par Léa Mosconi

Luca Merlini, vous avez fait vos études entre 1972 et 1977 à l'Eth de Zurich. En architecture c'est le moment où s'instaure une pensée que l'on qualifiera plus tard de postmoderne. Comment ce contexte a-t-il influencé votre démarche d'architecte?
Luca Merlini. Sur le moment, en tant qu'étudiant, je n'ai pas forcément compris tout ce qu'il se passait. L'information circulait de façon moins rapide et évidente qu'aujourd'hui. A Zürich, c'était l'enseignement post-1968: beaucoup de sociologie remplaçait le projet, et à l'opposé un enseignement marqué par le monde germanophone exacerbait la technique dispensait une conception assez froide de l'architecture comme machine.
Puis ont débarqué Aldo Rossi et les Tessinois, qui parlaient de contexte, qui élargissaient le discours, qui évoquaient l'enfance et l'histoire personnelle comme sources possibles du projet, qui ouvraient à des imaginaires et proposaient une manière de dessiner très différente de ce que l'on nous apprenait.
J'ai été très influencé par Aldo Rossi sans même suive son enseignement, mais que j'ai vu souvent le soir dans des cafés (dont le fameux Mamatesta). J'ai aussi suivi certaines de ses séances de critiques, dans lesquelles émergeait de la sensualité et une autre manière d'aborder le projet d'architecture.
C'est seulement plus tard, et non sur le moment, que je me suis rendu compte que ces expériences appartenaient au postmodernisme.

Ce rapport à l'imaginaire cher à Aldo Rossi et aux Tessinois est aussi présent dans votre production. En articulant la narration, la référence et le dessin, vous construisez un imaginaire très fort autour de vos projets.
Luca Merlini. J'ai toujours pensé qu'Aldo Rossi était peut-être plus écrivain qu'architecte. Je m'interroge moi-même, dans ma pratique, sur cette question. J'ai relativement peu construit, j'ai écrit, dessiné, raconté beaucoup d'histoires. Ce qui fait de moi un architecte peut-être atypique. Beaucoup de mes projets racontent des histoires, c'est un mode d'expression qui utilise les outils propres à l'architecture plus qu'à l'écriture: le mur, le plancher, la colonne, la construction. Des outils en somme très réalistes dans leurs modes de fonctionnement. Même les projets construits proviennent d'un travail préparatoire inconscient, qui sont tous les projets qui ne se sont pas réalisés. Ce «non-réalisé» est un travail important, c'est là que certains concepts se précisent, c'est une manière de passer de l'imaginaire pur, du narratif, à quelque chose qui peut devenir une réalisation.

Votre projet La Troisième île est celui que vous auriez aimé réaliser. En réponse à un concours d'école, ce projet propose de construire une école volante pour affirmer sur le territoire le signe de l'apprentissage. Comment érigez-vous l'apprentissage en symbole?

Luca Merlini. L'objet du concours était de projeter l'extension d'une école primaire dans une petite ville, au-dessus du lac de Bienne en Suisse. Dans l'annonce du concours, on voyait ce que l'architecte sélectionné aurait à faire. Il y avait le collège, la petite école à agrandir, et on imaginait sans peine la Swiss Box qui allait être placée à côté, un peu de travers. C'était un peu agaçant. Je voulais donc éviter une nième Swiss Box.
Un deuxième point: le territoire était marqué par un clocher, un château et sa tour: c'était un lieu totalement patrimonialisé. Plus globalement, ce que l'on voit et vénère dans les territoires, ce sont toujours des signes, même vides, d'une certaine forme du pouvoir. Dans ces divers signes, j'ai voulu évoquer celui de la démocratie : le fait que l'école soit ouverte à tous, que ce soit un lieu de rencontre entre des nationalités différentes, des gens de conditions différentes. C'est pourquoi j'ai tenté, au travers de l'école volante, de fabriquer une nouvelle «tour» dédiée à la démocratie.

Dans vos projets construits, vous avez choisi de présenter Topik Territoires. C'est un de vos premiers projets, peut-on dire qu'il est chargé des principes et questionnements développés tout au long de votre carrière?
Luca Merlini. J'ai longtemps travaillé avec Bernard Tschumi, notamment sur le Parc de la Villette. Topik Territoires est le premier projet construit en mon propre nom, en 1991 pour la célébration des sept cents ans de la Suisse. La ville de Neuchâtel ayant reçu le mandat de concevoir des manifestations autour de l'architecture, dix ou onze architectes ont été invités à réaliser des stations architecturales dans la ville. J'avais pour ma part à traiter du début et de la fin du parcours, c'est-à-dire ...

fleche suivante1/2

ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Esthétiques photographiques de l'attention
La frénésie de la vie et du monde d'aujourd'hui, les tensions et les bouleversements qui agitent tous les secteurs de la société, ainsi que les pressions permanentes exercées par l'hypertrophie des communications, suscitent le sentiment qu'est menacé un bien des plus précieux et des plus fragiles de l'homme: son attention. Tout allant trop vite, on ne peut plus accorder aux choses l'attention qu'elles méritent. Dans le flux incessant des marchandises et des informations, l'attention se fait...
fleche Lire la suite
140625VilletteOrta.gif
140707LyonBiennaleDanse


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Lauréats du 15e Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main: Nathanaël Le Berre, Gérard Borde et Marc Aurel, Yann Grienenberger
puce rouge  Fin 2014, la galerie Yvon Lambert tire sa révérence
puce rouge  Le Festival d’Avignon aura bien lieu mais la CGT Spectacle appelle à une grève massive pour l’ouverture
puce rouge  L’artiste Huang Yong Ping prend les commandes de la Monumenta 2016
puce rouge  Un chemin de «Grande Randonnée Artistique» pour la Nuit blanche à Paris
puce rouge  Rapport sur le développement de l’entrepreneuriat dans le secteur culturel en France
puce rouge  Le 27 octobre 2014, ouverture de la Fondation Louis Vuitton
puce rouge  CoordinatiIntermittents et Précaires: «Ce que nous défendons nous le défendons pour tous!»
puce rouge  Nicolas Bourriaud entre confiance et vigilance du ministère de la Culture
puce rouge  Menace sur les festivals d’été, le conflit s’envenime entre les intermittents et le gouvernement
puce rouge  Ensba, le bras de fer continue entre Nicolas Bourriaud et les étudiants
puce rouge  Laurent Le Bon nouveau président du musée national Picasso
DIAPORAMA

Eric Aupol, VitaeNova11, 2010. Photo cprint. 103 x 68 cm



pub pub

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales