logo
140628SerignantRossonCrow
ART PHOTO DESIGN DANSE
parisART recherche un-e COMMERCIAL-e MOTIVE-e connaissant le marché de l'art
RECHERCHER


INTERVIEWS

Taroop & Glabel, <em>Le Beuglephone électrique</em>. 2007<br><br>Courtesy Sémoise galerie-éditions. © Taroop & Glabel
Jota Castro
Jota Catro
10 janv. 2008
L'artiste Jota Castro est l'un des deux commissaires, avec Evelyne Jouanno, de la Biennale de l'Urgence, à Paris (Palais de Tokyo) et à Grozny. Il livre ici les derniers développements de cette aventure au long cours.
fleche suivante1/2
Par Anne Malherbe

Interview
Par Anne Malherbe

Anne Malherbe. Quels sont les derniers développements de la Biennale de l'Urgence ?
Jota Castro. Douze pays veulent accueillir la Biennale !! En Italie, on a la possibilité de le faire à Rome, à Florence et à Bolzano, et peut-être même la possiblité à Naples. On a Sidney, Ljubljana, Canton, Amsterdam, Charleroi, Berlin. Ce sont les propositions les plus sérieuses. Elles vont nous permettrent de continuer à parler des Tchétchènes : ce serait pas mal !
Ce qui m'intéresse dans cette histoire, c'est d'avoir la possibilité de parler longtemps du problème, d'avoir plus de temps pour faire passer plus de choses, et pour compliquer encore plus le problème ! Il y a l'idée, à la base, de ne pas seulement montrer l'art mais de jouer avec le droit. Poutine demande à être jugé sur son respect du droit : et moi, je vais jouer avec ça bientôt.
Nous envisageons la possibilité de demander que Grozny devienne la capitale culturelle de l'Europe. Poser la candidature, c'est quelque chose d'extrêmement simple. Il faut trouver 25000 signatures. Alors j'ai envie de demander un truc un peu ubuesque à des amis, d'imaginer une programmation culturelle d'un an, pour ce peuple, théâtre, art, et de faire la proposition, tout en sachant que normalement la réponse sera non.
Et nous allons le faire, parce que j'ai compris que certaines formes de militantisme classique finissent par fatiguer l'opinion publique. J'ai énormément de respect pour les gens qui, une fois par semaine, vont gueuler devant l'ambassade de Russie. Mais il faut faire des opérations qui offrent de la visibilité et qui permettent aussi de prouver que l'art peut s'intéresser à autre chose que son nombril.

Parle-moi de la Fondation de l'Urgence ?
On cherche le lieu le plus favorable pour son installation. Par rapport au système français, qui est régi par une situation unique, dans certains pays, au contraire, on a la possibilité de faire la même chose tout en ayant plus de possibilités du point de vue de la recherche de fonds ; et ce qu'on peut proposer aux éventuels sponsors de la Fondation est beaucoup plus large, notamment aux Pays-Bas. Mais ça c'est un problème de législation communautaire. Alors, comme on est «une» Europe, pour moi c'est pareil de m'installer ici, à Amsterdam ou à Londres.

Que souhaitez-vous développer d'abord par la Fondation ?
Le but c'est d'aller là où l'on ne nous attend pas, amener l'art dans des lieux où, normalement, il ne va pas, aller demander à des artistes, à des curateurs, d'exprimer des positions, des inquiétudes dans des lieux traditionnellement éloignés de l'art. Je ne vois plus l'intérêt de créer des Biennales pour prouver sa modernité dans une capitale européenne. Nous avons l'intention d'aller en Irak.
L'art est généralement si éloigné de ce type de réponse… Les musiciens arrivent à faire des journées pour la pauvreté. Mais chez nous, ça n'existe pas. Je pense que c'est seulement une question de désorganisation, mais on peut le faire.

Vous avez des mécènes pour la Fondation ?
En créant la Fondation, nous voulions éviter de créer une association loi 1901, car la façon dont ce genre d'organisation peut trouver l'argent est extrêmement réduite. La Fondation pose la réalité d'une autre façon. C'est-à-dire qu'il ne s'agit pas de demander de l'argent à l'État pour ensuite être critique vis-à-vis de l'État. La Fondation me permet d'aller chercher là où je considère que je peux aller chercher, dans une démarche totalement libre.
Pour l'instant, j'en suis à une analyse juridique très approfondie. En France, pour créer une fondation, il faut apporter beaucoup de fonds. Aux Pays-Bas, tu peux créer une fondation avec 200 euros, avec le même attirail juridique. C'est encore plus facile aux Etats-Unis, mais le projet est un projet européen.

Du coup, ton travail personnel va être en veilleuse pendant un certain temps ? C'est sans doute une décision difficile à prendre ?
Oui, mais je crois à l'utilité de la Fondation. Justement, l'idée de la Fondation est aussi de pouvoir créer une équipe. Pour l'instant, c'est un projet totalement fou qu'on fait à deux. Parfois, nous envisagions même de poser notre candidature à la tête du Palais de Tokyo ! Une fois qu'Evelyne et moi aurons lancé la Fondation, nous espérons la faire gérer par d'autres. Pour le moment, il s'agit de structurer une idée et de la faire exister.

Y a-t-il du nouveau du côté de la Biennale ?
La situation à Grozny s'est terriblement détériorée depuis la mort d'Aslan Maskhadov. Quand on parle de Grozny, quand on montre des photos, ils ont peur, car les pare-feu des organisations ...

fleche suivante1/2

ANNONCES


ÉDITORIAL fleche_rouge
Snapchat. Le présent absolu
Avant l'existence des réseaux sociaux, les petits riens de la vie quotidienne des gens ordinaires n'avaient aucune valeur. Seuls les faits exceptionnels suscitaient l'intérêt et les scoops des photographes. Mais une logistique informatique puissante et hautement sophistiquée a changé la situation en élevant les faits dérisoires et futiles au rang de matière première d'une économie nouvelle basée sur un nouveau type de valeur, caractéristique de la société de l'information numérique :...
fleche Lire la suite
141001MarechalerieCritiques


La Renaissance et le rêve, l’abandon du corps
Comment représenter l'état de sommeil qui permet d'accéder au rêve? Eléments de réponse avec l'exposition «La Renaissance et le rêve» au musée du Luxembourg, où il est question de corps, d'abandon et de visions.
fleche Lire la suite
ÉCHOS fleche_rouge
puce rouge  Disparition de Marcel Notargiacomo, figure des cultures urbaines et populaires
puce rouge  La nouvelle revue OpticalSound sort son 2e numéro
puce rouge  Emma Lavigne, nommée directrice du Centre Pompidou Metz
puce rouge  Budget 2015 du ministère de la Culture et de la Communication
puce rouge  Le sculpteur béninois Kifouli Dossou, lauréat du prix Orisha pour l'art contemporain africain
puce rouge  Tous photographes! Une charte des bonnes pratiques dans les établissements patrimoniaux
puce rouge  Décès de Gérard Violette, directeur emblématique du Théâtre de la Ville
puce rouge  Le nouveau Prix Orisha récompensera le 2 octobre un artiste de la scène africaine subsaharienne
puce rouge  Yves Robert, nouveau directeur du Centre national des arts plastiques
puce rouge  Le Centre Pompidou présente sa première antenne provisoire à Málaga
puce rouge  Nomination de Jean-François Chougnet à la présidence du MuCEM
puce rouge  La galerie christian berst part à la conquête de New York
DIAPORAMA

Dina Kamal, Bagues PNKYRNG, s.d. Or 18cts beige, noir, rose, brossé ou poli



pub pub
Avec Ownsport, bénéficiez d´un coach sportif diplômé dès 19€/h pour des cours sur mesure à votre domicile !

Art culture paris - art culture France - evenement culturel - agenda culturel paris - actualité art culture - photo art - agenda design - exposition design - éditeur design - spectacle danse - spectacle danse contemporaine - festival danse - marché art - exposition art contemporain - galerie photo - exposition video - art numerique - livre sur l’art - catalogue art - galerie art contemporain paris - musee art moderne contemporain - centre d'art contemporain - frac - drac - cnap - fiac - festival danse paris - festival danse montpellier - interview artiste - art virtuel - graff - foire art

parisART  |  Partenaires  |  Contact  |  Équipe  |  Publicité  |  Mentions légales